Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 23:45

   Chose promise, chose due : j'ai le plaisir de porter à votre connaissance l'étude réalisée en 1999 par monsieur Emmanuel Grenier, journaliste spécialisé dans les questions environnementales, et dont le nom est :

"Etude sur la nature des mouvements écologistes et leurs véritables objectifs"

   Si vous êtes écologiste, la découverte des racines de vos convictions risque de vous faire trembler, car vous allez lire comment et pourquoi les "terreurs écologiques" ont été créées, de toutes pièces.
   Si vous n'êtes pas écologiste, vous trouverez ici une méthodologie et des outils très efficaces pour faire reculer la "peste verte".

   Cette étude parlant d'elle-même, je n'ajouterai rien, sauf ceci : vous pouvez laisser un message à l'auteur à cette adresse :
emmanuel.grenier@larecherchedubonheur.com

Bonne lecture.

 

PS : L'ami Berthod a reconstruit en seul dossier PDF exploitable la série d'articles de cette étude. Vous pouvez la télécharger en cliquant sur ce lien.

 

 


ETUDE sur la NATURE DES MOUVEMENTS ECOLOGISTES et LEURS VERITABLES OBJECTIFS




Table des matières - PDF


Introduction


I. Origines et fondements idéologiques des mouvements écologistes


1. Les racines malthusiennes des mouvements écologistes
États souverains ou empires
Les précurseurs de L'écologisme : Russell et de Rougemont
Campagnolo et la SEC
Sir Julian Huxley et le lancement du WWF
L'Institut Aspen et la société postindustrielle
Naissance du Club de Rome
Le choc culturel et la crise pétrolière
L'influence des naturalistes
Vers le mouvement antinucléaire


2. Propagation du mouvement
Les Amis de la Terre entrent en scène
États-Unis : la marche vers le pouvoir
Jimmy Carter : de l'Unfinished Agenda à Global 2000
L’internationale verte
De la bombe au projet de loi, un partage du travail
Vers une religion écologiste
James Lovelock et le culte de Gaïa
Les églises, courroies de transmission
Une réponse oecuménique à la CNUED


3. L'environnement global, un substitut a la Guerre froide pour parvenir à un gouvernement mondial
Des "modifications institutionnelles " pour sauver l'atmosphère
Vers une dictature écologiste mondiale
Le protocole de Montréal : un précédent


4. L'écologisme en France

Le naturalisme conservateur : Bertrand de Jouvenel et Robert Hainard,
Les précurseurs cachés
Le naturalisme subversif de Serge Moscovici et Brice Lalonde
Naissance et développement des Verts



II. Profil et mode d'opérer des principaux acteurs écologistes

1. Le WWF
2. Greenpeace
3. L'écoterrorisme
4. Maurice Strong
5. Teddy Goldsmith
6. Albert Gore
7. La CRII-RAD
8. WISE
9. France-Nature-Environnement
10. Réseau «Sortir du nucléaire »


III. L'attitude des industriels face aux écologistes :

Quelle attitude adopter ?



IV. Annexes

1. La galaxie du prince Philip
2. EarthFirst! vue de l'intérieur
3. L'interdiction du DDT a tué des millions d'hommes
4. Il n'y a pas d'influence discernable de l'homme sur le climat


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel - dans Tuez-les tous!
commenter cet article

commentaires

Jean-Gabriel Mahéo 20/03/2012 23:24


Pas mieux !


 


Merci Pierre.

Pierre 20/03/2012 19:33


Bonjour Kalish,


A vous lire j'ai tout de suite envie de vous répondre ceci : la polution c'est le monétarisme !


Vous avez raison on consomme aujourd'hui n'importe comment, on fait venir de la viande de l'autre bout du monde parce que c'est "moins cher" !!! Pourquoi ? A cause de cette stupide
doctrine économique monétariste qui empêche d'évaluer la valeur des biens autrement que sur leur valeur marchande, ce qui n'a aucun sens. Malheureusement les mouvements écolos sont muets
dessus, ils préfèrent un bouc émissaire tout trouvé : l'Homme.


On pourrait effectivement produire plus efficacement en tenant compte de tous les coûts physiques réels. Le problème est qu'un marché libre, c'est à dire livré à lui-même, ne peut pas s'organiser
de lui-même pour atteindre cet objectif. Mais cela dépend aussi de l'utilisation de technologies nouvelles à plus haute densité énergétique. La vison écolo, dans son obssession anti-humaniste
rejette toute création humaine, considérée comme mauvaise à priori. C'est la voie de la régression, du retour à un ordre moyenageux et à la fin féodal.


 

kalish 20/03/2012 17:24


Bonjour, je ne suis pas en mesure de tout lire, mais pour faire front à la panglosserie évidente, niez vous le concept de pollution? Ou plutôt que représente la pollution pour vous, qu'est-ce qui
est pollution? Le fait est que la société occidentale, ce ne sont pas des hopitaux, des transports publiques et des écoles, ce sont des obèses, des consommations gigantesques de pétrole pour
aller faire ses courses, un système peu économique énergétiquement, et du gaspillage incroyable, loin de toute rationalisation/optimisation, concernant les matières premières. Renseignez vous
donc sur ce qu'on fait des déchets, allez vous promener en bord de mer, renseignez vous sur les métaux lourds contenus dans les aliments, tout ça n'a rien à voir avec la science, c'est le dictat
du moindre cout, du profit immédiat, et de la consommation de masse. C'est très simple, la pollution, c'est un problème d'hygiène publique, diriez vous que les politiques d'hygiène publique sont
une fable? Pourquoi limiter cette hygiène publique à notre petit coin citadin? Pensez vous que la technique règle tout? Quid de la pollution engendré par les nouvelles techniques plus
sophistiquées. Ne jouez pas le scientifique si vous ne savez pas compter jusqu'à 2.

Jean-Gabriel Mahéo 03/07/2011 01:17



Bonjour Lambda,

Comme toujours, il faut s'attacher aux définitions premières avant d'essayer d'analyser les propositions complexes, c'est pourquoi je vais vous donner quelques petits éclairages sur les miennes
:

Liberté : pouvoir de faire le bien, d'où découle qu'être libre signifie être en capacité de faire le bien, et qu'être aliéné signifie en être incapable partiellement ou totalement.

Bien : ce qui perfectionne l'existence (à l'inverse, le mal est ce qui l'empêche, et qui corrompt l'existence), d'où découle que la bonté est une inclination à faire le bien, et la méchanceté une
inclination à ne pas le faire, voire à l'empêcher chez soi et chez les autres.

Perfection : maximum de variété dans l'unité, d'où découle que perfectionner, c'est porter au maximum possible l'harmonie de et dans la variété.

Existence : ensemble présent de la variété dans l'univers.



Voilà pourquoi j'écris et je soutiens que "L'homme est bon parce que libre."

Vous me dites : "Je dirais plutôt que la bonté est la vraie liberté." Ce n'est pas vrai, même si c'est séduisant : la cause de la bonté se trouve dans la liberté qu'a l'homme de choisir, dans le
monde moral, s'il veut faire le bien ou non. La conséquence ne peut produire sa cause.

Ensuite, il est assez évident que connaissance et bonté sont étroitement associés, en ce que la première rend plus efficace la seconde, tandis que la seconde est la condition de l'acquisition de
la première. Le pouvoir de faire le bien d'un ignorant, tout pur et libre qu'il soit, est incomparablement inférieur à celui de Gottfried Leibniz, Marie Curie, Louis Pasteur ou Franklin Delano
Roosevelt (par ex.), dont les oeuvres-âmes continuent d'agir sur notre monde et sur nos générations. Pourtant, chaque homme naît libre, doué d'un potentiel égal à faire le bien, qui est
maximum.
Aussi, la connaissance ne se résume pas à l'appareil logique formel ou conventionnel que l'on tente de nous faire avaler dans les lycées/universités, et Socrate et Confucius ont montré qu'il y a
aussi une "voie intellectuelle à la bonté", ainsi que Jean-Paul II dans l'encyclique "Fides et Ratio".

Quant à savoir si "la bonté englobe la création", si elle est anthropocentrique ou géocentrique, c'est-à-dire finalement si l'homme est responsable de la perfection du monde ou s'il est juste un
autre animal dans un monde supposé naturellement bon, vous pouvez déduire mon opinion de ce qui précède.

L'homme, doué de liberté, est responsable de la perfection du monde, c'est là la mission de chacun et de tous.


Merci de votre intervention,
Cordialement,

Jean-Gabriel Mahéo



LAMBDA 02/07/2011 19:55



Bonjour


"L'homme est bon parce que libre." Vous associez aussi connaissance et bonté.


C'est vraiment une profession de foi. Je dirais plutôt que la bonté est la vraie liberté. Ce n'est pas une qualité courante. Associer connaissance et bonté est erroné également. Il n'y a pas de
voie intellectuelle à la bonté. Le savant n'est pas forcément un être bon et le simple d'esprit peut l'être.


Pour moi la bonté englobe la création. Elle n'est pas anthropocentrique, mais geocentrique.