Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VI :

DE LA VALEUR.

 

    § 4. — La diminution, dans les proportions des charges dont est grevé l'usage des denrées et des choses, est une conséquence nécessaire de la diminution dans le prix de reproduction. Définition de la valeur.


    
    La diminution dans la valeur du capital est accompagnée d'une diminution dans la proportion du produit du travail donné pour l'usage de ce capital, par ceux qui, ne pouvant l'acheter, désirent le louer. Si la première hache eût été la propriété exclusive de l'un de nos colons, il eût demandé plus que la moitié du bois que l'on pouvait abattre avec son secours, en retour de la concession du prêt de cette même hache. Quoiqu'elle lui eût coûté une somme énorme de travail, elle ne faisait que peu de besogne : et quelque considérable que fût la proportion de son produit, qu'il fût ainsi à même de demander, la quantité qu'il avait à recevoir était encore très-faible. D'un autre côté, son voisin trouvait bien plus avantageux de donner les trois quarts du produit de son travail, pour l'usage de la hache, que de continuer à ne pouvoir compter que sur ses bras ; en effet, avec celle-ci il pouvait abattre plus d'arbres en un jour qu'il ne l'eût pu faire sans elle en un mois. L'arrivée d'un navire leur ayant procuré de meilleures haches à moins de frais, aucun d'eux ne voudrait maintenant donner, pour l'usage de celles-ci, autant qu'il l'eût fait antérieurement. L'individu qui, il y a cinquante ans, désirait se servir de cet instrument pendant une année, aurait donné le travail d'un bien plus grand nombre de jours qu'il ne le ferait aujourd'hui, pouvant, grâce au travail d'un seul jour, devenir propriétaire d'une hache d'une qualité éminemment supérieure. Lorsque A possédait la seule maison existante dans la colonie, il aurait pu demander à B, en échange de la permission d'en faire usage pendant un certain temps, une somme bien plus considérable de journées de travail que B ne consentirait à lui donner, maintenant que la possession d'une hache l'a rendu capable d'en construire une semblable en un mois. A l'époque où avec le travail d'une semaine on ne pouvait se procurer que 7 pence 1/2 d'argent, le possesseur d'une livre de ce métal pouvait demander bien davantage, en retour de l'usage dudit argent, qu'il ne peut le faire, aujourd'hui que l'ouvrier obtient cette quantité en ne travaillant guère plus de quinze jours. Tout progrès qui favorise la production est suivi, non-seulement d'une diminution dans la valeur en travail des instruments existant antérieurement, mais encore d'une diminution dans la proportion du produit du travail que l'on peut demander, en échange de la concession de l'usage desdits instruments.

    Plus est complète la puissance d'association et plus le mouvement de la société est considérable, plus doit augmenter la tendance au développement de l'individualité ; plus est rapide l'accroissement de la production, plus est considérable la facilité de l'accumulation, plus augmente la tendance à la baisse dans la valeur de toutes les accumulations existantes, et plus devient faible la proportion des produits du travail que l'on peut réclamer en échange de leur usage. Pour que la puissance d'association puisse augmenter, il doit y avoir, ainsi que le lecteur l'a déjà vu, différence. Et cette différence résulte de la diversité des travaux. Plus cette diversité est considérable, plus doit être rapide le développement de la faculté d'accumuler ; plus est grande la tendance à la diminution dans la proportion de ce que reçoit le capitaliste, et à l'accroissement dans celle que reçoit l'ouvrier, et plus est grande la tendance à l'abaissement dans le taux de la rente, du profit ou de l'intérêt. Dans tous les pays du monde purement agricoles, ce taux est élevé ; et il tend à s'accroître à raison de la diminution dans la puissance d'accumulation, résultant de l'épuisement du sol ; ce qui est exactement l'inverse de ce qu'on a observé dans tous les pays où la diversité des travaux augmente progressivement, et dans lesquels l'individualité prend des développements de plus en plus considérables.

    La valeur est la mesure de la résistance à vaincre pour se procurer les denrées nécessaires à nos besoins, c'est-à-dire la mesure de la puissance de la nature sur l'homme. Le but important que l'homme doit atteindre en ce monde, c'est d'obtenir la domination sur la nature, en la forçant de travailler pour lui ; et, à chaque pas fait dans cette direction, le travail devient moins pénible, en même temps qu'augmente la rémunération qui en résulte. A chaque pas les accumulations du passé conservent moins de valeur, et l'on voit diminuer constamment leur pouvoir de commander les services des travailleurs au moment actuel. A chaque pas, la puissance d'association augmente, en même temps qu'il y a augmentation constante dans la tendance au développement des diverses facultés de l'homme pris individuellement, ainsi qu'au pouvoir d'accomplir de nouveaux progrès ; et c'est ainsi, qu'en même temps que la combinaison des efforts permet à l'homme de triompher de la nature, chaque triomphe successif est suivi d'une facilité plus grande pour accomplir de nouveaux efforts qui, à leur tour, seront suivis de triomphes nouveaux et plus importants.

 

 

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires