Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 08:18
L'Andalousie arabe : Une culture de la tolérance, VIIIe-XVe siècle, de Maria Rosa Menocal.
Éditeur : Autrement (6 mai 2003)
Collection : Mémoires
244 pages


Saviez-vous qu'à Cordoue, le grand vizir (sorte de 1er ministre) du premier prince Omeyade autoproclamé calife de tous les musulmans était de confession juive ? Saviez-vous que Cordoue comptait des milliers de bibliothèques et que la principale d'entre-elles réunissait plus de 600 000 manuscrits?
Voici un livre indispensable. Alors que quelques fous-furieux adeptes de la théorie du "choc des civilisations" voudraient nous faire croire qu'il existe des raisons historiques à une guerre "Orient-Occident", cet ouvrage sur l’Andalousie médiévale (al-Andalous) dresse une représentation du métissage harmonieux des trois grandes religions monothéistes, juive, musulmane et chrétienne. Il ne s’agit pas de pacifisme béat mais de débats et de dialogues entre ces cultures. Cette civilisation riche et prospère, « joyau du monde », constitue un héritage essentiel de notre culture commune qui redessine du coup les contours du monde occidental. L’approche de Menocal, est originale en ce qu’elle allie la rigueur d’un travail universitaire et la puissance d’évocation d’un texte littéraire: le récit très vivant est construit d’après des motifs ou "figures remarquables" et s’adresse ainsi à un public très large.
Le rayonnement de cette civilisation et les relations qu'elle développa avec l'Europe et le Bassin méditerranéen se trouvèrent stoppées par la montée de l'intolérance religieuse, l'avènement de la peste noire; dans une violence extrême, les autodafés marquèrent la destruction des trésors d'al-Andalus.
Vraiment très instructif.

Partager cet article

Repost 0
Published by kévin - dans Livres - cinéma
commenter cet article

commentaires

Kévin 13/04/2009 08:37

Bien évidemment, tout n'était pas parfait à cette époque. Ce livre ne prêche pas un "angélisme" béat et, je pense, n'idéalise pas à outrance Al Andalous. A l'heure d'une soit disant "menace islamique mondiale", il est bon de se replonger dans le passé et de s'interroger sur l'histoire du monde, de l'Europe, des religions.Cet ouvrage est passionnant de bout en bout et nous offre une vision, certes imparfaite, mais originale, d'un possible dialogue des cultures et des religions.

Sceptique 13/04/2009 08:00

Ma perception d'Al Andalous n'est pas aussi optimiste. D'abord, l'Espagne n'était pas entièrement conquise. Il subsistait au nord des petits royaumes chrétiens qui s'unirent contre les conquérants. Le califat ne parvint jamais à la stabilité politique par la régulation de la transmission qui se pratiquait dans les monarchies chrétiennes du Nord. Les transmissions de pouvoir se réglaient dans le sang. L'épanouissement de la culture arabo-andalouse fut, entre autres raisons, stoppé par un retour à l'orthodoxie coranique.La "reconquista" s'accomplit en plusieurs siècles, se terminant par la chute du Royaume de Grenade, la même année que la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb(1492). Le radicalisme religieux propre à l'époque eut effectivement de graves conséquences. 

kévin 21/11/2006 13:44

Merci pour ces informations!
Je vais jeter un coup d'oeil.
Kévin

Farid Taha 20/11/2006 22:40

Le thème de ce livre est très proche d'un autre livre tout aussi interessant écrit par Juan Vernet intitulé "Ce que la culture doit aux arabes d'Espagne".Il s'agit du travail méthodique d'un universitaire espagnol que j'ai eu le plaisir d'entendre à l'institut du monde Arabe il y a plus d'une quinzaine d'année. A lire et surtout à garder car c'est presqu'un ouvrage encyclopédique au sens de l'exhaussivité du terme.