Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 04:50
Un magnifique poème sur la joie, la vie, la nature, l'homme, l'art et l'immortalité.



Ode au vent d'Ouest (Ode to the Westwind)

I

Sauvage Vent d'Ouest, haleine de l'Automne,

Toi, de la présence invisible duquel les feuilles mortes
S'enfuient comme des spectres chassés par un enchanteur,

Jaunes, noires, blêmes et d'un rouge de fièvre,
Multitude frappée de pestilence: 0 toi,
Qui emportes à leur sombre couche d'hiver

Les semences ailées qui gisent refroidies,
Chacune pareille à un cadavre dans sa tombe, jusqu'à ce que
Ta sœur d'azur, déesse du Printemps fasse retentir

Sa trompe sur la terre qui rêve, et emplisse
(Chassant aux prés de l'air les bourgeons, son troupeau,)
De teintes et de senteur vivantes la plaine et les monts:

Sauvage Esprit, dont l'élan emplit l'espace;
Destructeur et sauveur, oh, écoute moi!

II

Toi, dont le courant dans les hauteurs du ciel bouleversé
Entraîne les nuages dispersés comme les feuilles mourantes de la terre,
Détachés des rameaux emmêlés des Cieux et de l'Océan,

Apportant sur leurs ailes la pluie et les éclairs;
On voit s'épandre à la surface bleue de ta houle aérienne,
Telle, emportée par le vent, la chevelure dorée

De quelque Ménade déchaînée, du bord obscur
De l'horizon jusqu'à la hauteur du zénith,
Les boucles échevelées de l'orage approche.
Toi, chant funèbre

De l'an qui meurt, pour qui cette nuit qui tombe
Sera le dôme d'un immense sépulcre,
Au-dessus duquel la cohorte de toutes tes puissances assemblées

Étendra une voûte de nuées, dont l'épaisse atmosphère
Fera jaillir la noire pluie, le feu, la grêle: oh, écoute-moi!

III

Toi qui as éveillé de ses rêves d'été
La bleue Méditerranée en sa couche,
Bercée par les remous de ses ondes de cristal

Près d'une île de ponce, au golfe de Baïes,
Voyant dans son sommeil palais et tours antiques
Trembler au sein du jour plus lumineux des vagues,

Tout tapissés de mousses glauques et de fleurs
Si suaves, que nous défaillons y songeant;
Toi, devant qui les flots unis du puissant Atlantique

Se creusent en abîmes, alors qu'aux profondeurs
Les fleurs de mer et les rameaux limoneux qui portent
Le feuillage sans sève de l'océan, reconnaissent

Ta voix soudain, et blêmissent de frayeur,
Et tremblent et se dépouillent: oh, écoute-moi!

IV

Si j 'étais feuille morte que tu pusses emporter;
Si j'étais nuage rapide et fuyais avec toi;
Vague, pour palpiter sous ta puissance,

Et partager l'impulsion de ta vigueur,
Moins libre que toi seul, indomptable!
Si même Ainsi qu'en mon enfance, je pouvais être

Le compagnon de ton vagabondage au ciel,
Comme en ce temps où dépasser ton vol céleste
Semblait à peine une vision, je n'aurais point avec toi

Ainsi lutté, te suppliant dans ma détresse.
Oh, emporte-moi, comme une vague, une feuille,un nuage!
Sur les épines de la vie, je tombe et saigne!

Le lourd fardeau des heures a enchaîné et courbé
Un être trop pareil à toi: indompté, vif et fier.

v

Fais de moi ta lyre, comme l'est la forêt:
Qu'importe si mes feuilles tombent, comme les siennes!
Le tumulte de tes puissantes harmonies

Tirera de tous deux un son profond d'automne,
Doux, malgré sa tristesse. Sois, âme farouche,
Mon âme! Sois moi-même, vent impétueux!

Chasse mes pensées mortes par-dessus l'univers,
Feuillage desséché d'où renaisse la vie!
Et par l'incantation de ces vers,

Disperse, comme d'un foyer inextinguible
Cendres et étincelles, mes paroles parmi l'humanité!
Sois par mes lèvres, pour la terre assoupie encore,

La trompette d'une prophétie! 0, Vent,
Si vient l'hiver, le printemps peut-il être loin?

Shelley (1819)

Percy Bisshe Shelley (1792-1822)

Partager cet article

Repost 0
Published by kévin - dans Poésies
commenter cet article

commentaires

Bernard Bretonniere 05/02/2012 14:48


Grand merci d'un "collectionneur" des traductions de ce poème.


Et beau dimanche d'Hiver

Kévin 05/02/2012 09:55


Bonjour,


La traduction est de M.L Cazamian et date de 1960 (AUBIER, éditions Montaigne).


Désolé pour la réponse tardive!

Bernard Bretonniere 04/02/2012 02:15


Bonsoir, et merci de m'indiquer, si vous le pouvez, de qui (prénom et nom) est la traduction d'Ode au vent d'Ouest de Shelley, et de quelle année elle date.


 


En vous assurant de l'intérêt que je porte à votre site


 


B.B.

Jean-Gabriel Mahéo 04/02/2012 11:17



Bonjour monsieur Bretonnière.


 


Pardonnez-moi d'avoir laissé sans réponse votre premier message.


Je transmets votre demande à l'auteur de la page en question.


 


Merci de l'intérêt que vous portez à notre site,


Bien cordialement,


 


Jean-Gabriel Mahéo



Bernard Bretonniere 29/01/2012 01:20


Bonsoir,


il eut été opportun de citer le traducteur de cette ode fameuse de Shelley ; ce n'est pas (l'excellent) Robert Davreu, qui est-ce donc, et dans quelle édition, à quelle date ? Merci de votre
réponse (très attendue par mon insatiable curiosité)

Yvelines 12/11/2007 04:49

J'eu espoir trouvez une traduire de Une Dirge mais ta traduction de cette poeme fait bien, je pense.             Le Chateau Demoiselle   ;  )