Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

CHAPITRE III :

DE L'ACCROISSEMENT DANS LA QUANTITÉ DE L'ESPÈCE HUMAINE.

 

    §  3. — L'homme a cela de commun avec les animaux qu'il consomme des subsistances. Sa mission sur cette terre consiste à diriger les forces naturelles, de telle façon qu'il fasse produire au sol des quantités plus considérables des denrées nécessaires à ses besoins. Conditions sous l'influence desquelles, uniquement, ces quantités peuvent s'augmenter. Elles ne peuvent être remplies que dans les pays où les travaux sont diversifiés, où l'individualité reçoit son développement, où la puissance d'association s'accroit.


    
    Dans les premiers âges de la société les changements de forme sont très-lents ; et c'est ainsi que nous voyons, du temps des Plantagenets, et quelques siècles plus tard, que le rendement d'un acre de terre n'était que de six ou huit boisseaux de froment. Quelque faible que fût ce rendement, il était cependant accompagné d'une amélioration constante, dans la forme de la matière résultant du mouvement qui avait été jusqu'alors obtenu. Les rochers avaient été décomposés, et les argiles et les sables avaient revêtu une forme d'un ordre plus élevé ; la magnifique verdure du froment avait remplacé la couleur brune et sombre de la terre nue. Peu à peu, on voit l'homme disposer de plus en plus en souverain des forces diverses destinées à son usage, et faire de nouveaux progrès jusqu'à l'époque plus récente où il obtient 30, 40 et 50 boisseaux par acre, en même temps que les autres produits se comptent par centaines d'acres.

     Sans la chaleur vitale cette domination des forces ne pourrait s'obtenir, et sans combustible il ne pourrait exister de chaleur. Ce combustible, ainsi que nous le voyons, c'est l'alimentation sans laquelle il ne peut y avoir d'action vitale ; et c'est ainsi que nous atteignons le point où l'homme et les autres animaux se trouvent placés réciproquement sur le même niveau. Comme tous les animaux, il mange, boit et dort ; comme eux aussi il doit se procurer des provisions d'aliments.

     S'il jette les yeux autour de lui, il aperçoit des masses immenses de matière tenues en repos à raison de la force de gravitation, et, par conséquent, demeurant improductives. C'est une réserve de puissance latente attendant le moyen auxiliaire qui la mettra en liberté. Le sol durci donne à peine un maigre herbage ; mais à cette heure, il le remue de manière à exposer ses molécules à l'action du soleil et de la pluie ; puis il y met une semence prête à recevoir dans son estomac l'aliment nécessaire à sa nourriture. La semence germe, et la plante se développe avec le secours de la terre et de l'atmosphère, produisant l'avoine, le seigle ou le blé nécessaires à l'entretien de l'homme ou des animaux dont il se nourrit. En tout ceci, cependant, il n'a pas fait plus que ne fait l'individu qui alimente la locomotive, en plaçant la matière dans les circonstances propres à favoriser sa décomposition, et en communiquant ainsi à ses molécules une individualité grâce à laquelle elles ont pu se combiner avec d'autres molécules. L'acte de combinaison est un acte de mouvement, et ce mouvement communique la force.

     Pour arriver à ce résultat, il a labouré plus profondément ; et, de cette manière, il a pu offrir à l'action du soleil et de la pluie une quantité plus considérable du sol. Il a ouvert des tranchées et il a ainsi facilité l'écoulement des eaux qui, autrement, seraient demeurées stagnantes et auraient détruit ses semences ; et précisément, pour avoir ainsi favorisé le mouvement de la matière, il s'est trouvé récompensé par un accroissement plus rapide dans la quantité du sol qui a revêtu la forme nécessaire à ses besoins.

     Plus le mouvement est considérable, plus le progrès dans la forme est rapide. Le pin au port si raide fait place à l'orge à la tige si gracieuse, en même temps que de magnifiques champs de trèfle rouge remplacent les mauvaises herbes des marais follement développées ; le loup décharné disparaît de la terre, qui à cette heure nourrit le noble coursier et l'homme civilisé.

     En acquérant un empire plus étendu sur les forces naturelles, l'homme devient ainsi capable d'obtenir une quantité constamment plus considérable de substances alimentaires sur toute surface donnée, avec un accroissement constant dans le pouvoir de vivre en relation avec ses semblables. L'association se développe, donnant à son tour le pouvoir de mettre en activité d'autres forces, qui étaient ainsi demeurées en grande partie inertes et n'attendaient que la main de l'homme. Il soulève la pierre à chaux et la soumet au procédé de décomposition, qui fournit à l'air de l'acide carbonique et à la terre de la chaux vive. Il arrache à la mine le charbon de terre, et celui-ci se décompose à son tour, fournissant à l'atmosphère de nouvelles quantités de matériaux qui se recomposeront sous la forme de végétaux destinés à le nourrir. Il exploite le minerai de fer qu'il décomposera à l'aide de la houille, et là encore se trouvent de nouvelles quantités de matières indispensables à l'entretien de la vie organique, et fournies également par la même opération, nécessaire pour lui donner les instruments dont il a besoin pour l'oeuvre de culture. La matière ainsi décomposée continue à se mouvoir, et doit continuer à se mouvoir ainsi tant que les hommes verront s'augmenter leur puissance d'association. Les divers minerais ne reviennent jamais à leur forme primitive, et la chaux ne redevient pas de la pierre calcaire, après être entrée dans la composition des substances alimentaires. Consommées, celles-ci retournent encore à l'air atmosphérique, ou à la terre ; et l'homme lui-même meurt enfin et est enseveli, et s'acquitte ainsi de la dette qu'il a contractée envers la nature. Même lorsqu'il vit encore, il absorbe constamment, et abandonne à la terre et à l'atmosphère, les molécules qui composent son système animal, ainsi que nous le voyons si bien expliqué dans le passage suivant :

    « Dans les forêts naturelles où les feuilles tombent chaque année et où les arbres meurent périodiquement, la matière minérale abandonne le sol pour la plante, et retourne à son tour au sol, sous la forme des débris de celle-ci, ne parcourant ainsi qu'une phase de courte durée, de la terre à la plante et de la plante à la terre. Et il en est de même aussi dans les prairies naturelles, où chaque année, à l'automne, l'herbe s'épaissit, se fane et rend ses matières minérales au sol ; et où chaque année aussi, au printemps, les jeunes herbages poussent et se nourrissent des débris de l'année antérieure. Mais il en est autrement lorsque les produits végétaux sont consommés par les animaux. Ils sont alors introduits dans leur estomac, ils s'y dissolvent ou s'y digèrent, et leurs diverses parties sont absorbées par les vaisseaux destinés à cet usage, pour être charriées vers les parties du corps où leurs services sont nécessaires. Nous n'avons pas à suivre, quant à présent, la matière saline au-delà du sang et des tissus. C'est principalement dans les os que sont déposés l'acide phosphorique et la chaux, sous la forme de phosphate de chaux.

    L'importance du phosphate de chaux pour l'économie animale deviendra manifeste, si nous citons ce fait, qu'ordinairement les os secs laissent pour résidu, après la combustion, la moitié de leur poids, d'une cendre blanche qui consiste, pour la plus grande partie, en phosphate de chaux.

    Mais, ainsi que nous l'avons déjà expliqué, toutes les parties du corps, même les plus solides, accomplissent une série constante de renouvellements. Les os sont soumis à cette loi de changement aussi bien que les parties molles ; et l'acide phosphorique introduit aujourd'hui, au bout de quelques jours est rejeté au dehors, mêlé à d'autres matières de rebut et aux excrétions du corps ; le corps lui-même meurt enfin, et toutes ses parties matérielles retournent immédiatement à la terre d'où il est venu. Là elles subissent, sous l'influence de l'air, une complète disjonction ou décomposition, par suite de laquelle leur matière minérale même arrive à cet état où elle peut, avec avantage, pénétrer dans les racines de nouvelles plantes. Relativement à la révolution qu'accomplit cette matière minérale, il y a d'autres détails minutieux et pleins d'intérêt ; mais nous ne voulons pas mettre à l'épreuve la patience de nos lecteurs en y insistant ici. Les changements généraux que nous avons indiqués se trouvent reproduits succinctement dans le tableau ci-dessous :

                                                                                                        

Absorbé par la Plante : Acide phosphorique, chaux, sel commun et autres tirés du sol.
 Produit :                          Substance complète des plantes.

Absorbé par l'Animal : a. Parties de plantes.           
                                             b. Les os et les tissus, avec l'oxygène enlevé aux poumons.   
Produit :                            Système osseux complet, sang et tissus. Les phosphates et autres sels qui se trouvent dans les excrétions.


Absorbé  par le Sol : Excréments des animaux, plantes et animaux morts.       

Produit :                      L'acide phosphorique, la chaux,  etc., etc.

    « Il peut se faire qu'un investigateur curieux de la terre humaine en recueille assez pour « boucher un trou et se défendre contre le vent. » Mais notre science nous apprend que cette terre n'est pas l'espèce de matière dont est faite l'argile ; et ces usages si grossiers ne sont, après tout, que des manques de respect imaginaires envers nos cendres chéries. Elles ont un autre usage désigné auquel elles ne peuvent échapper, de quelque manière qu'on les traite. La plante est merveilleusement organisée de manière à ne pas se développer sans l'acide phosphorique, etc., qu'elle est forcée de recueillir, pour le fournir à l'animal, à mesure qu'il se développe. Et le sol est si pauvrement pourvu de ces substances, et d'autres indispensables, que la plante et l'animal doivent tous deux rendre infailliblement à la terre, leur mère commune, les matériaux qu'ils lui ont empruntés, lorsque le terme de leur vie est arrivé. C'est ainsi qu'est assurée la circulation constante de la même quantité, relativement faible, de substance minérale, et que l'obligation est imposée à chaque parcelle de se préparer avec zèle à rendre un nouveau service, aussitôt qu'a été accomplie chaque charge imposée primitivement. Comme nous n'avons pas la propriété de nos cendres après la mort, nous ne devons pas avoir pour elles une affection ou un respect insensé ; et assurément nous ne devons pas craindre qu'on puisse jamais les empêcher longtemps de se mêler, sous une forme quelconque, à de nouvelles phases de la vie végétale ou animale (8). »

    La plante et l'animal doivent tous deux, ainsi que nous le voyons ici, restituer infailliblement les matériaux qu'ils ont empruntés à leur mère commune, la terre ; et ce n'est qu'à cette condition que le mouvement peul être augmenté ou même se conserver. La terre, notre puissante mère, ne donne rien, mais elle est disposée à prêter volontiers toute chose, et plus la demande qui lui sera faite sera considérable, plus aussi le sera la quantité fournie, pourvu que l'homme se rappelle qu'il ne fait qu'emprunter à une banque immense, où la ponctualité est exigée aussi rigoureusement que dans les banques d'Amérique, de France, ou d'Angleterre.

     Pour que cette condition puisse être remplie, il faut qu'il y ait association, et la différence est aussi indispensable à l'association dans le monde social que dans le monde matériel. L'individu dont la terre produit du blé n'a pas besoin de s'associer avec son confrère producteur de blé ; le planteur de canne à sucre n'a pas besoin de faire des échanges avec un autre planteur son voisin, non plus que le producteur de laine, d'aller trouver le fermier son confrère, qui a aussi de la laine à lui vendre ; niais tous, et chacun d'eux, trouvent avantage à échanger le travail et ses produits avec le charpentier, le forgeron, le maçon, celui qui met en oeuvre le moulin à scier, le mineur, le fabricant de fourneaux, le fileur, le tisserand et l'imprimeur, tous ayant besoin d'acheter des aliments et de donner en paiement leurs services, ou les diverses denrées qu'ils ont à céder. Là où il y a diversité de travaux, le producteur et le consommateur prennent leur place l'un à côté de l'autre ; un mouvement rapide a lieu parmi les produits du travail, avec un accroissement constant dans la puissance de rembourser à la terre, notre mère, les prêts qu'elle nous fait et d'établir auprès d'elle un crédit pour des prêts futurs plus considérables. Là, au contraire, où il ne se trouve que des fermiers et des planteurs, et où conséquemment il n'y a pas de mouvement dans la société, le producteur et le consommateur sont séparés par un si profond intervalle, que le pouvoir de rembourser les emprunts faits à la vaste banque s'anéantit, et que le mouvement cesse peu à peu parmi les parcelles de la terre elle-même, ainsi que nous le constatons dans tous les pays purement agricoles. La Virginie et les Carolines se sont appliquées constamment à épuiser les éléments de fertilité que le sol contenait primitivement, par suite du défaut de consommateurs et de leur dépendance nécessaire de marchés éloignés ; et c'est ce qui a lieu sur une grande échelle aux États-Unis, et particulièrement dans les États du Sud. Le fermier qui commence son exploitation sur une riche terre de prairie obtient d'abord 40 ou 50 boisseaux de blé par acre, mais la quantité diminue, d'année en année, et tombe finalement à 15 ou 20 boisseaux. Il y a cent ans, les fermiers de New-York recueillaient ordinairement 24 boisseaux de froment, mais la moyenne aujourd'hui n'est guère de plus de moitié, en même temps que le riche état de l'Ohio est déchu au point de ne donner qu'une moyenne de 11 boisseaux ; et à chaque degré de diminution progressive, on voit diminuer la capacité d'association, la puissance du sol pour fournir les moyens d'entretien étant toujours la mesure du pouvoir des individus de vivre en société. Que cet état de choses doive certainement se révéler, lorsque le consommateur et le producteur sont séparés par un immense intervalle, c'est ce qui est clairement démontré dans l'émigration remarquable qui a lieu en ce moment même, de l'état de l'Ohio dont l'établissement n'a guère commencé qu'il y a cinquante ans ; de la Géorgie, qui possède une population de 900 000 citoyens et un territoire capable de nourrir la moitié de l'Union, et de l'Alabama qui, il y a quarante ans, n'était qu'un désert occupé dans sa principale étendue par quelques bandes d'Indiens errants (9).

    « La plante, dit le professeur Johnston, dans l'article auquel nous avons déjà fait de si larges emprunts, est l'esclave de l'animal. L'homme, continue-t-il, placé sur la terre, s'il n'y eut été précédé par la plante, serait un être complètement dépourvu de secours. Il ne pourrait vivre de la terre ou de l'air ; et cependant son corps a besoin d'une quantité constante des éléments que chacun d'eux contient. C'est la plante qui choisit, recueille et réunit ces matériaux indigestes, et en fabrique des aliments pour l'homme et les autres animaux. Et ceux-ci n'apparaissent que pour rendre à leurs esclaves laborieux les matériaux de rebut dont ils ne peuvent plus faire usage, en qu'ils soient soumis à une nouvelle élaboration et deviennent des aliments agréables au goût. Considérée sous cet aspect, la plante semble uniquement l'esclave de l'animal ; et cependant combien cette esclave est dévouée ! Combien elle est belle et intéressante ! Elle travaille sans cesse et pourtant elle s'impose à elle-même sa tâche. Elle se fatigue jusqu'à en mourir ; et cependant elle renaît à un moment précis, aussitôt que le printemps reparaît, jeune, belle et aussi bien disposée que jamais, reprenant avec joie l'oeuvre à laquelle elle est destinée (10). Toutefois elle ne peut agir ainsi qu'à la condition que les matériaux de rebut dont l'homme ne peut plus faire usage, retourneront à leur point de départ. »

    Ces matériaux, ainsi que nous l'avons vu, sont tirés principalement de l'atmosphère ; mais pour qu'ils puissent lui être empruntés, il est indispensable que la terre elle-même contienne les éléments nécessaires pour se combiner avec eux (11). L'atmosphère qui plane aujourd'hui, sur les champs de tabac épuisés de la Virginie, contient les mêmes éléments que celle qui plane sur les plus belles fermes du Massachusetts, de la Belgique ou de l'Angleterre ; et cependant il n'y existe aucune puissance de combinaison, parce que certains autres éléments ont été enlevés et envoyés au dehors, et qu'à défaut de ceux-ci il ne peut y avoir aucun mouvement dans le sol. Pendant que ces éléments existaient dans le pays, les individus pouvaient vivre réunis sur le territoire ; mais avec l'appauvrissement de celui-ci les premiers ont disparu. Pour que la puissance d'association entre les individus s'accroisse, il faut qu'il y ait un échange réciproque constamment croissant, c'est-à-dire mouvement, entre la terre et l'atmosphère ; et cet échange ne peut avoir lieu dans un pays quelconque où n'existe pas la diversité des travaux, et dans lequel, conséquemment, le lieu de consommation étant éloigné du lieu de production, le fermier se borne à la culture unique des produits qui peuvent supporter le transport en des contrées lointaines. Aussi voyons-nous diminuer considérablement la puissance productive de la terre, dans les pays du continent oriental où il n'existe que peu ou point de manufactures, en Irlande, en Portugal, en Turquie, dans l'Inde, etc. Aussi voyons-nous pareillement, avec l'abaissement du chiffre de la population et la diminution du mouvement dans la société, la difficulté de se procurer les substances alimentaires augmenter, en même temps que diminue la quantité d'individus qui ont besoin d'être nourris.

     Les famines sont, aujourd'hui, plus fréquentes dans l'Inde qu'elles ne l'étaient il y a un siècle, à une époque où la population était bien plus nombreuse, et où la combinaison des efforts actifs existait dans toute l'étendue du pays. Si nous portons nos regards sur les siècles passés, nous retrouvons partout des faits de même nature. La vallée de l'Euphrate offrait autrefois aux regards des millions d'individus bien nourris ; mais à mesure qu'ils ont disparu, le mouvement a cessé, et le petit nombre de nomades qui l'occupent aujourd'hui ne se procurent, qu'avec peine, les moyens de soutenir leur existence. Lorsque l'Afrique, formant une province, était largement peuplée, sa population était abondamment nourrie, mais le petit nombre d'individus qui y restent maintenant y périssent faute de nourriture. Il en a été de même, en général, dans l'Attique et en Grèce, dans l'Asie mineure, en Égypte et partout en réalité. L'association, c'est-à-dire la combinaison des moyens d'action, est nécessaire pour permettre à l'homme d'obtenir l'empire sur les diverses forces existantes dans la nature ; et cette combinaison ne peut jamais avoir lieu, si ce n'est lorsque le métier du tisserand et le fuseau prennent leurs places naturelles à côté de la charrue et de la herse. Le consommateur doit se placer près du producteur, pour permettre à l'individu de remplir la condition à laquelle il obtient des prêts de cette vaste banque, la terre, leur mère commune, de remplir, disons-nous, cette simple condition, que lorsqu'il aura consommé le capital qui lui a été fourni, il le restituera au lieu d'où il a été tiré.

     Dans tous les pays où l'on a rempli cette condition, nous voyons un accroissement constant dans le mouvement de la matière destinée à fournir à l'homme ses aliments, et un accroissement également constant dans le nombre des individus qui ont besoin de s'en procurer ; et, pareillement, une amélioration dans la quantité et la qualité des substances alimentaires à répartir entre les membres de cette population croissante. An temps des Plantagenets et des Lancastre, alors que la population de l'Angleterre ne dépassait guère deux millions d'individus, un acre de terre ne donnait guère que six boisseaux de froment, et quelque faible que fût la quantité d'individus à nourrir, les famines étaient fréquentes et cruelles. De nos jours nous voyons dix-huit millions d'individus occupant la même superficie, et se procurant des provisions bien plus considérables d'une nourriture très-supérieure.

     En reportant nos regards vers la France, nous rencontrons des faits exactement semblables. En 1760, la population était de 21 000 000 et la production totale de blé de 94 500 000 hectolitres ; tandis qu'en 1840, la première s'était élevée au chiffre de 34 000 000 et la seconde à 182 516 000 hectolitres, ce qui donne pour chaque individu la quantité de 20 % en plus, dans la dernière période comparée à la première, avec une amélioration considérable dans la qualité du blé lui-même ; et cependant la superficie appropriée à la culture des céréales n'avait guère augmenté. C'est à la même époque qu'on introduisit la culture de la pomme de terre ; et des légumes verts de diverses espèces fournissent aujourd'hui des quantités de substance alimentaire qui, seules, sont elles-mêmes pour les deux tiers aussi considérables que toute la quantité produite il y a 80 ans (12). Le produit total a été triplé à cette époque, tandis que le chiffre des individus à nourrir n'a augmenté que de 60 %. Le paysan français s'acquitte aujourd'hui des dettes qu'il a contractées envers la terre, notre mère commune, en lui restituant l'engrais donné par ses récoltes ; et il devient capable de le faire, par suite de la diversité des travaux ; tandis qu'à une époque plus reculée, lorsque dans ce pays il existait à peine des manufactures, les famines étaient assez fréquentes, et souvent assez désastreuses, pour enlever une large part de cette même population disséminée sur le sol.

     Il en est de même en Belgique, en Allemagne et dans tous les autres pays où la diversité des travaux — la différence — facilite l'oeuvre de l'association ; tandis que le contraire, exactement, s'observe dans tous les pays purement agricoles qui s'occupent constamment à épuiser le sol et à diminuer la puissance d'association, ainsi que nous l'avons constaté d'une façon permanente, dans la Virginie et la Caroline de ce côté de l'Océan, et du côté opposé en Portugal et en Turquie.

     A chaque pas que fait l'homme vers l'accroissement de la puissance d'association, qui résulte d'une augmentation de mouvement parmi les éléments dont se compose sa nourriture, il peut appeler à son aide d'autres forces qu'il emploiera à moudre son blé, et à en transporter le produit au marché ; à transformer ses arbres en planches, à les façonner pour construire des maisons, à convertir sa laine en drap, enfin à transmettre ses messages avec une rapidité qui semble, pour ainsi dire, supprimer le temps et l'espace. A chaque pas qu'il fait, il peut, de plus en plus, économiser ses labeurs personnels et consacrer son temps et son intelligence avec un redoublement d'énergie à la production du blé qu'il faut moudre, des arbres qu'il faut scier, ou de la laine qu'il faut convertir en drap ; et préparer ainsi un accroissement d'association avec ses semblables et une correspondance plus développée avec ceux qui sont éloignés, chaque progrès n'étant que le précurseur d'un progrès nouveau.

     C'est ainsi, qu'avec le développement des forces latentes de la terre, se manifeste une tendance chaque jour croissante vers l'augmentation dans le mouvement de la matière et un perfectionnement dans la forme sous laquelle elle existe ; cette matière passant de la forme inorganique à la forme organique et aboutissant à la plus élevée, c'est-à-dire à l'homme. Plus la matière tend à revêtir cette dernière, plus se développe la puissance d'association, avec la faculté constamment croissante, de la part de l'homme, de diriger les grandes forces de la nature, accompagnée d'un développement également rapide de son individualité, ou du pouvoir de se gouverner lui-même ; développement qui nous est un sûr garant qu'il saura constamment maintenir et augmenter le sentiment de sa responsabilité.

 

 

 


Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires