Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 08:07

Martin Luther King, "I've been to the mountain top", troisième et dernière partie. Partie 2

Le livre des semons, ici



Audio
en bas


(...) Et au moment d'arriver à Jéricho, quinze ou vingt minutes plus tard, vous vous trouvez à près de huit cents mètres au-dessous du niveau de la mer. C'est une route dangereuse. Au temps de Jésus on appelait cet endroit la «passe sanglante ». Vous savez, il est possible que le prêtre et le lévite aient vu cet homme allongé et se soient demandé si les brigands n'étaient pas encore dans les parages. Peut-être même ont-ils cru que l'homme faisait seulement semblant. Qu'il feignait d'avoir été dévalisé et blessé pour les piéger sur-le-champ, les tromper pour se saisir d'eux tout soudain et plus aisément. (Oh oui.) Aussi la première question que le lévite avait posée était-elle: «Si je m'arrête pour aider cet homme, que va-t-il m'arriver? »

Mais le Bon Samaritain était alors passé. Et il avait posé la question à l'envers: «Si je ne m'arrête pas pour aider cet homme, que va-t-il lui arriver? » Telle est la question qui se pose à vous ce soir. Ce n'est pas: «Si je m'arrête pour aider les éboueurs, que va-t-il en être de mon travail?» Ce n'est pas: «Si je m'arrête pour aider les éboueurs, que va-t-il en être de toutes ces heures que j'ai l'habitude de passer à mon bureau de pasteur chaque jour et chaque semaine? » La question n'est pas: «Si je m'arrête pour aider cet homme dans le besoin, que va-t-il m'arriver? » Elle est: «Si je ne m'arrête pas pour aider les éboueurs, que va-t-il leur arriver? » Voilà la question.
Dressons-nous ce soir avec plus encore d'empressement. Levons-nous avec une plus grande détermination. Marchons, en ces jours décisifs, en ces jours de défi, pour faire de l'Amérique ce qu'elle doit être. Nous avons une chance de faire de l'Amérique une nation meilleure. Et je veux remercier Dieu, une fois encore, de m'avoir permis d'être ici avec vous.

Vous savez, il y a plusieurs années, j'étais à New York, en train de dédicacer le premier livre que j'avais écrit. Et pendant que j'étais assis, en train de dédicacer des livres, une femme noire, une démente, a surgi. La seule question que j'ai entendue de sa bouche a été: «Êtes-vous Martin Luther King? » Sans lever les yeux de ce que j'étais en train d'écrire, j'ai répondu: «Oui. » Et la minute d'après j'ai senti un coup dans la poitrine. Avant même de m'en rendre compte, j'avais été poignardé par cette démente.
J'ai été rapidement expédié à l'hôpital de Harlem. C'était par un sombre après-midi de samedi. Et cette lame m'avait traversé. Et les rayons X ont révélé que la pointe de la lame avait frôlé l'aorte, la principale artère. Une fois que celle-ci est perforée, votre propre sang vous étouffe; c'en est fini de vous. Le New York Times du lendemain matin disait que si j'avais éternué, je serais mort.
Eh bien, quatre jours plus tard environ, après l'opération, après que ma poitrine eut été ouverte et que la lame eut été extraite, on me permettait déjà de me promener dans une chaise roulante à l'intérieur de l'hôpital. On me permettait de lire une partie du courrier qui me parvenait; de tous les États-Unis et de toutes les parties du monde me parvenaient des lettres pleines de gentillesse. J'en ai lu un bon nombre, mais il en est une que je n'oublierai jamais. J'avais reçu des messages du président et du vice-président. J'ai oublié ce que disaient ces télégrammes. J'avais reçu la visite et une lettre du gouverneur de l'État de New York, mais j'ai oublié ce que disait sa lettre.
Mais il y avait une autre lettre qui venait d'une petite fille, d'une jeune fille, une élève du lycée de White Plains. Et j'ai regardé cette lettre, et je ne l'oublierai jamais. Elle disait seulement: «Cher pasteur King, je suis en seconde au lycée de White Plains. » Elle disait: « Bien que cela ne devrait pas compter, je voudrais mentionner que je suis blanche. l'ai appris par le journal le malheur qui vous est arrivé et combien vous souffrez. Et j'ai lu que si vous aviez éternué vous seriez mort. Et je vous écris simplement pour vous dire que je suis bien heureuse que vous n'ayez pas éternué. » Je veux vous dire que je suis heureux, moi aussi, de ne pas avoir éternué. Car si j'avais éternué, je n'aurais pas été là en 1960 quand les étudiants ont commencé à occuper, dans tout le Sud, les comptoirs des lieux de restauration. Et je savais que s'ils s'asseyaient devant ces comptoirs, ils n'en étaient pas moins debout, dressés pour ce qu'il y avait de meilleur dans le rêve américain; et je savais qu'ils ramenaient toute la nation aux grandes sources de la démocratie, profondément creusées dans le sol par les pères fondateurs, auteurs de notre Déclaration d'indépendance et de notre Constitution (...)
Si j'avais éternué, je ne me serais pas trouvé là en 1962, quand les Noirs d'Albany, en Géorgie, ont décidé de redresser l'échine. Et chaque fois que des hommes et des femmes redressent l'échine, ils peuvent aller où ils veulent, car personne ne peut monter sur votre dos tant que vous vous tenez droit.
Si J'avais éternué, je ne me serais pas trouvé là en 1963 quand les Noirs de Birmingham, dans l'Alabama, ont soulevé la conscience de la nation et fait adopter le projet de loi sur les droits civiques.
Si j'avais éternué, je n'aurais pas eu l'occasion d'essayer, un peu plus tard, la même année, d'évoquer devant les Américains un rêve que j'avais fait.
Si j'avais éternué, je ne serais pas allé à Selma, dans l'Alabama, assister au grand mouvement qui s'y est déroulé.
Si j'avais éternué, je ne serais pas à Memphis pour voir toute une communauté serrer les rangs autour de nos frères et sœurs éprouvés.
Je suis très heureux de ne pas avoir éternué.
J'ai quitté Atlanta ce matin; au moment du décollage de l'appareil, nous étions six, le pilote nous a dit par l'interphone: «Nous sommes désolés d'avoir du retard, mais nous avons le pasteur Martin Luther King à bord. Et pour être sûrs que tous les sacs avaient été examinés, pour être sûrs que rien de mal n'arriverait à l'avion, il nous a fallu tout vérifier soigneusement. Nous avons fait surveiller l'appareil toute la nuit. » Et je suis arrivé à Memphis. Certains commençaient à énumérer ou à commenter les menaces qui circulaient. Et ce que voulaient me faire certains de nos frères blancs dont l'âme était malade.
Eh bien, je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Nous avons devant nous des journées difficiles. Mais peu m'importe ce qui va m'arriver maintenant, car je suis allé jusqu'au sommet de la montagne. Je ne m'inquiète plus. Comme tout le monde, je voudrais vivre longtemps. La longévité a son prix. Mais je ne m'en soucie guère maintenant. Je veux simplement que la volonté de Dieu soit faite. Et il m'a permis d'atteindre le sommet de la montagne. J'ai regardé autour de moi. Et j'ai vu la Terre promise. Il se peut que je n'y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la Terre promise. Ainsi je suis heureux, ce soir. Je ne m'inquiète de rien. Je ne crains aucun homme. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur.

Cet objet nécessite un plugin pour être lu ou le fichier n'est pas accessible.
Vous pouvez tenter d'ouvrir directement le fichier par ce lien.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Malaïka 11/02/2007 14:47

Bonsoir,
Je découvre votre blog et je le trouve très intéressant. Je suis heureuse de découvrir un texte qui me bouleverse et dont je parlais hier sur mon blog.
Martin Luther King est un modèle.
Bonne continuation
Malaïka
 

kévin 12/02/2007 10:14

Merci beaucoup! Bienvenue sur ce blog et n'hésitez pas à l'enrichir de vos commentaires. Heureux de voir que Martin Luther King fait encore rêver!
Kévin

Isa 06/02/2007 21:22

Je viens de l'écouter en entier, c'est fort et poignant.Quelle force de caractère et quel amour!MerciIsa

Dom 02/02/2007 23:56

Un texte magnifique.On ne sait jamais ce qui peut toucher. C'est étonnant que cette lettre si simple ait pu l'interpeler de la sorte et en même temps cela révèle la profonde humanité de cet homme.Encore un message d'espoir.Un seul homme qui a fait tant, cela devrait donner à réfléchir à tous ces marchands de désespoirs qui pensent pouvoir gouverner en manipulant l'angoisse et la peur. Peu importe ceux-là qu'ils éternuent parce qu'ils ne cherchent pas à gouverner mais à dominer.

kévin 06/02/2007 13:11

Merci.
Je rappelle que vous pouvez écouter le discours tout en lisant le texte en version française. C'est assez facile: Martin Luther King parle lentement et dans un bon anglais.
Kévin