Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

CHAPITRE II :

DE L'HOMME, SUJET DE LA SCIENCE SOCIALE.

 

    §  5. — Les lois qui régissent les êtres sont les mêmes à l'égard de la matière, de l'homme et des sociétés. Dans le monde solaire, l'attraction et le mouvement sont en raison de la masse des corps et de leur proximité; dans le monde social, l'association, l'individualité, la responsabilité, le développement et le progrès, sont directement proportionnés l'un à l'autre. Définition de la science sociale.


   
    Les lois que nous venons de présenter sont celles qui régissent la matière sous toutes ses formes, sous celle de charbon de terre, ou d'argile ou de fer, de cailloux, d'arbres, de boeufs, ou d'hommes. Si elles sont vraies à l'égard des sociétés elles doivent l'être également à l'égard de chacun des individus et de tous ceux dont elles se composent, de même que les lois relatives à l'atmosphère, prise en masse, le sont à l'égard de tous les atomes qui la forment. Cette assertion deviendra évidente pour tout lecteur qui réfléchira dans quelle proportion considérable il profite, physiquement et intellectuellement de son association avec ses semblables et qui songera que la peine la plus sévère, de l'aveu général, est la privation des rapports qu'il est habitué à entretenir grâce à cette association. De nouvelles réflexions le convaincront que plus est complète son individualité, c'est-à-dire plus sa richesse matérielle et intellectuelle est considérable, plus est complet le pouvoir qu'il possède de déterminer pour lui-même, dans quelle mesure il lui convient de s'associer avec ceux qui l'entourent. En outre, il s'apercevra que sa responsabilité à l'égard de ses actes augmente en raison de l'augmentation de son pouvoir de déterminer pour lui-même quelle sera sa marche dans la vie ; que s'il est pauvre et meurt de besoin, il ne peut être tenu à la responsabilité rigoureuse qu'on serait en droit d'exiger de lui, avec raison, s'il vivait dans l'opulence. Enfin il se convaincra que son pouvoir d'accomplir des progrès est proportionnel à son aptitude à combiner ses efforts avec ceux de ses semblables, et qu'au point de vue matériel et intellectuel, sa puissance de produire tend à s'accroître avec tout accroissement dans la demande de produits ou d'idées, résultant de l'accroissement de la capacité de ses semblables pour fournir en échange d'autres produits ou d'autres idées.

    Si le lecteur venait à se demander maintenant à lui-même à quoi il a dû d'être l'homme qu’il est en réalité, sa réponse serait qu'il en est redevable au pouvoir de s'associer avec ses semblables du temps présent, et avec ceux du temps passé qui nous ont légué les leçons de leur expérience. S'il poursuivait son enquête, dans le but de déterminer de quel bien il désirerait le moins d'être privé, il trouverait que c'est la puissance d'association. Puis et seulement, en second lieu, il désirerait la volition complète, c'est-à-dire le droit de déterminer, quand, comment, et avec qui il veut travailler et de quelle manière il entend disposer de ses produits : Dépourvu de la faculté de vouloir, il sentira qu'il est un être irresponsable. Avec la faculté de vouloir, sachant que son avenir dépendra de lui, il se sentira responsable de l'usage convenable des avantages qu'il possède ; et il aura toute espèce de motif pour développer ses facultés et se rendre capable de prendre lui-même dans le monde une place plus élevée et de pourvoir aux besoins de sa femme et de ses enfants ; chaque pas dans cette direction sera un acheminement vers de nouveaux progrès.

    La science sociale traite de l'homme considéré dans ses efforts pour la conservation et l'amélioration de son existence et peut être définie aujourd'hui : La science des lois qui régissent l'homme dans ses efforts pour s'assurer l'individualité la plus élevée et la puissance la plus considérable d'association avec ses semblables.

   

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires