Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

CHAPITRE III :

DE L'ACCROISSEMENT DANS LA QUANTITÉ DE L'ESPÈCE HUMAINE.

 

    § 2. — Préparation de la terre pour recevoir l'homme.


   
    Le développement ainsi commencé dans l'estomac des végétaux se continue dans celui des animaux, jusqu'à ce que la terre peu à peu se prépare à servir aux besoins de l'homme ; et lorsque celui-ci apparaît, nous constatons cette différence importante : tandis que tous les autres animaux ont été condamnés à rester à jamais les esclaves de la nature, lui seul a été doté des facultés nécessaires pour lui permettre d'en devenir le souverain, et de lui faire accomplir la tâche qui est dévolue à lui-même.

     Si nous jetons en ce moment les yeux sur la terre, nous voyons partout les mêmes forces mises en action, produisant de nouvelles combinaisons pour l'entretien de la vie végétale, comme préparation de la terre qui doit servir de séjour d'abord aux animaux d'un ordre inférieur, mais finalement à l'homme. On estime que la somme de calorique qui soulève l'eau de la mer, sous forme de vapeur, est égale à la force de 16 billions de chevaux. Condensée de nouveau, cette vapeur reprend la forme d'eau qui, retombant en pluie, va se perdre de nouveau dans l'Océan, et dans son passage entraîne avec elle des portions considérables du sol résultant de la décomposition des roches dont la terre est formée ; cette décomposition, à son tour, est une conséquence des températures sans cesse variables, lesquelles sont elles-mêmes le résultat du mouvement qui s'opère parmi les molécules dont se composent l'air et l'eau. « La congélation, dit le docteur Clarke, est la charrue de Dieu qu'il pousse à travers chaque pouce de terre, brisant chaque fragment et pulvérisant le tout, » et rendant ainsi toutes les parties propres à former facilement de nouvelles combinaisons.

    Les parcelles de terre ainsi obtenues sont mises, par le mouvement des eaux, en relation étroite et réciproque, et c'est ici que nous trouvons la différence amenant la combinaison et produisant le mouvement. Plus la variété des parties est considérable, plus sera grande l'aptitude du corps composé à fournir l'entretien à la vie végétale, ainsi qu'on le constate dans les deltas du Mississipi, du fleuve des Amazones et du Gange, qui tous nous offrent des arbres d'une dimension gigantesque, environnés d'arbustes de tout genre, se développant avec une exubérance prodigieuse. C'est là que nous trouvons des formes plus humbles de la vie animale. Mais l'impureté de l'air empêche que, de longtemps encore, ces lieux puissent être habités par l'homme, ou même par les animaux d'un ordre élevé.

     D'immenses quantités de cette terre sont entraînées dans l'Océan ; là elle disparaît pour passer dans l'estomac de myriades d'êtres animés dont celui-ci est le séjour. Des sondages pratiqués récemment dans les profondeurs de l'Atlantique ont révélé ce fait, qu'on ne voit point la terre adhérer à la ligne de sonde, tandis que cette dernière amène du fond de l'Océan, des myriades d'animaux microscopiques.

    «  Dans son sein, dit un écrivain moderne, on voit à l'oeuvre, de tout petits insectes, auxquels la nature a imposé, outre la nécessité de chercher leur nourriture et d'avoir soin de leurs petits, la tâche perpétuelle de se construire de nouvelles demeures. Pour se défendre et pour s'abriter, le Mollusque se livre à un travail incessant, réparant, agrandissant et restaurant sa demeure ; lorsqu'il meurt enfin, il la laisse comme un nouvel appendice qui s'ajoute à la masse épaisse et toujours croissante du calcaire coquillier. Dans les mers plus méridionales, sur un espace de plusieurs milliers de lieues, des insectes encore plus infimes élèvent leurs massifs remparts de coraux qui, tantôt revêtant une longue étendue de côtes et tantôt formant la ceinture d'îles solitaires, défient la mer la plus furieuse ; et à mesure que les générations des ces Mollusques périssent successivement, elles laissent sur les lits rocheux de pierre calcaire coralline, un monument impérissable de leurs travaux incessants. Ces roches contiennent les deux cinquièmes de leur poids d'acide carbonique, qui semble destiné à y être à jamais emprisonné. Il a été enlevé, directement ou indirectement, à l'atmosphère ; et c'est ainsi que la mer puise toujours, nécessairement l'acide carbonique dans l'air. En conséquence, les travaux accomplis par les animaux marins, ainsi que l'anéantissement de la matière végétale, amèneraient, chaque année, une diminution dans la quantité de ce gaz, contenue dans l'atmosphère, si la nature n'accomplissait une autre opération pour compenser cette disparition constante.

    Mais la terre elle-même opère des exhalations dans ce but. Se frayant un passage à travers les crevasses et les fissures de son écorce si nombreuses à la surface, le gaz acide carbonique s'en dégage en quantités considérables et se mêle, chaque jour, avec l'air ambiant. Il pétille dans les sources de Carlsbad ; il se précipite, comme vomi par des soufflets souterrains, sur le plateau de Paderborn. Il va remplir d'écus sonnants les coffres du prince de Nassau ; il cause le naïf étonnement des voyageurs qui visitent la Grotte du Chien ; il intéresse le chimiste-géologue dans les souterrains de Pyrmont ; il est terrible à la fois pour l'homme et pour la brute, dans la fatale Vallée de la Mort, la chose la plus merveilleuse du monde, au milieu même des merveilles de l'île de Java. Et de plus, il est hors de doute que ce gaz se dégage, encore plus abondamment, du milieu inconnu de ces nappes d'eau qui occupent une portion si considérable de la surface du globe. Fournie par ces sources nombreuses, affluant perpétuellement dans l'air, ou s'élevant à la surface de la mer, une certaine quantité d'acide carbonique remplace, chaque jour, la quantité soustraite qui doit s'absorber dans la croûte solide de la terre. Si nous savions au  bout de quel laps de temps la terre doit expirer, de nouveau, la somme d'acide carbonique ainsi absorbée journellement, nous  pourrions exprimer par le langage combien de temps exige cette lente et séculaire rotation, pour achever l'une de ses immenses évolutions circulaires.

    Ainsi, de même que la vapeur aqueuse de l'atmosphère, l'acide carbonique contenu dans celle-ci circule continuellement. Tandis que celui qui flotte suspendu dans l'air, pendant une génération, effectue, pour ainsi dire, plusieurs évolutions, passant de l'atmosphère à la plante, de la plante à l'animal, et de celui-ci retournant encore à l'air, sans être jamais, en réalité, la propriété d'aucun être et s'arrêter longtemps nulle part, toute la quantité de carbone produite se meut lentement dans un cercle plus considérable, entre l'air et l'eau. Il s'élève de la terre à une extrémité de la courbe, à l'état de gaz élastique ; comme passe-temps, il prend, sur sa route, successivement et pendant de cours intervalles, des formes variées de plantes et d'animaux, jusqu'au moment où il s'absorbe de nouveau dans la terre, à l'autre extrémité de la courbe, à l'état de pierre calcaire solide et de plantes fossiles (4). »

    Les couches de pierre calcaire, résultant du travail de ces petits êtres qui absorbent ainsi l'acide carbonique émané de l'atmosphère, deviennent à leur tour les noyaux d'îles destinées à offrir des lieux de séjour aux classes inférieures d'animaux et finalement à l'homme. La manière dont s'accomplit l'oeuvre préparatoire est parfaitement décrite dans le passage suivant :

    « Les îles de corail des mers tropicales offrent les exemples les plus remarquables de la rapidité avec laquelle un rocher nu se pare de la vie végétale et se dispose à devenir l'habitation d'êtres humains. Les créatures qui élèvent ces îles, et les font sortir des profondeurs inconnues de l'Océan, participent, ainsi que l'indique leur nom de zoophyte (ou animal-plante) des caractères distinctifs de deux ordres de vitalité. Ils accomplissent leurs fonctions sans l'office du coeur ou d'un système quelconque de circulation ; les divers polypes d'un groupe ont chacun une bouche, des tentacules et un estomac, — là s'arrête la propriété individuelle, — et forment une masse vivante d'animaux nourris par des bouches et des estomacs nombreux, mais unis entre eux par des tissus. Ils n'ont d'autres pouvoirs d'action que celui d'allonger leurs bras pour saisir la nourriture que les flots, en passant, mettent à leur portée ; ils se propagent par bourgeons, une légère saillie se montre d'abord sur leur côté, le bourgeon augmente, on voit se développer un cercle de tentacules, avec une bouche au milieu, et la croissance continue jusqu'à ce que le rejeton soit aussi grand que son auteur et commence à pousser à son tour des bourgeons, et c'est ainsi que le groupe continue à se développer. Ils secrètent le corail (comme le quadrupède secrète ses os) jusqu'à ce qu'ils aient construit des récifs isolés et atteint la surface de l'eau. Mais il est indispensable, pour la vie de ces architectes sous-marins, qu'ils soient couverts par les vagues, et lorsqu'ils sont arrivés à la hauteur de la marée basse, ils meurent. Une nouvelle phase se manifeste alors ; le sommet du rocher se couvre, par couches » successives, de fragments pulvérisés de corail et de gravier que » les flots ont détachés des flancs du récif et lancés à la surface. Agassiz pose en fait, que toute la partie de la Floride comme sous le nom d'Everglades, n'est qu'un vaste banc de corail, composé de récifs à peu près parallèles, qui, sortis du fond de la mer pour venir à sa surface, se sont développés et se sont soudés à la terre ferme, en remplissant, graduellement, les intervalles qui les séparaient des dépôts de sable corallifère et des débris apportés là par l'action des marées et des courants.

    Le coco, avec son enveloppe qui semble si bien faite pour flotter sur les eaux, prend racine sur le sable nu de l'île de corail, à peine élevée au-dessus du niveau de l'Océan, et, baigné par l'embrun, se développe avec un grand luxe de végétation. » Nourri d'abord seulement par le peu d'aliments organiques que lui fournissent les débris des zoophytes qui construisirent l'île, la décomposition de ses feuilles donne bientôt un terreau suffisant pour faire croître d'autres végétaux. Les usages du cocotier sont nombreux. Quand les habitants apparaissent sur l’île, il leur offre la matière première des vêtements légers que demande le climat ; avec la coque de la noix ceux-ci font des tasses pour boire et d'autres ustensiles, des nattes, des cordages, des lignes à pêcher et de l'huile ; il donne, en outre, un aliment, une boisson et des matériaux de construction ; le fruit se présente sur le même arbre et au même instant à tous les degrés de formation, depuis la première, après la chute de la fleur, jusqu'au moment où il devient une noix dure, sèche, qui semble toute prête à germer. Le pandanus, ou pin spirale, qui prend racine promptement dans un terrain maigre, en poussant de son tronc des arcs-boutants qui s'implantent dans la terre et élargissent la base, soutien de l'arbre dans sa croissance, fournit un fruit à gousses douceâtres, qui, bien que légèrement amer, dit M. Dana dans sa Géologie d'un voyage d'exploration de la mer du Sud (à laquelle nous empruntons ces faits), peut se conserver et servir de nourriture quand les autres aliments viennent à manquer. Le petit poisson et les crabes des récifs, ainsi que les gros poissons qu'on pèche dans les eaux profondes avec des hameçons en bois, aident à la subsistance des indigènes. Ces chétives ressources, ajoute M. Dana, entretiennent une population de 10 000 individus dans la seule île de Taputeouea, dont la superficie habitable n'excède pas six milles carrés.

    L'opération à l'aide de laquelle, en cette circonstance, le sommet de la montagne sous-marine sortie des flots est préparé à devenir la demeure de l'homme, par suite de la germination des plantes, s'accomplit rapidement. Celle qui transforme, en fragments pulvérisés, les pics des montagnes terrestres comprend un plus grand nombre de phases intermédiaires, et une bien plus grande variété de résultats. Quelques-uns des rochers, tels que les ardoises et les schistes, se décomposent avec une telle facilité qu'on peut observer tout le phénomène dans un court espace de temps, et nous avons constamment l'occasion d'en surveiller les progrès. Au contraire, les masses de roches graniques, qui, suivant l'opinion des géologues, constituant les couches inférieures et primitives du globe, ont été amenées, par suite du déchirement et du soulèvement de la croûte terrestre, à en occuper les sommets, sont d'une nature moins friable. Mais leur composition chimique favorise leur prompte désagrégation sous l'influence des éléments. La présence des alcalis dans le feldspath et le mica, qui dans le granit, sont combinés avec la silice, exerce dans ce changement une action puissante. L'acide carbonique, le grand dissolvant des matières les plus dures, décompose la potasse, avec laquelle la silice se trouve combinée dans le feldspath et la rend soluble. L'intensité de la gelée et la longueur du temps pendant lequel les roches du sommet des montagnes sont exposées au froid, les brusques changements de température auxquels elles sont soumises, et qui à raison de leur peu d'aptitude à conduire le calorique, entraîne l'inégalité dans  la contraction et la dilatation de leur surface, lesquelles, à leur tour, produisent l'exfoliation et les craquements, l'humidité de  l'air pendant l'été, alors que les vapeurs aqueuses se condensent  sur leur sommet, telles sont, entre autres circonstances, celles  qui hâtent la destruction des roches dans ces régions.

    A mesure que la désagrégation s'accomplit par suite de la marche des saisons, les parcelles décomposées tombent par leur propre poids et sont entraînées par les pluies dans les vallées sous-jacentes, qui reçoivent de la même façon les débris provenant des roches intermédiaires. Pendant cette opération les roches ne sont pas simplement divisées en petits fragments par une action mécanique ; mais de leurs éléments insolubles naissent des sels solubles tels que ceux de chaux, de soude, etc., qui peuvent être absorbés par la racine des plantes. Dans la décomposition du feldspath, le silicate de potasse est enlevé peu à peu par les eaux, et tandis que le sable reste sur les pentes, la fine alumine ou l'argile s'accumule dans les vallées, et forme un mélange d'argile et de sable plus favorable à la croissance de l'herbe et des céréales. C'est ainsi qu'on assiste à toutes les gradations, depuis le granit aride et nu du sommet des collines, en passant par les terrains  maigres et poreux des coteaux, jusqu'aux riches terres des  prairies de la vallée.

    Cependant une espèce de végétation peut trouver sa nourriture même sur la surface des rochers (5). Les lichens et les algues croissent au-dessus de la limite des neiges éternelles ; et dans les climats glacés du Nord, à la surface nue des roches granitiques, on voit fleurir une espèce de lichens que le voyageur canadien, pressé par la faim, recherche comme aliment et auquel il donne le nom appétissant de tripe de roche. Des débris de ces matières végétales sont balayés par chaque orage, et viennent s'accumuler à leur base avec les dépôts d'origine minérale. Après un laps de temps suffisant, il se forme au pied des versants un sol capable de nourrir de grands arbres. Le premier arbre laisse tomber ses feuilles et ses branches pour nourrir le sol qui s'engraisse, dans un cercle autour de son tronc, mesuré par l'étendue de ses branches. En prenant ce point de départ, l'opération continue, probablement, comme il suit : Sur la circonférence extérieure du premier cercle ainsi fertilisé, et au point du versant, qui placé entre le tronc et le sommet de la colline, n'est pas aussi riche que le point inférieur, dans l'ensemble des principes végétaux propres à la nutrition, il devient possible à un autre arbre de croître. Celui-ci, à son tour, devient le centre d'un cercle de terrain fertilisé, sur la circonférence supérieure duquel s'accumulent, par suite de la chute des feuilles et des branches, de nouveaux matériaux capables de nourrir un nouveau rejeton. Chaque nouvelle plante devient ainsi un engrais du terrain pour celle qui doit la remplacer ; et la végétation remonte vers le sommet, à travers un sol d'une fécondité sans cesse décroissante et qui, bien que devenu plus fertile et plus tenace par le développement même de cette végétation, abandonne toujours quelque portion de ses éléments minéraux et végétaux qui vont fertiliser la vallée sous-jacente. Le mode de procéder, ainsi qu'une foule d'autres que l'on constate dans les opérations de la nature, consiste dans l'action et la réaction, et dans une perturbation de l'équilibre, mettant en mouvement le mécanisme qui doit le rétablir. Les forces élémentaires, la gravitation et l'action dissolvante des courants d'eau portent jusqu'aux plaines les plus basses les principes minéraux organiques qui doivent alimenter la végétation ; et la végétation à son tour les reporte sur les coteaux, préparant le sol pour ses propres progrès, à mesure qu'elle continue son développement. Les plantes les plus grèles et les plus chétives apparaissent toujours les premières, semblables aux pionniers et aux troupes légères qui déblayent le terrain, devant les colonnes épaisses de l'armée qui les suit (6). »

    La plante est ainsi, nous le voyons, un fabricant de terrain, et ce qui, à cet égard, est vrai par rapport à elle, l'est également de tous les êtres vivants et doués de mouvement qui parcourent la surface de la terre. Le développement commencé dans l'estomac de la plante se continue dans celui de l'homme, que l'on a comparé avec raison à une machine locomotive. Nous introduisons dans l'estomac de celle-ci du combustible, sous l'empire de circonstances qui tendent à favoriser sa décomposition, c'est-à-dire le mouvement des éléments qui le composent. Ce mouvement donne la force. L'homme introduit dans son estomac, en guise de combustible, les divers produits des règnes végétal et animal ; arrivés dans ce réceptacle, ils sont soumis à l'opération de décomposition d'où résultent la chaleur vitale et la force. La manière dont se combinent les végétaux et les animaux, pour produire cette augmentation de mouvement, est parfaitement démontrée dans le passage suivant :

    « L'homme lui-même et les autres animaux se prêtent secours pour accomplir la même transformation. Ils consomment des aliments végétaux, et cette consommation a les mêmes résultats définitifs que lorsque ces substances périssent par suite d'une décomposition réelle, ou sont anéantis par l'action du feu. Ces aliments sont introduits dans l'estomac sous la forme dans laquelle la plante la donne ; ils sont expirés de nouveau, par les poumons et la peau, sous la forme d'acide carbonique et d'eau. Nous pouvons d'ailleurs suivre cette opération de plus près, et cet examen sera pour nous, à la fois intéressant et instructif.

    La feuille de la plante vivante absorbe l'acide carbonique qu'elle soustrait à l'air, et abandonne l'oxygène contenu dans ce gaz. Elle ne retient que le carbone. Les racines pompent l'eau qu'elles empruntent au sol, et de ce carbone et de cette eau la plante forme de l'amidon, du sucre, de la graisse et d'autres substances. L'animal introduit dans son estomac cet amidon, ce sucre, ou cette graisse, et à l'aide de ses poumons aspire l'oxygène de l'atmosphère ; avec ces matériaux il anéantit les travaux antérieurs de la plante vivante, rejetant de nouveau par les poumons et la peau l'amidon et l'oxygène, sous la forme d'acide carbonique et d'eau. L'opération est clairement représentée dans le tableau suivant :

                                     Absorbe:                                  Produit :

La plante  :    L'acide carbonique par                  L'oxygène par ses feuilles,

                          ses feuilles,
                          L'eau par ses racines.                     L'amidon, etc., dans sa

                                                                                        substance solide.

                                    Absorbe:                                    Produit :

L'animal :    L'amidon et la graisse                     L'acide carbonique et l'eau par     

                      dans son estomac,                              la peau et les poumons.
                      L'oxygène dans ses poumons.

    «  L'évolution commence avec l'acide carbonique et l'eau, et se termine avec les mêmes substances. Les mêmes matériaux, le même carbone par exemple, circulent de nouveau, dans tous les sens, tantôt flottant dans l'air invisible, tantôt formant la substance de la plante croissante, tantôt celle de l'animal qui se meut, et tantôt encore se dissolvant dans l'air, prêt à recommencer la même et incessante révolution. Le carbone forme aujourd'hui une partie d'un végétal, demain il peut entrer dans la structure du corps humain, et huit jours après il peut avoir pénétré dans une autre plante et dans un autre animal. Ce qui m'appartient cette semaine vous appartient la semaine suivante. En réalité, rien ne constitue une propriété privée dans une matière sans cesse en mouvement (7). »

   

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires