Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 00:09
Lessing
Nathan Le Sage
Editeur: Flammarion, bilingue
416 pages




Par son théâtre et ses écrits critiques, Lessing (1729-1781) est une figure centrale de l'Aufklärung (forme allemande du mouvement philosophique et littéraire qui s’est développé en Europe entre environ 1660 et 1770 et qui se caractérisait par la foi dans la raison humaine, l'image d’un Dieu grand architecte, confiance dans l’homme, dans les capacités de son entendement, optimisme, croyance au progrès).
Avec Nathan le Sage, il porte le débat religieux sur la scène. L'action se situe à Jérusalem au cours de la troisième croisade (1189-1192). Les trois religions monothéistes, incarnées par trois personnages, s'y affrontent: le judaïsme (Nathan le Sage), l'islam (Saladin), le christianisme (le Templier). Un conte de Boccace a fourni à Lessing le modèle de l'épisode où le juif, interrogé sur la vraie religion, répond par la parabole des trois anneaux. Lessing en a fait le centre de sa pièce pour appuyer un idéal de fraternité. C'est une magnifique leçon de tolérance et de dialogue des cultures.

Je rajoute le commentaire de Messer Gaster:
 
Rappelons en passant que le modèle que Lessing a choisi pour son personnage de Nathan est en fait son meilleur ami : le grand penseur juif et humaniste Moses Mendelssohn (1729-1786). Figure clef de l’Aufklärung, il est aussi quelqu’un d’incontournable dans le judaïsme. D’ailleurs, on fait souvent référence aux « trois Moïse » (le premier, celui des Dix Commandements, Moïse Maïmonide et enfin Moïse Mendelssohn). Mendelssohn accomplira un travail considérable pour l’émancipation des juifs et pour briser le ghetto : faire connaître la culture classique humaniste aux juifs et faire connaître la tradition humaniste du judaïsme aux non juifs. Il était en particulier imprégné de la philosophie de Leibniz et déclarait à son sujet : « A toi, immortel Leibniz, j’édifie un mémorial éternel dans mon cœur ! Sans ton aide, j’aurais été perdu à jamais. Je ne t’ai jamais rencontré mais tes écrits impérissables m’ont guidé sur le chemin de la vraie philosophie, à la connaissance de moi-même et de mes origines. Y a-t-il un esclavage plus lourd à porter que celui où la raison est en désaccord avec le cœur ? » Eminent philosophe, Mendelssohn n’était jamais déconnecté du monde dans lequel il vivait. Pour lui, « la philosophie pratique est plus importante que la philosophie spéculative dans la mesure où elle est reliée directement avec le bonheur de l’homme ; elle offre à la tête bien faite autant de matière à réfléchir que le cœur, la possibilité d’enquêter sur soi-même en toute rigueur et de se former à la vertu et à la vraie sagesse ». Et d’ajouter : « Le stade le plus élevé de la sagesse est incontestablement de faire le bien. Quiconque reste au niveau inférieur – la philosophie spéculative – doit se contenter du sort qui consiste à disposer des poteaux indicateurs ou des bornes sur le chemin menant à la félicité. »
Pour revenir à Nathan le Sage, certains pensent que cette œuvre aurait influencé Mozart pour son opéra L’enlèvement au sérail qui sera créée à peine trois après la pièce de Lessing. Il est vrai que l’esprit de cet opéra est très proche de celui de Nathan le Sage.

 


 

Extrait de Nathan le Sage, La parabole des trois anneaux:

NATHAN

Il y a des siècles de cela, en Orient, vivait un homme qui possédait un anneau d'une valeur inestimable, don d'une main chère. La pierre était une opale, où se jouaient mille belles couleurs, et elle avait la vertu secrète de rendre agréable à Dieu et aux hommes quiconque la portait animé de cette conviction. Quoi d'étonnant si l'Oriental la gardait constamment au doigt, et prit la décision de la conserver éternellement à sa famille? Voici ce qu'il fit: il légua l'anneau au plus aimé de ses fils, et il statua que celui-ci, à son tour, léguerait l'anneau à celui de ses fils qui lui serait le plus cher, et que perpétuellement le plus cher, sans considération de naissance, par la seule vertu de l'anneau, deviendrait le chef, le premier de sa maison.
- Entends-moi, Sultan.

SALADIN

Je t'entends. Poursuis!

NATHAN

Ainsi donc, de père en fils, cet anneau vint finalement aux mains d'un père de trois fils qui tous trois lui obéissaient également, qu'il ne pouvait par conséquent s'empêcher d'aimer tous trois d'un même amour. À certains moments seulement, tantôt celui-ci, tantôt celui-là, tantôt le troisième - lorsque chacun se trouvait seul avec lui et que les deux autres ne partageaient pas les épanchements de son cœur - lui semblait plus digne de l'anneau, qu'il eut alors la pieuse faiblesse de promettre à chacun d'eux. Les choses allèrent ainsi, tant qu'elles allèrent. Mais la mort était proche, et le bon père tombe dans l'embarras. Il a peine à contrister ainsi deux de ses fils, qui se fient à sa parole. Que faire? Il envoie secrètement chez un artisan, auquel il commande deux autres anneaux sur le modèle du sien, avec l'ordre de ne ménager ni peine ni argent pour les faire de tous points semblables à celui-ci. L'artiste y réussit. Lorsqu'il apporte les anneaux au père, ce dernier est incapable de distinguer son anneau qui a servi de modèle. Joyeux et allègre, il convoque ses fils, chacun à part, donne à chacun sa bénédiction, et son anneau, et meurt. - Tu m'écoutes, n'est-ce pas, Sultan?

SALADIN (qui, ému, s'est détourné de lui)

J'écoute, j'écoute! Viens-en bientôt à la fin de ton histoire. Est-elle proche?

NATHAN

J'ai fini. Car la suite, désormais, se conçoit d'elle-même. À peine le père mort, chacun arrive avec son anneau, et chacun veut être le chef de la maison. On enquête, on se querelle, on s'accuse. Peine perdue: impossible de prouver quel anneau était le vrai. (Après une pause, pendant laquelle il attend la réponse du Sultan). Presque aussi impossible à prouver qu'aujourd'hui pour nous - la vraie croyance.

SALADIN
Comment? c'est là toute la réponse à ma question?..

NATHAN

Mon excuse simplement si je ne me risque pas à distinguer les trois anneaux, que le père a fait faire dans l'intention qu'on ne puisse pas les distinguer.

SALADIN

Les anneaux! Ne te joue pas de moi! Je croirais, moi, qu'on pourrait malgré tout distinguer les religions que je t'ai nommées, jusque dans le vêtement, jusque dans les mets et les boissons!

NATHAN

D'accord, sauf en ce qui regarde leurs raisons. Toutes en effet ne sont-elles pas fondées sur l'histoire? Écrite ou transmise? Et l'histoire ne doit-elle pas être crue uniquement sur parole, par la foi? N'est-ce pas? Or, de qui met-on le moins en doute la parole et la foi? Des siens, n'est-il pas vrai?
De ceux de notre sang, n'est-il pas vrai? De ceux qui nous ont depuis l'enfance donné des preuves de leur amour, n'est-il pas vrai? Qui ne nous ont jamais trompés que là où il était meilleur pour nous d'être trompés? Comment croirais-je moins mes pères que toi les tiens? Ou inversement! Puis-je te demander d'accuser tes ancêtres de mensonge pour ne pas contredire les miens? Ou l'inverse? C'est également vrai pour les chrétiens. Ne trouves-tu pas?

SALADIN (à part)

Par le Dieu vivant! cet homme a raison. Je ne puis que me taire.

NATHAN

Mais revenons à nos anneaux. Comme je l'ai dit, les fils se citèrent en justice et chacun jura au juge qu'il tenait directement l'anneau de la main du père - ce qui était vrai - après avoir obtenu de lui, depuis longtemps déjà, la promesse de jouir un jour du privilège de l'anneau - ce qui était non moins vrai! Le père, affirmait chacun, ne pouvait pas lui avoir menti; et, avant de laisser planer ce soupçon sur lui, ce père si bon, il préférerait nécessairement accuser de vol ses frères, si enclin fût-il par ailleurs à ne leur prêter que les meilleures intentions. Il saurait bien, ajoutait-il, découvrir les traîtres, et se venger.

SALADIN

Et alors, le juge? J'ai grand désir d'entendre le verdict que tu prêtes au juge. Parle!

NATHAN

Le juge dit : « Si vous ne me faites pas, sans tarder, venir céans votre père, je vous renvoie dos à dos. Pensez-vous que je sois là pour résoudre des énigmes? Ou bien attendez-vous que le vrai anneau se mette à parler? Mais, halte! J'entends dire que le vrai anneau possède la vertu magique d'attirer l'amour : de rendre agréable à Dieu et aux hommes. Voilà qui décidera!
Car les faux anneaux, eux, n'auront pas ce pouvoir! Eh bien: quel est celui d'entre vous que les deux autres aiment le plus? Allons, dites-le! Vous vous taisez? Les anneaux n'ont d'effet que pour le passé? Ils ne rayonnent pas au-dehors?
Chacun n'aime que lui-même? Oh, alors vous êtes tous les trois des trompeurs trompés! Vos anneaux sont faux tous les trois. Il faut admettre que le véritable anneau s'est perdu. Pour cacher, pour compenser la perte, le père en a fait faire trois pour un.

SALADIN

Superbe! Superbe!

NATHAN

Et en conséquence, continua le juge, si vous ne voulez pas suivre le conseil que je vous donne en place de verdict, allez-vous-en! Mon conseil, lui, est le suivant: prenez la situation absolument comme elle est. Si chacun de vous tient son anneau de son père, alors que chacun, en toute certitude, considère son anneau comme le vrai. Peut-être votre père n'a-t-il pas voulu tolérer plus longtemps dans sa maison la tyrannie d'un seul anneau? Et il est sûr qu'il vous a tous trois aimés, et également aimés, puisqu'il s'est refusé à en opprimer deux pour ne favoriser qu'un seul. Allons! Que chacun, de tout son zèle, imite son amour incorruptible et libre de tout préjugé! Que chacun de vous s'efforce à l'envi de manifester dans son anneau le pouvoir de la pierre! Qu'il seconde ce pouvoir par sa douceur, sa tolérance cordiale, ses bienfaits, et s'en remette à Dieu! Et quand ensuite les vertus des pierres se manifesteront chez les enfants de vos enfants; alors, je vous convoque, dans milIe fois mille ans, derechef devant ce tribunal. Alors, un plus sage que moi siégera ici, et prononcera. Allez!  Ainsi parla le juge modeste.

Partager cet article

Repost 0
Published by kévin - dans Livres - cinéma
commenter cet article

commentaires

Messer Gaster 06/02/2007 14:16

Je suis OK !

Messer Gaster 05/02/2007 10:35

Merci Kevin pour la mise en ligne de ce texte magnifique. Rappelons en passant que le modèle que Lessing a choisi pour son personnage de Nathan est en fait son meilleur ami : le grand penseur juif et humaniste Moses Mendelssohn (1729-1786). Figure clef de l’Aufklärung, il est aussi quelqu’un d’incontournable dans le judaïsme. D’ailleurs, on fait souvent référence aux « trois Moïse » (le premier, celui des Dix Commandements, Moïse Maïmonide et enfin Moïse Mendelssohn). Mendelssohn accomplira un travail considérable pour l’émancipation des juifs et pour briser le ghetto : faire connaître la culture classique humaniste aux juifs et faire connaître la tradition humaniste du judaïsme aux non juifs. Il était en particulier imprégné de la philosophie de Leibniz et déclarait à son sujet : « A toi, immortel Leibniz, j’édifie un mémorial éternel dans mon cœur ! Sans ton aide, j’aurais été perdu à jamais. Je ne t’ai jamais rencontré mais tes écrits impérissables m’ont guidé sur le chemin de la vraie philosophie, à la connaissance de moi-même et de mes origines. Y a-t-il un esclavage plus lourd à porter que celui où la raison est en désaccord avec le cœur ? » Eminent philosophe, Mendelssohn n’était jamais déconnecté du monde dans lequel il vivait. Pour lui, « la philosophie pratique est plus importante que la philosophie spéculative dans la mesure où elle est reliée directement avec le bonheur de l’homme ; elle offre à la tête bien faite autant de matière à réfléchir que le cœur, la possibilité d’enquêter sur soi-même en toute rigueur et de se former à la vertu et à la vraie sagesse ». Et d’ajouter : « Le stade le plus élevé de la sagesse est incontestablement de faire le bien. Quiconque reste au niveau inférieur – la philosophie spéculative – doit se contenter du sort qui consiste à disposer des poteaux indicateurs ou des bornes sur le chemin menant à la félicité. »Pour revenir à Nathan le Sage, certains pensent que cette œuvre aurait influencé Mozart pour son opéra L’enlèvement au sérail qui sera créée à peine trois après la pièce de Lessing. Il est vrai que l’esprit de cet opéra est très proche de celui de Nathan le Sage.

kévin 06/02/2007 13:12

Merci Messer Gaster pour ces précieuses informations. Je vais les rajouter à l'article (si tu es OK).
Kévin