Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 22:53
   Monsieur Laurent Berthod est un compagnon blogueur humaniste. Il se dit kantien, moi, je suis plutôt leibnizien, mais ça n'est pas très important, nous feraillons parfois ensemble sur certains sites anti-humains, contre les idéologies nauséabondes de la contre-culture et de l'écologisme radical.

   Laurent est actuellement très en pointe sur le Climate-Gate, et nous transmet sa revue de presse du 26 novembre 2009 sur l'affaire des fichiers piratés de l'unité de recherche climatique de l'université d'East Anglia
, dirigé par le docteur Phil Jones, et affiliée au Hadley Center, d'où sont sorties toutes les données qui constituent les preuves des rapports du GIEC.

   Cette manne documentaire est traitée par les enthousiates du site skyfall, dont le remarquable MiniTax, qui sont sur le pont depuis le début, à traduire et publiciser les emails et les données.

    Voici donc cette revue de presse :


La revue de presse à propos du piratage du CRU (Unité de recherche climatique) de l’Université d’East Anglia, unité rattachée au Hadley Centre est très instructive.


Rappelons d’abord brièvement les faits.

Le CRU fournit les données climatiques terrestres aux climatologues du monde entier, notamment à ceux du GIEC. Il a toujours refusé de communiquer les données brutes qu’il collecte partout dans le monde. Il ne diffuse que des données traitées.

Il y a quelques jours ses fichiers informatiques ont été piratés et les données recueillies, notamment un peu plu de mille courriers électroniques échangés entre chercheurs, publiées sur Internet.


Que disent ces mails, dont aucun n’a fait à ce jour l’objet de démenti de la part des auteurs ?

Ces mails révèlent des manœuvres peu reluisantes :

- corruption du processus de relecture par les pairs (peer-revew) et de publication dans les revues à comité de lecture
- manipulation les données
- dissimulation de données soumises à l’obligation de publicité, allant jusqu’à la destruction de preuves dans le cadre d’une enquête de la Chambre des Lords
- affichage d’un consensus de façade
- dénigrements de collègues scientifiques
- refus de donner certaines données aux journaux insuffisamment dociles,
- tentatives d’intimidation pour modifier la ligne éditoriale d’un journal,
- évasion fiscale,
- utilisation curieuse de certains fonds…


Extrait du Wall Street Journal du 21 novembre :

Une lecture partielle des courriels démontre que, dans beaucoup de cas, les climatologues révèlent que leurs propres travaux ne sont pas concluants. Dans d’autres courriels, ils discutent de comment dissimuler des désaccords entre eux afin de présenter une position « unifiée » du changement climatique. Dans au moins un courriel, on conseille à ces climatologues de « renforcer » leurs conclusions au sujet du changement climatique et d’événements climatiques extrêmes parce que les responsables gouvernementaux d’un pays préparaient « un gros événement médiatique ».


Le lundi 23 novembre et le mardi 24, que nous disent les journaux Français ? Presque rien. Contrairement à la presse anglo-saxonne et au journal Suisse Le Temps, ils minimisent l’affaire, cachent à leurs lecteurs les enjeux, en prétendant que tout ça n’est fait que pour torpiller Copenhague. Peut-être, mais ils n’en apportent pas le moindre élément de preuve. D’autres hypothèses sont émises par des gens aussi sérieux que nos brillants journalistes français. Mais, pour s’être trop engagée et s’être mouillée jusqu’au cou, notre presse nationale a du mal à faire machine arrière. Seule Rue 89, qui n’est pas vendue en kiosque et n’est lisible que sur Internet sauve in-extremis le peu d’honneur qui reste au journalisme français.


Qu’est-ce qui fait si peur à nos journalistes ?

Pendant des années les journalistes français :


1° Ont donné la parole exclusivement aux pontes du GIEC (Ils continuent de plus belle depuis lundi).


2° On relayé les communiqués des terroristes de Greenpeace et des incompétents notoires que sont Hulot, Yann Arthus Bertrand et le WWF.


3° N’ont jamais informé leurs lecteurs de la lettre ouverte signée par soixante scientifiques internationaux spécialisés dans des disciplines relatives au climat, adressée le 6 avril 2006 au Premier Ministre canadien, Stephen Harper, contestant les thèses du GIEC, ni du “Report of the nongovernmental international panel on climat change” intitulé en français “C’est la nature, et non l’activité humaine qui détermine le climat”, publié le 3 mars 2008 par un panel international de vingt-quatre scientifiques de haut niveau, ni de la pétition dite de l’Oregon, signées par 9000 docteurs en science. http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-34341953.html


4° N’ont jamais donné la parole au grand climatologue Richard Lindzen. http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-rechauffement-climatique-la-science-sacrifiee-sur-l-autel-de-la-pensee-unique-37873266.html


5° Ont refusé d’écouter Allègre et Courtillot qu’ils ont traités de falsificateurs, agonis d’injures et trainés dans la boue, traitant le premier de vieux fou solitaire et le second de falsificateur. http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-36541957.html


6° N’ont même pas signalé à leurs lecteurs les doutes sérieux que commençaient à émettre quelques solides piliers du GIEC à Genève en septembre dernier. http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-36121133.html


7° Ont méprisé leurs lecteurs, dont certains d’une culture scientifique très supérieure à la leur, qui allaient farfouiller un peu plus loin qu’eux.


Aujourd’hui ils ne comprennent pas pourquoi la presse française se meurt.


Laissons, provisoirement, le mot de la fin à Keith Briffa du CRU, dans un e-mail révélé par le piratage :

“Je me suis donné beaucoup de mal pour trouver un équilibre entre les besoins de la science et ceux du GIEC qui ne sont pas toujours les mêmes.”


Bibliographie :

Daily Telegraph
http://blogs.telegraph.co.uk/news/jamesdelingpole/100017393/climategate-the-final-nail-in-the-coffin-of-anthropogenic-global-warming/

Guardian
http://www.guardian.co.uk/commentisfree/cif-green/2009/nov/23/global-warming-leaked-email-climate-scientists?showallcomments=true#CommentKey:ec106fea-3008-4b59-ba57-dbc1aaddeff4

Wall Street Journal
http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704888404574547730924988354.html

Le temps
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/85ab676a-d7ae-11de-a5a2-539eee1162dc/Une_conspiration_des_scientifiques

Rue 89
http://eco.rue89.com/2009/11/23/le-climategate-de-la-recherche-sur-le-rechauffement-127022

Le Monde
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/11/23/les-courriels-de-climatologues-divulgues-pour-les-discrediter_1270700_3244.html

Libération
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/11/climatologues-pirat%C3%A9s-blogosph%C3%A8re-en-folie.html

Libération
http://www.ecrans.fr/Des-e-mails-pirates-pour-faire,8612.html

L’Express
http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/des-e-mails-pirates-pour-discrediter-des-climatologues_830355.html

Le Point
http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2009-11-23/rechauffement-climat-un-laboratoire-pirate-a-quelques-jours-du-sommet-de/1387/0/398056

Le Nouvel Observateur
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/environnement/le_sommet_de_copenhague/20091123.OBS8555/des_documents_sur_le_rechauffement_climatique_pirates.html

 

Laurent Berthod

 

Last, but not least, Le Figaro, s'est enfin fendu d'un article sur l'affaire, bien discipliné, bien dans la ligne :

http://www.lefigaro.fr/environnement/2009/11/26/01029-20091126ARTFIG00024-batailles-sur-le-climat-autour-d-e-mails-voles-en-angleterre-.php


Partager cet article

commentaires

Laurent Berthod 02/12/2009



Rectificatif
Dans mon blog, j’ai retiré le membre de phrase :

“allant jusqu’à la destruction de preuves dans le cadre d’une enquête de la Chambre des Lords”.

Cette assertion résulte d’une regrettable confusion de ma part dans le dépouillement des nombreux documents auquel j’ai procédé. Je m’en excuse vivement auprès des lecteurs qui ont été induits en
erreurs.

http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-climategate-revue-de-presse-40098937.html



JeanPhilippe 08/12/2009


Il serait bon de revoir le post.
De faire la difference entre les scientifiques climatologues et les associations.

Depuis beaucoup de choses sont evidentes, il n'y a pas d'affaire climategate d'un point de vue scientifique.

Le traitement politique et public, ca c'est different, mais l'expertise du GIEC n'est pas remise en cause, apres ce qu'en font les politiques et les idiots du village globale c'est autre chose.


Jean-Gabriel Mahéo 08/12/2009


JeanPhilippe,

Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que vous déclarez.

Pour ma part, du jour où je me suis intéressé à la question, j'ai toujours remis en cause "l'expertise du Giec", car elle est pour le moins fondée sur la confusion entre modélisation et science
expérimentale.
Les résultats d'un modèle ne dépendent jamais que des données qu'on y a introduit, ils sont comme le résultat de 2+2, pour ainsi dire.
Et tant que les scientifiques du climat et le Giec continueront à faire croire que de simples hypothèses sont, par la vertu des résultats de modèles ésotériques, des faits scientifiques
incontestables, je crierai à la fraude.

D'autre part, dans la théorie du RCA, la "réponse" politique a curieusement précédée la "question" scientifique, en ce que le développement humain a été accusé du RCA loooongtemps avant que les
premiers éléments de "preuves" ait été présenté.

Et ce ne sont là que quelques uns des aspects de la qualité douteuse de la théorie du RCA.

D'ailleurs, l'origine de la théorie du RCA se trouve en partie ici :
"Etude sur la
nature des mouvements écologistes et leurs véritables objectifs"

Il y a tant de problèmes sur cette théorie du réchauffement global d'origine anthropique, en amont comme en aval, que le mieux que l'on pourrait faire serait de la pousser discrètement vers les
oubliettes, et de ne plus jamais en parler qu'en rougissant de honte.

Cela étant fait, nous pourrions nous atteler à une tâche nettement plus majestueuse que celle d'empêcher les vaches de pèter : mettre les peuples et les nations à l'abri des conséquences des
variations climatiques de notre planète - quelles qu'en soient les causes -, grâce à un genre de plan Marshall mondial, une révolution verte universelle, et tous les moyens que les Rooseveltiens
nous ont montrés.

Salutations,
Jean-Gabriel Mahéo


bamboo 11/12/2009


Le climate gate et plus généralement ce qui deviendra probablement dans l'avenir l'affaire GIEC ou l'affaire de l'effet de serre comme il y a eu une affaire Lyssenko constituent un passionnant
sujet de sociologie.

Pour ma part, je fais le rapprochement entre cela et le débat des lumières et la lutte des anti-lumières : cf. "Les lumières radicales" de Jonathan Israel, passionnant "roman" de l'histoire, des
pérégrinations et des vicissitudes des penseurs des lumières.

Il y a en effet de nombreux parallélismes et "Les lumières radicales" m'éclairent sur ce qui se passe aujourd'hui...

Comme à l'époque des lumières, les forces institutionnelles maintiennent sans la moindre inflexion le cap de leurs certitudes infondées...



 


Jean-Gabriel 11/12/2009


Cher Bamboo,

ce que vous signalez semble intéressant, mais pourriez-vous développer, sans trop complexifier, votre pensée ?

Cordialement,
Jean-Gabriel