Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

henry_charles_carey.jpg

TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE X :

DES CHANGEMENTS DE LIEU DE LA MATIÈRE.

 

    § 5. — L'engrais est la denrée la plus nécessaire à l'homme et celle qui supporte le moins le transport.


    De toutes les choses nécessaires aux desseins de l'homme, celle qui peut le moins supporter le transport et qui, cependant, est la plus importante de toute, c'est l'engrais. Le sol ne peut continuer de produire, qu'à la condition de lui restituer les éléments dont s'est composée sa récolte. Cette condition étant remplie, la quantité de subsistances augmente, et les hommes peuvent se rapprocher davantage et combiner leurs efforts, en développant leurs facultés individuelles et augmentant ainsi leur richesse ; et cependant cette condition d'amélioration, toute essentielle qu'elle est, a échappé à tous les économistes. Le sujet étant très-important et ayant été traité avec des développements considérables, dans un ouvrage que nous avons déjà cité, nous avons jugé à propos de soumettre à l'examen du lecteur le passage suivant :

    «  Chaque récolte est formée de substances fournies par les récoltes antérieures ; tous les principes qui manquent dans l'engrais disparaîtront tôt ou tard dans les produits. L'épuisement et la rénovation doivent se succéder en mesure égale. Si un élément, quelque faible qu'en soit la proportion, est constamment retiré du sol, le produit, dont il est une des parties intégrantes, doit enfin cesser de reparaître. Si les animaux sont nourris sur le sol, leurs excréments lui rendent une grande partie de la matière inorganique que les plantes dont ils se nourrissent lui ont dérobée. Mais les pâturages les plus gras donnent, au bout d'un certain temps, des signes d'épuisement, si les jeunes bestiaux qui y paissent sont envoyés à des marchés éloignés. Que les bestiaux restent, et ils rendront fidèlement leur engrais ; si ce sont des vaches, leur lait contient une quantité considérable de phosphate de chaux, et si on l'envoie au marché sous sa forme naturelle, ou sous la forme de beurre ou de fromage, le sol cessera de fournir l'herbage propre à faire du lait. Les pâturages du Cheshire, en Angleterre, fameux par leur exploitation du lait de vache, ont été appauvris de cette manière. On les a restaurés par l'application d'un engrais d'os moulus, d'os humains apportés, en grande partie, des champs de bataille du continent, qui contiennent, dans leur constitution intime les mêmes substances que le lait. Nous avons une preuve de l'importance réelle de ce qui peut paraître une perte insignifiante pour le sol, dans ce fait rapporté par le professeur Johnston, que des terres qui ne payaient que 5 schellings de rente par acre, sont devenues susceptibles, en leur restituant les phosphates calcaires provenant des os, dont on les avait dépouillées par ignorance, de donner une rente de 40 schellings, en laissant, en outre, un honnête profit à l'éleveur de vaches. Des récoltes de différentes espèces absorbent les matières inorganiques du sol dans des proportions diverses ; les grains, par exemple, s'emparent principalement des phosphates, les pommes de terre et les navets, surtout de la potasse et de la soude. Mais toutes les récoltes, naturelles ou artificielles, enlèvent à la terre quelque élément essentiel, et, sous quelque forme que cet élément soit enlevé finalement, qu'il entre dans les muscles et dans les os des animaux ou des hommes, dans les tissus de coton, de laine ou de lin, dans les bottes ou dans les chapeaux faits de la peau ou de la fourrure des animaux, quel que soit enfin le nombre des transformations qu'il ait pu subir, le pouvoir végétatif de la terre, à laquelle il a été enlevé, se trouve diminué d'autant. La nature est un créancier débonnaire, qui ne présente pas de mémoire de dommages-intérêts pour l'épuisement de sa fertilité. Nous n'avons donc pas coutume de porter en compte ce qui est dû à la terre. Mais nous pouvons nous former une idée de l'importance pécuniaire de cette dette, par ce fait, que l'engrais appliqué annuellement au sol de la Grande-Bretagne était évalué, en 1850 (2), à 103 369 139 liv. sterl., somme qui dépasse, de beaucoup, la valeur totale de son commerce extérieur. Dans la Belgique, qui entretient une population de 336 habitants par mille carré, soit un habitant par chaque acre labourable du royaume, — dans ce pays, qui, selon Mac Culloch, « produit ordinairement plus du double de la quantité de grains nécessaire à la consommation de ses habitants, et où l'on nourrit dans des étables d'immenses quantités de bestiaux pour se procurer du fumier, les excréments liquides d'une seule vache se vendent 10 dollars par an. Les habitants de la Belgique, en rendant leur population, tant en hommes qu'en bestiaux, la plus dense du monde, peuvent produire du boeuf, du mouton, du porc, du beurre et du grain, à un prix assez bas pour leur permettre d'exporter ces articles en Angleterre, et de nourrir ces individus qui croient à l'excès de population. »

    « La nécessité de mettre en ligne de compte l'épuisement comparatif provenant de la croissance et de l'enlèvement des récoltes, modifie considérablement les conséquences qu'on pourrait autrement en tirer à l'égard de leur valeur. Un ouvrage dans lequel toutes les circonstances qui peuvent affecter l'économie des différents modes de culture, sont soumises à un calcul mathématique rigoureux (3), dont l'auteur a puisé les éléments indispensables dans des comptes exacts qu'il a tenus pendant quinze ans, en qualité de directeur d'une école d'agriculture et d'une ferme-modèle en Allemagne, nous fournit l'exemple suivant : cet écrivain s'est assuré que trois boisseaux de pommes de terre contiennent la même quantité de substance nutritive qu'un boisseau de seigle, étalon auquel il compare toutes les autres récoltes. Il pose aussi en fait, qu'un terrain de même étendue et de même qualité produit neuf boisseaux de pommes de terre, tandis qu'il n'en produirait que trois de seigle; mais qu'un boisseau de ce dernier article demande autant de travail qu'en exigeraient 5 7/10 boisseaux du premier. En cultivant des pommes de terre, on pourrait donc obtenir une quantité donnée de nourriture, d'une superficie d'un tiers moins considérable et avec moitié moins de travail, qu'il n'en faudrait pour la produire sous la forme de seigle. Mais, pour entretenir le sol en bon état, de manière à ce qu'il puisse produire du seigle ou des pommes de terre, il faut consacrer une portion de la ferme à la pâture, afin de se procurer de l'engrais. En faisant la part de ce que les deux récoltes en question demandent de cet article, on trouve que la même superficie qui suffit à la production de 39 mesures de substance nutritive sous la forme de seigle, au lieu d'en produire trois fois autant en pommes de terre, n'en donne que 64. La valeur réelle des deux récoltes, au lieu d'être dans la proportion de 100 à 300, n'est que de 100 à 164. »

    « Le calcul ci-dessus est fondé sur la supposition que la ferme fabrique elle-même et économise son engrais. Chaque ville, cependant, chaque hameau, où il y a une réunion d'artisans, est un endroit d'où l'on peut enlever le rebut des récoltes, après qu'elles ont servi à la subsistance de l'homme, avec un grand avantage pour la santé des habitants, et sans aucun préjudice pour la puissance productive de leur industrie. L'eau des égouts des grandes villes contient ce rebut à l'état de dilution, extrêmement favorable à la croissance des plantes et à l'augmentation de la fertilité. « Les égouts de chaque ville de mille habitants, dit le professeur Johnston, entraînent annuellement à la mer une quantité d'engrais égale à 270 tonneaux de guano, valant, au prix courant du guano en Angleterre, 13,000 dollars, et capable de donner une augmentation de produits qu'on ne peut évaluer à moins de 1,000 quarters de grains. Des ingénieurs compétents ont affirmé, que l'engrais liquide peut se distribuer avec bien moins de frais que ne coûterait le charroi d'une quantité d'engrais solide, d'une puissance fertilisante identique. On a conduit l'eau, provenant du drainage de la plus grande partie de la ville d'Édimbourg, dans une tranchée qui sert à inonder trois cents acres de plaine, que l'on a rendus, de cette façon, tellement productifs, qu'on a pu souvent les faucher jusqu'à sept fois dans une saison. Une portion de cette plaine, louée à long bail, à raison de 5 liv. sterl. par acre, est sous-louée pour 30 liv., et quelques-unes des plus riches prairies sont louées à des taux encore plus élevés. Des avantages de cette espèce sont le résultat de combinaisons exécutées sur une grande échelle. Cependant les centres de population fournissent des engrais que le fermier utilise immédiatement, sans aucun autre secours que celui de ses charrettes et de ses chevaux. Pour juger s'il est plus avantageux de faire l'engrais sur la ferme, en consacrant à cet objet des portions de terrain qui, autrement, pourraient produire des récoltes pour la vente, que de l'acheter à la ville, il faut savoir quel en est le prix, et à quelle distance il est nécessaire de le transporter. L'agronome allemand, que nous avons cité plus haut, a calculé la relation qui existe entre les prix que le fermier peut donner pour l'engrain qu'il achète à la ville, — dans le but de produire des pommes de terre avec la même économie que si cet engrais provenait des autres récoltes de la ferme, — et la distance à laquelle il faut le transporter. Il résulte de son calcul, qu'une quantité d'engrais, qui vaudrait 5 doll. 40, si on l'appliquait à un terrain situé dans les faubourgs de la ville, ou dans un endroit où les frais de transport sont si faibles qu'on peut n'en pas tenir compte, ne vaut que 4 doll. 20, si la ferme est éloignée d'un mille allemand (4,60 milles anglais) ; 3 doll. 10, si la distance est de deux milles allemands ; 1 doll. 80, à trois milles; 83 cents, à quatre milles ; et qu'à la distance de 4 3/4 milles allemands ou 22 milles anglais, il ne peut plus rien en donner, quoiqu'il puisse encore le transporter à un prix assez bas pour abandonner la culture des pommes de terre sur cette portion de sa ferme, qui, sans cela, doit être consacrée à la production de récoltes propres à rendre à la terre la fertilité que les tubercules épuisent. Il suit des considérations que, dans les paragraphes précédents, nous avons essayé d'élucider d'une manière bien imparfaite, eu égard à leur importance, que la proximité du producteur de l'endroit où la transformation et l'échange s'effectuent, — en d'autres termes, des consommateurs, — est absolument nécessaire pour qu'il puisse produire les récoltes que la terre fournit le plus abondamment. La même surface de terrain, qui, semée en blé, donne deux cents livres de ce qu'on a appelé substance musculaire, — c'est-à-dire ayant la faculté d'entretenir les muscles, — en donne quinze cents, si on la plante en choux ; elle en donne mille, quand on y sème des navets, et quatre cents seulement, si elle produit des haricots (4) » Ce n'est cependant, comme nous l'avons vu, que dans un cercle limité autour des centres de population, que l'agriculteur peut choisir l'objet auquel il consacrera son terrain et son travail. A mesure qu'augmente son éloignement du consommateur, deux causes agissent de concert pour diminuer son pouvoir. La première, ce sont les frais de transport de ses récoltes au marché, qui le forcent à choisir celles qui ont le plus de valeur sous le moindre volume ; car la production de ces récoltes demande beaucoup d'espace et de travail. La seconde est la difficulté de rapporter, d'une grande distance, le rebut de la récolte, — l'engrais, — faute duquel, la récolte elle-même disparaît. Quelle que soit la qualité du sol, ces conclusions s'appliquent également. Elles sont vraies, sans qu'il soit besoin de se référer à la vérité ou à la fausseté de la théorie de Ricardo sur l'occupation du sol; mais elles anéantissent celle de Malthus, en démontrant que la densité de la population est indispensable à l'abondance des moyens de subsistance (5). »

    La somme de toutes les taxes que nous avons énumérées jusqu'à ce moment est immense, et cependant elles ne forment qu'une partie de celles auxquelles sont soumis nos fermiers de l'Ouest. L'individu, qui doit aller à un marché quelconque, doit payer un certain prix pour y arriver, sous quelque forme que ce puisse être, et parmi ces charges se trouvent les assurances maritimes et les assurances contre l'incendie. Toutes les pertes résultant des nombreux incendies qui ont lieu dans les grandes villes de commerce, — tels qu'on en a vus à New-York et à Liverpool, à Hambourg, à Memel et à Londres, sont payables sur les denrées fournies par le fermier, et ne le sont, en aucune façon, par les individus qui se placent comme intermédiaires entre lui et son marché. Le contraire est tellement vrai, que ceux-ci profitent largement des pertes subies, une des parties les plus avantageuses de leur industrie consistant dans l'assurance contre des pertes qui n'auraient jamais lieu, si les marchés pour les matières premières étaient partout, pour ainsi dire, sous la main. Le fermier qui réside dans le voisinage de Londres n'a aucune assurance à payer, toutes ses denrées trouvant un demandeur, immédiatement, et sur le lieu même de production (6).

    Voilà ce qui forme une partie, et une partie seulement des taxes qui grèvent la terre et le travail, par suite de la nécessité d'effectuer des changements de lieu, résultant de la dépendance d'un marché éloigné. Après les avoir examinées, le lecteur ne pourra guère mettre en doute qu'elles expliquent parfaitement ces deux faits, que, dans tous les pays purement agricoles, la terre est sans valeur, et que l'homme continue à rester dans un état d'esclavage. Partout où l'on construit des usines et des fourneaux, où l'on ouvre des mines, il se produit une demande de pommes de terre et de navets, de choux et de foin, de fraises et de framboises, qui permettent au fermier de recueillir de la terre des tonnes là où jadis il ne recueillait que des boisseaux, et de lui restituer, en outre, tous les éléments dont elle a été dépouillée. Se trouvant sur un marché, et économisant tous les frais de transport et de commission, il peut perfectionner sa machine cultivante. Défrichant et drainant ses terrains les plus fertiles, en même temps qu'il exploite la chaux ou les autres substances minérales et métalliques, qui se trouvent en abondance dans ses terrains plus ingrats, il obtient une succession de récoltes qui mûrissent à diverses époques de l'année ; la réussite complète de quelques-unes compense l'insuffisance partielle des autres, et donne à son travail une certitude de rémunération qui autrefois n'existait pas. Il trouve maintenant sur sa ferme une demande continuelle pour son travail et celui de ses chevaux, et il arrive à ce résultat par la raison que, toutes les fois qu'il envoie au marché une charge de subsistances, sa charrette revient chargée de rebuts que lui rapporte ce marché, et avec lesquels il pourra améliorer sa terre. Le temps acquérant plus de valeur, il substitue constamment une machine qui accomplit un mouvement continu, à celle dont il avait fait usage jusqu'à ce jour, et dont il n'obtenait qu'un mouvement intermittent ; et c'est ainsi qu'il avance sans cesse, avec une force constamment plus rapide, qui permet à un nombre constamment croissant d'individus, de se procurer de plus grandes quantités de subsistances, avec un accroissement invariable dans la puissance d'association, dans le développement de l'individualité et dans la possibilité de faire de nouveaux progrès.

 

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires