Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

CHAPITRE II :

DE L'HOMME, SUJET DE LA SCIENCE SOCIALE.

 

    § 4. — L'homme est un être créé pour le développement et le progrès. Le progrès est le mouvement qui exige l'attraction, qui dépend d'une action et d'une réaction, et implique l'individualité et l'association. Le progrès a lieu en raison de ces conditions.

 

 

            En dernier lieu, l'homme se distingue de tous les autres animaux, par sa capacité pour le progrès. Le lièvre, le loup, le boeuf et le chameau, sont encore aujourd'hui les mêmes que ceux qui existaient au temps d'Homère, ou de ces rois d'Égypte qui ont laissé, après eux, dans les pyramides, la preuve manifeste de l'absence d'individualité chez leurs sujets. L'homme seul se souvient de ce qu'il a vu et appris, seul il profite des travaux de ses devanciers.

 

            Pour atteindre ce but il a besoin du langage, et à cet effet il doit former une association.

 

            Pour qu'il y ait progrès il faut qu'il y ait mouvement. Le mouvement est lui-même le résultat de la décomposition et de la recomposition incessante de la matière, et l'oeuvre de l'association n'est autre chose que la décomposition et la recomposition incessante des diverses forces humaines. Dans une collection de journaux à deux sous nous retrouvons les portions du travail de milliers d'individus, depuis l'ouvrier qui a extrait de la mine le fer, le plomb et la houille, et le ramasseur de chiffons, jusqu'aux individus qui ont fabriqué les caractères et le papier, aux fabricants de machines et au mécanicien, au compositeur, au pressier, à l'écrivain, à l'éditeur, au propriétaire du journal, et finalement aux enfants qui le distribuent ; et cet échange de services continue chaque jour, sans interruption, pendant toute l'année, chacun de ceux qui concourent à l'oeuvre recevant sa part de rétribution et chaque lecteur du journal sa part de l'oeuvre.

 

            Pour qu'il y ait mouvement il faut qu'il y ait chaleur, et plus celle-ci sera intense, plus le mouvement sera accéléré, ainsi qu'on peut le constater dans la rapidité avec laquelle, sous les régions tropicales, l'eau se décompose et se transforme de nouveau en pluie, ainsi que dans la croissance et le développement si prompt des végétaux de ces régions. La chaleur vitale est le résultat de l'action chimique, le combustible c'est la nourriture, et la substance dissolvante, quelqu'un des sucs qui résultent de la consommation des aliments : Plus l'opération de la digestion s'accomplit promptement, plus est régulier et parfait le mouvement de la machine. La chaleur du corps social résulte de la combinaison de divers éléments, et pour que celle-ci ait lieu, il doit y avoir une différence dans ces éléments. « Partout, dit un auteur que nous avons déjà cité, une simple différence, soit dans la matière soit dans les conditions, ou la position provoque une manifestation des forces vitales, un échange mutuel de relations entre les corps, chacun d'eux donnant à l'autre ce que celui-ci ne possède pas (8). » Et ce tableau des mouvements qui s'accomplissent dans le monde inorganique est également vrai appliqué au monde social.

 

            Plus est rapide la consommation des aliments matériels ou intellectuels, plus la chaleur qui doit en résulter sera considérable, et plus aussi sera rapide l'augmentation de puissance pour remplacer la quantité consommée. Pour que la consommation suive de près la production, il faut qu'il y ait association et celle-ci ne peut exister sans la diversité dans les modes d'occupation. La réalité de ce fait deviendra évidente pour tous ceux qui constatent combien se répandent promptement les idées dans les pays où l'agriculture, l'industrie et le commerce sont réunis, si on le compare avec ce qu'on observe dans les pays purement agricoles : l'Irlande, l'Inde, l'Amérique, la Turquie, le Portugal, le Brésil, etc. Nulle part, cependant, la différence n'est plus fortement manifeste que dans les États du nord de l'Union comparés à ceux du sud. Dans les premiers, il existe une grande chaleur et un grand mouvement correspondant, et plus il y a de mouvement, plus il y a de force. Dans les seconds, il y a peu de chaleur, très peu de mouvement et une force insignifiante.

 

            Le progrès exige le mouvement. Le mouvement vient avec la chaleur et la chaleur résulte de l'association. L'association implique l'individualité et la responsabilité, et chacune d'elles aide au développement de l'autre, en même temps qu'elle profite du secours qu'elle en reçoit.

 

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires