Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
3 juillet 2006 1 03 /07 /juillet /2006 12:18
Un très beau poème de Schiller, composé en 1801, en réponse à Voltaire, qui en 1755 avait ridiculisé Jeanne d'Arc dans son livre la pucelle.
Schiller a aussi écrit une magnifique tragédie, la pucelle d'Orléans.


La pucelle d'Orléans

Pour ravaler la noble image de l'humanité, la raillerie t'a traîné dans la plus épaisse poussière: l'esprit moqueur est en lutte éternelle avec le beau; il ne croit ni à l'ange, ni au dieu; il veut ravir au coeur ses trésors, il combat l'espérance et blesse la foi.
Mais, issue, comme toi-même, d'une race candide, pieuse bergère comme toi, la Poésie te tend sa main divine; elle s'élance avec toi vers les astres éternels. Elle t'a entourée d'une auréole; le coeur t'a crée, tu vivras immortelle.
Le monde aime à noircir ce qui rayonne et à traîner le sublime dans la poudre. Mais sois sans crainte! Il est encore de belles âmes qui s'enflamment pour ce qui est élevé et grand. Que Momus1 divertisse la halle bruyante; un noble esprit aime de plus nobles figures.


1.
Momus, dieu de la raillerie, des "malicieuses critiques et des bons mots". Ce dieu est représenté levant son masque, et tenant à la main une marotte, symbole de la folie.

Partager cet article

Repost 0
Published by kévin - dans Poésies
commenter cet article

commentaires

Dom 04/07/2006 23:37

Ridiculisé n'est pas un vain mot !Par curiosité je suis allée voir Voltaire, j'ai beaucoup ri sur cette strophe :(site sur lequel il y a l"intégralité du texte :http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?pucelle1)L'ensemble du texte est véritablement une moquerie enlevée, impertinente et virtuose.Toute héroïne a besoin d'un coursier ; Jeanne en demande au triste muletier : Mais aussitôt un âne se présente, Au beau poil gris, à la voix éclatante, Bien étrillé, sellé, bridé, ferré, Portant arçons avec chanfrein doré, Caracolant, du pied frappant la terre, Comme un coursier de Thrace ou d'Angleterre. Ce beau grison deux ailes possédait Sur son échine, et souvent s'en servait. Ainsi Pégase, au haut des deux collines, Portait jadis neuf pucelles divines ; Et l'hippogriffe, à la lune volant, Portait Astolphe au pays de saint Jean.

kévin 15/07/2006 09:34

Merci pour cette recherche et pour le lien. Je re-conseille vivement de se procurer la pièce de Schiller "la pucelle d'Orléans" et de comparer les deux versions.