Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 14:00
 
ECRITS POLITIQUES
FRANKLIN DELANO ROOSEVELT
COMBATS POUR DEMAIN

(autres textes) 


CHAPITRE QUATRIEME  - Seconde partie
La Guerre
FDR-looking-at-copies-of-declaration-of-war-ag.-japan.jpg

HISTOIRE DES RELATIONS DES ETATS-UNIS AVEC LE JAPON

    Le 8 décembre 1941, j'ai présenté personnellement au Congrès un message où je lui demandais de déclarer la guerre en réponse à l'attaque déloyale que le Japon avait déclenchée contre les Etats-Unis.

    Afin de porter les faits à la connaissance du Congrès, et de les rendre publics, je présente ce résumé historique de la politique passée de notre pays, en ce qui concerne la zone du Pacifique, et des événements qui conduisirent à l'agression japonaise contre nos forces armées et notre territoire. Ci-joints les divers documents et la correspondance qui se rapportent à ce chapitre d'histoire.

I

    Il y a un peu plus d'un siècle, en 1833, les Etats-Unis concluaient avec le Siam leur premier traité en Extrême-Orient. Ce traité tendait à assurer la paix et des relations confiantes entre les deux pays.

    Dix ans plus tard, Caleb Cushing était envoyé en Chine pour y négocier notre premier traité qui fut conclu en 1844.

    En 1853, le Commodore Perry frappait aux portes du Japon. Au cours des quelques années qui suivirent, ces portes s'ouvrirent peu à peu, et le Japon, qui s'était toujours tenu à l'écart, commença d'adopter ce que nous nommons la civilisation occidentale. En ces jours lointains, les Etats-Unis usèrent de toute leur influence pour protéger le Japon durant cette phase de son évolution.

    En ce qui concerne la zone du Pacifique, les Etats-Unis ont constamment insisté, ainsi qu'ils l'ont fait à propos de toutes les autres régions du inonde, sur l'importance fondamentale qu'avait pour la paix du monde le respect du principe de l'égalité de traitement pour toutes les nations. Aussi, chaque fois qu'une nation avait tendance à empiéter sur l'indépendance et la souveraineté des pays d'Extrême-Orient, les Etats-Unis se sont-ils efforcés de décourager cette tentative partout où ils le pouvaient.

    Il y eut une période où cette attitude américaine fut de la plus grande importance pour le Japon. De tout temps, elle a été précieuse à la Chine et à d'autres pays d'Extrême-Orient.

    A la fin du XIXe siècle, la souveraineté sur les Iles Philippines passa de l'Espagne à notre pays. Les Etats-Unis s'étaient engagés à poursuivre à l'égard des Philippins une politique tendant à faire d'eux une nation libre et indépendante. Cette politique a été pratiquée avec persévérance.

    A cette époque, la Chine était devenue l'objet de ce qu'on a appelé « la course aux concessions ». On allait jusqu'à parler d'un partage éventuel de la Chine. C'est alors que fut institué en Chine le principe de la « porte ouverte ». En 1900, le gouvernement américain déclara que sa politique tendait à « chercher une solution susceptible de procurer à la Chine une sécurité permanente et la paix..., à protéger tous les droits garantis à des puissances amies par les traités et la loi internationale, et à sauvegarder le principe de l'égalité de traitement pour toutes les nations du monde en ce qui concerne le commerce dans toutes les parties de l'Empire chinois. »

    Depuis ce jour, nous n'avons cessé de défendre le principe de la « porte ouverte » dans tout l'Extrême-Orient.

    En 1908, le gouvernement des Etats-Unis et le gouvernement du Japon conclurent un accord par un échange de notes. Dans cet accord, les deux gouvernements se déclaraient unanimement résolus à soutenir « par tous les moyens pacifiques à leur disposition l'indépendance et l'intégrité de la Chine, ainsi que le principe de l'égalité de traitement pour toutes les nations en ce qui concerne le commerce et l'industrie dans cet Empire ». Ils déclaraient encore que « les deux gouvernements étaient désireux d'encourager le développement libre et pacifique de leur commerce dans le Pacifique », et que « la politique des deux gouvernements tendait au maintien du statu quo dans cette région ». Les Etats-Unis ont toujours mis en pratique les principes énoncés dans cet accord.

    En 1921, après la fin de la première guerre mondiale, neuf puissances qui avaient des intérêts dans le Pacifique occidental se réunirent à Washington. La Chine, le Japon et les Etats-Unis participaient à cette conférence. L'un de ses buts principaux était le maintien de la paix dans le Pacifique. Ce but devait être atteint par la réduction des armements et par des règlements qui posaient des limites à la concurrence dans le Pacifique et dans les régions d'Extrême-Orient. Divers traités et accords furent conclus au cours de cette conférence.

    L'un de ceux-ci est le « Traité des Neuf Puissances ». Il garantissait le respect de la souveraineté de la Chine et le principe de l'égalité de traitement pour toutes les nations en ce qui concerne le commerce et l'industrie dans la Chine entière.

    Les Etats-Unis, l'Empire britannique, la France, l'Italie et le Japon conclurent également un traité pour la limitation des armements navals.

    Le cours des événements qui a conduit tout droit à la crise actuelle a commencé il y a dix ans. Ce fut à ce moment-là — en 1931 — que le Japon inaugura sur une grande échelle sa politique actuelle de conquête en Chine. Il débuta par une invasion de la Mandchourie, qui faisait partie de la Chine. Le Conseil et l'Assemblée de la Société des Nations essayèrent aussitôt d'amener le Japon à renoncer à cette conquête. Durant plusieurs mois, la Société des Nations continua ses efforts, appuyée par les Etats-Unis. C'est ainsi que le 7 janvier 1932, le gouvernement des Etats-Unis fit savoir au Japon et à la Chine qu'il ne reconnaîtrait aucune situation, aucun traité ou accord résultant de la violation des traités existants.

    Cette agression barbare du Japon en Mandchourie a donné un exemple, et fourni un modèle qui devaient bientôt être imités par l'Italie et l'Allemagne en Afrique et en Europe. En 1933, Hitler prenait le pouvoir. Il était évident que l'Allemagne, une fois réarmée, s'embarquerait dans une politique de conquête de l'Europe. L'Italie — qui alors était encore sous la domination de Mussolini — avait résolu, elle aussi, de poursuivre une politique de conquête en Afrique et dans la Méditerranée.

    Au cours des années suivantes, l'Allemagne, l'Italie et le Japon convinrent d'échelonner leurs actes d'agression dans leur intérêt commun, et ainsi, de réduire en esclavage le reste du monde.

    En 1934, le Ministre japonais des Affaires Etrangères envoya une note amicale aux Etats-Unis où il se déclarait fermement convaincu qu'il n'existait, pour les deux gouvernements, aucune question « qui ne fût susceptible d'être résolue à l'amiable ». Il ajoutait que le Japon « n'avait pas la moindre intention de créer des complications à une autre puissance, quelle qu'elle fût. Notre Secrétaire d'Etat, Cordell Hull, répondit sur le même ton.

    Mais en dépit de ces manifestations amicales, et presque aussitôt après, les actes et les déclarations du gouvernement japonais ne tardèrent pas à démentir ces assurances — du moins en ce qui concernait les droits et les intérêts des autres nations en Chine.

    Sur ces entrefaites, notre gouvernement fit connaître au Japon ses vues et celles du peuple américain selon lesquelles aucune nation ne pouvait se permettre de fouler aux pieds les droits et les intérêts légitimes d'autres états souverains.

    Le Japon commençait à démanteler la structure de la paix qui se fondait sur les traités de la Conférence de Washington. En effet, en décembre 1934, le gouvernement japonais manifesta son intention de dénoncer le traité du 6 février 1922, qui avait limité la course aux armements navals. Par la suite, il élargit encore son programme de réarmement.

    En 1936, le gouvernement japonais s'associa ouvertement avec l'Allemagne en signant le pacte anti-Komintern. Ce pacte, comme nous le savons tous, était en apparence dirigé contre l'Union Soviétique ; mais son vrai but était de dresser une ligue fasciste contre le monde libre, en particulier contre la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis.

    Après que l'Allemagne, l'Italie et le Japon eurent formé cette association, le terrain fut tout préparé pour une entreprise de conquête universelle.

    En juillet 1937, se sentant prêtes, les forces armées japonaises entreprirent des opérations militaires de grande envergure contre la Chine. Bientôt les chefs de guerre japonais, laissant tomber le masque d'hypocrisie, déclarèrent publiquement leur intention de conquérir et d'assurer au Japon une position dominante dans toute l'Asie orientale, dans le Pacifique occidental et le Pacifique méridional.

    Ils faisaient ainsi leur, la thèse allemande selon laquelle 70 ou 80 millions d'Allemands étaient supérieurs — par leur race, par leur éducation, par leurs capacités et par leur puissance — à toute autre race en Europe — supérieurs à environ 400 millions d'autres êtres humains dans cette zone. Et le Japon, suivant cet exemple, annonçait à son tour que 70 ou 80 millions de Japonais étaient supérieurs à 7 ou 800 millions d'autres habitants de l'Orient — dont la plupart étaient d'origine plus ancienne et possédaient une culture et une civilisation plus développées que les leurs. Un orgueil démesuré les incitait à se rendre maîtres d'une région qui comprenait presque la moitié de la population totale de la terre, ce qui leur permettrait de dominer complètement les grandes routes maritimes et les routes commerciales importantes pour le monde entier.

    Les opérations militaires qui se déroulaient en Chine ne tenaient aucun compte des droits américains. Des soldats japonais tuèrent des Américains. Ils blessèrent ou insultèrent des hommes, des femmes et des enfants américains. Les forces armées japonaises coulèrent des navires américains, y compris un bâtiment de guerre, le Panay. Elles bombardèrent des hôpitaux américains, des églises, des missions, des écoles américaines. Elles détruisirent des biens américains. Elles créèrent des difficultés au commerce américain, et dans certains cas, elles l'éliminèrent complètement.

    Pendant ce temps, les Japonais infligeaient à la Chine des dommages incalculables, et de terribles souffrances au peuple chinois. Ils lésaient gravement aussi les intérêts des autres nations —bafouant tous les principes de paix et de bonne volonté parmi les hommes.

II

    Cependant, les méthodes de la conquête brutale sévissaient en Europe et dans la Méditerranée.

    Hitler et Mussolini s'étaient lancés dans une entreprise de conquête illimitée. Depuis 1935, sans l'ombre d'une excuse, et sans avoir été provoqués, ils attaquèrent, conquirent et asservirent économiquement et politiquement quelque seize nations indépendantes. La machine de guerre qu'ils avaient montée en vue de cette conquête illimitée comprenait, et comprend encore, non seulement d'énormes effectifs, mais aussi de puissantes organisations qui avaient pour but de tramer des complots et des intrigues, d'établir un système d'intimidation, de mener la propagande et de pratiquer le sabotage. Cette machine de guerre, d'une puissance sans pareille, a des ramifications dans le monde entier ; les opérations et les plans japonais se sont méthodiquement insérés dans ce réseau.

    Tandis que l'Allemagne, l'Italie et le Japon conjuguaient leurs efforts et nouaient des rapports toujours plus étroits au cours de ces années, j'acquis la conviction que cette coalition finirait par attaquer les Etats-Unis et l'hémisphère occidental — si elle triomphait sur d'autres continents.

    L'existence même des Etats-Unis, en tant que grand peuple libre, l'existence même de la famille des nations américaines du Nouveau Monde eût constitué en soi un défi permanent à l'Axe. Les dictateurs de l'Axe auraient choisi leur heure pour montrer, de façon très claire, que leur plan de destruction englobait les États-Unis et le Nouveau Monde.

    C'est ce qu'ont fait l'an passé, en 1940, Hitler et Mussolini, lorsqu'ils ont conclu avec le Japon un traité d'alliance nettement dirigé contre les Etats-Unis.

    La stratégie du Japon dans la zone du Pacifique était l'exacte contre-partie de celle d'Hitler en Europe. Ici et là, grâce à des procédés d'infiltration, d'encerclement, d'intimidation, et finalement par la voie des armes, les peuples voisins ont été subjugués un à un. Chaque nouvelle acquisition était le point de départ d'une nouvelle agression.

III

    Poursuivant cette politique de conquête, le Japon s'insinua d'abord en Mandchourie, et finalement s'en empara. Puis il envahit la Chine. Depuis quatre ans et demi, il essaie de la subjuguer. Passant ensuite par la Mer de Chine, tout près des Philippines, il envahit l'Indochine et s'en empara également. Aujourd'hui, les Japonais ont étendu leur domination à la Thaïlande tout entière, et cherchent à occuper la Malaisie et la Birmanie. Les Philippines, Bornéo, Sumatra et Java sont déjà marquées sur leur agenda. Il est probable qu'au bas de la page sont inscrits les noms de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et de toutes les autres îles du Pacifique, y compris les îles Hawaï et le grand archipel des îles Aléoutiennes.

    A l'est des Philippines, le Japon viola le mandat qui, après la première guerre mondiale, mettait sous sa garde les Iles Carolines, les Marshall et les Mariannes, non seulement en les fortifiant, en les fermant à tout commerce, sauf le sien, mais en allant jusqu'à en interdire l'accès à tout étranger.

    Les porte-paroles japonais, selon leur coutume, dissimulèrent ces conquêtes sous un voile de formules innocentes en apparence. Ils parlaient de « Nouvel Ordre » en Asie orientale et aussi de « sphère de co-prospérité dans une grande Asie orientale ». En réalité, ce qu'ils avaient en vue, c'était l'asservissement de chaque nation qu'ils pourraient soumettre, et l'enrichissement, non pas de toute l'Asie, ni même du peuple japonais, mais des chefs de guerre qui avaient accaparé le pouvoir de l'état. Là encore, ils imitaient le procédé nazi.

    Par cette suite d'agressions, les Japonais ont obligé divers pays — y compris le nôtre — à masser, pour leur défense dans le Pacifique, des forces armées et de grandes quantités de matériel qui, autrement, eussent pu être utilisées contre Hitler.

    C'était exactement ce qu'Hitler souhaitait. La diversion que créait son allié japonais contraignit les nations éprises de paix à établir et à maintenir un vaste front de guerre dans le Pacifique.

IV

    Tandis que les Japonais mettaient en exécution ce programme d'agression, le gouvernement des Etats-Unis s'était constamment efforcé de persuader le gouvernement japonais que, dans son intérêt même, le Japon devait maintenir et cultiver des relations d'amitié avec les Etats-Unis et avec tous les pays qui croient à la possibilité d'une évolution pacifique.

    Après le début des hostilités entre le Japon et la Chine, en 1937, le gouvernement américain fit savoir au gouvernement japonais et au gouvernement chinois qu'il se tenait prêt à leur offrir ses bons offices aussitôt qu'ils jugeraient tous deux le moment opportun. Durant les années de guerre qui suivirent, notre attitude à cet égard resta constante.

    En octobre 1937, à l'invitation du gouvernement belge, 19 pays qui ont des intérêts en Extrême-Orient, y compris les États-Unis, envoyèrent à Bruxelles des représentants chargés d'examiner la situation en Extrême-Orient à la lumière du Traité des Neuf Puissances. Ces délégués devaient s'efforcer de régler le différend entre le Japon et la Chine par des moyens pacifiques. Seuls de toutes les puissances, le Japon et l'Allemagne déclinèrent l'invitation. Le Japon était lui-même un des signataires originels de ce traité. La Chine, qui avait signé le Traité des Neuf Puissances, et l'Union Soviétique, qui ne l'avait pas signé, assistaient l'une et l'autre à cette conférence.

    Quand elle s'ouvrit, les pays qui y étaient représentés firent de nouvelles tentatives pour persuader le Japon d'y participer. Une fois de plus, le Japon refusa.

    Le 24 novembre 1937, la Conférence adopta une résolution demandant que « les hostilités fussent suspendues et que l'on eût recours à un règlement pacifique ». Le Japon ignora la Conférence et ne fit aucun cas de cette recommandation.

    Il devenait évident que si le cours des événements n'était pas changé en Extrême-Orient, la zone du Pacifique serait condamnée à subir les mêmes dévastations que l'Europe.

    C'est pourquoi, en cette année 1941, les Etats-Unis, tentant un dernier effort pour régler le conflit par des voies pacifiques, entamèrent des pourparlers avec le Japon.

    Ces pourparlers se poursuivirent durant neuf mois, dans le but de réaliser un accord acceptable pour les deux pays.

    Tout au long de ces pourparlers, le gouvernement américain tint compte non seulement des intérêts légitimes des Etats-Unis, mais aussi de ceux du Japon et d'autres pays. Quand surgissaient des questions qui avaient trait aux droits légitimes et aux intérêts d'autres pays, le gouvernement américain se mettait en contact, comme il convenait, avec les représentants de ces pays.

    Au cours de ces négociations, les Etats-Unis ont constamment défendu certains principes fondamentaux qui doivent régir les relations internationales, notamment :

    Le principe de l'inviolabilité de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de toutes les nations.

    Le principe de la non-intervention dans les affaires intérieures des autres pays.

    Le principe de l'égalité — y compris l'égalité de traitement en ce qui concerne le commerce.

    Le principe du recours à la coopération internationale en vue de prévenir les conflits ou de les régler par des voies pacifiques.

    Le gouvernement japonais, il est vrai, fit à plusieurs reprises des déclarations autorisées où il manifestait des intentions pacifiques. Mais chaque fois que l'on examinait ces propositions de plus près, on s'apercevait que le Japon n'avait nullement l'intention de modifier en quoi que ce soit ses visées agressives sur la zone tout entière du Pacifique. Bien qu'il prétendît sans cesse ne vouloir assurer que la paix et une prospérité plus grande en Asie orientale, il continuait à attaquer brutalement les Chinois.

    En outre, le Japon ne manifestait pas le moindre désir de rompre son alliance impie avec l'hitlérisme.

    Au mois de juillet de cette année, le gouvernement japonais, de connivence avec Hitler, extorqua au gouvernement français de Vichy l'autorisation de masser des forces armées dans le sud de l'Indochine. Et il se mit aussitôt à y expédier des troupes et du matériel.

    Sur quoi les pourparlers entre le gouvernement américain et le gouvernement japonais furent suspendus.

    Mais au cours du mois suivant, sur les instances pressantes du gouvernement japonais qui, de nouveau, faisait profession de ses intentions pacifiques, les négociations furent reprises.

    A ce moment-là, le gouvernement japonais proposa que les chefs responsables des deux gouvernements se rencontrassent pour discuter ensemble les moyens d'ajuster les relations entre les deux pays. J'eusse été heureux de faire dans ce but des milliers de kilomètres pour voir le Premier Ministre du Japon. Mais je sentais que, auparavant, il serait opportun d'obtenir quelque assurance concernant la possibilité même d'un accord sur les principes fondamentaux. Le gouvernement américain fit tous ses efforts pour obtenir une assurance de cette nature — mais en vain.

    Les diverses propositions faites par le gouvernement japonais et l'attitude adoptée par notre gouvernement sont exposées dans un document que le Ministre des Affaires étrangères a présenté le 2 octobre 1941 à l'ambassadeur du Japon. Par la suite, diverses formules d'accord furent proposées et discutées. Mais le gouvernement japonais n'en continuait pas moins sa politique de guerre et de conquête.

    Finalement, le 20 novembre 1941, le gouvernement japonais présenta une nouvelle proposition de caractère restreint. Le Japon demandait aux Etats-Unis de lui fournir tout le pétrole dont il avait besoin, de suspendre les mesures de bloquage et de cesser d'aider la Chine. Mais cette proposition ne contenait rien qui permit de croire que le Japon renoncerait à ses opérations belliqueuses et à ses buts de guerre.

    Il est évident qu'une telle proposition n'offrait aucune base pour un règlement pacifique ou même pour un arrangement provisoire. Dans le but de clarifier les questions en suspens, le gouvernement américain soumit au gouvernement japonais, le 26 novembre, un plan précis et simple pour un règlement d'ensemble.

    Dans ses grandes lignes ce projet d'accord entre les Etats-Unis et le Japon se divisait en deux parties. Dans la première on avait esquissé une déclaration de politique conjointe où les deux gouvernements affirmaient que leur politique nationale tendrait à l'établissement de la paix dans toute la zone du Pacifique, que leurs deux pays ne nourrissaient pas d'ambitions territoriales ou d'intentions agressives en ce qui concernait cette région, et qu'ils fourniraient un appui efficace à certains principes de paix essentiels sur lesquels se fonderaient leurs relations réciproques et leurs relations avec toutes les autres nations. Cette première partie prévoyait également que les Etats-Unis et le Japon s'engageraient à soutenir et à appliquer des principes économiques libéraux dans leurs rapports mutuels ainsi que dans ceux qu'ils entretiennent avec d'autres nations. Ces principes, qui étaient énumérés dans la proposition, se fondaient sur la thèse de l'égalité de traitement dans le domaine commercial.

    La deuxième partie exposait les mesures qui devaient être prises par les deux gouvernements — mesures se rapportant à une situation qui excluait la présence d'armées japonaises ou étrangères en Indochine française ou en Chine.

    Dans cette deuxième partie, également, on définissait sur les bases suivantes les engagements réciproques qui devaient être pris par les deux gouvernements :

    a) Les Etats-Unis et le Japon devaient s'efforcer d'amener la conclusion d'un pacte multilatéral de non-agression entre les gouvernements qui ont des intérêts particuliers dans le Pacifique ;

    b) Ils devaient s'efforcer d'amener les principaux intéressés à conclure un accord tendant à respecter l'intégrité territoriale de l'Indochine, n'y pas chercher et à n'y pas accepter de traitement préférentiel en ce qui concerne l'économie ;

    c) Ils devaient s'engager à ne soutenir en Chine aucun autre gouvernement que le gouvernement national de la République Chinoise, dont la capitale temporaire est Tchungking ;

    d) Ils devaient abandonner leurs droits extraterritoriaux en Chine et s'efforcer d'obtenir que les gouvernements qui exercent actuellement de tels droits y renoncent ;

    e) Ils devaient négocier un accord commercial fondé sur l'application réciproque de la clause de la nation la plus favorisée ;

    f) Chacun des deux gouvernements devait débloquer les fonds détenus par les ressortissants de l'autre ;

    g) Ils devaient se mettre d'accord sur un plan qui permettra de stabiliser le taux du change dollar-yen ;

    h) Ils devaient stipuler qu'aucun accord antérieurement conclu par l'un des deux gouvernements avec une tierce puissance ne pourrait être interprété par celle-ci d'une façon qui contrevienne aux intentions principales du présent accord ;

    i) Ils devaient user de leur influence pour amener d'autres gouvernements à donner leur adhésion aux principes fondamentaux de politique et d'économie prévus dans l'accord ainsi proposé.

    Au beau milieu de ces pourparlers, nous apprîmes que de nouveaux contingents japonais et de grandes quantités de fournitures de guerre étaient envoyés en Indochine. Vers la fin de novembre, ces mouvements de troupes s'accentuèrent. Durant la première semaine de décembre, de nouveaux mouvements de troupes japonaises révélèrent que, sous le couvert des négociations en cours, il se préparait des attaques sur des objectifs non spécifiés. Je demandai aussitôt au gouvernement japonais une déclaration franche au sujet de ses concentrations de troupes en Indochine. Je ne reçus qu'une réponse évasive et spécieuse. En même temps, les opérations japonaises progressaient à un temps de plus en plus rapide.

    Nous ne savions pas alors ce que nous savons maintenant : nous ignorions qu'à ce moment même, les Japonais étaient en train de mettre à exécution leur plan d'attaque déloyale contre nous.

    J'étais résolu, néanmoins, à épuiser toutes les tentatives concevables en vue de la paix. C'est dans cet esprit qu'au soir du 6 décembre dernier, j'adressai un message personnel à l'Empereur du Japon.

    A la proposition du 26 novembre que lui avait faite le gouvernement américain, le gouvernement japonais ne donna aucune réponse, jusqu'au 7 décembre. Ce jour-là, l'Ambassadeur japonais et le représentant spécial que le gouvernement japonais avait envoyé aux Etats-Unis pour participer à des négociations pacifiques remirent un long document à notre Secrétaire d'Etat. Une heure auparavant, les Japonais avaient déclenché, dans le Pacifique, leur abominable attaque contre le territoire américain et les citoyens américains.

    Voici comment notre Secrétaire d'Etat qualifiait ce document, peu d'instants après en avoir pris connaissance : « Je tiens à souligner que, dans mes conversations avec vous, au cours de ces neuf derniers mois (il s'agit de l'Ambassadeur du Japon), je n'ai jamais prononcé une parole qui ne fût vraie. Les archives en témoignent d'une façon irrécusable. Durant mes cinquante années d'activité au service de l'Etat, je n'ai jamais vu de document qui déformât davantage la vérité et qui fût plus rempli d'infâmes mensonges — mensonges si énormes que je n'aurais jamais cru jusqu'à ce jour qu'il pût se trouver sur notre planète un gouvernement capable d'en proférer de pareils. »

    Je suis entièrement d'accord avec chaque mot de cette déclaration.

    Pour rétablir les faits dans leur exactitude historique, il est indispensable, en lisant cette partie de mon message, de bien se souvenir que l'attaque aérienne et sous-marine déclenchée dans les îles Hawaï a commencé le dimanche 7 décembre à 13 h. 20, heure de Washington (7 h. 50, heure d'Honolulu du même jour — lundi 8 décembre, 3 h. 20, heure de Tokyo).

    A mon message du 6 décembre (21 heures, heure de Washington — 7 décembre, 11 heures, heure de Tokyo) à l'Empereur du Japon où j'invoquais sa coopération et l'invitais à entreprendre avec moi de nouveaux efforts pour préserver la paix, j'ai finalement reçu une réponse le 10 décembre (6 h. 23, heure de Washington — 10 décembre, 20 h. 23, heure de Tokyo). Cette réponse était contenue dans le rapport télégraphique de l'Ambassadeur des Etats-Unis à Tokyo, daté du 8 décembre, 13 heures (7 décembre, 23 heures, heure de Washington).

    Dans son rapport, notre ambassadeur déclarait qu'à 7 heures du matin du 8 décembre (7 décembre, 17 heures, heure de Washington) le Ministre japonais des Affaires Etrangères l'avait mandé à sa résidence officielle et lui avait présenté un mémorandum daté du 8 décembre (7 décembre, heure de Washington) dont le texte avait été transmis à l'Ambassadeur japonais à Washington. Il s'agissait précisément du mémorandum que celui-ci avait présenté au Secrétaire d'Etat, à 14 h. 20, le dimanche 7 décembre (lundi, 8 décembre,4 h. 20, heure de Tokyo). Le Ministre japonais des Affaires Etrangères — ajoutait notre Ambassadeur — avait été en contact avec l'Empereur, et l'Empereur souhaitait que ce mémorandum fût considéré comme sa réponse à mon message. En outre, rapporte notre Ambassadeur, le Ministre des Affaires Etrangères fit une déclaration orale qui commençait textuellement par ces mots : « Sa Majesté a exprimé sa gratitude et dit combien elle appréciait le message cordial du Président ». Le Ministre des Affaires Etrangères ajouta qu'en ce qui concernait nos demandes d'éclaircissements au sujet de l'accroissement des forces japonaises dans l'Indochine française, Sa Majesté avait ordonné à son gouvernement de faire connaître ses vues au gouvernement américain. La déclaration se terminait textuellement par les paroles suivantes :

    « Le plus vif désir de Sa Majesté, c'est de voir régner la paix dans le Pacifique et, par conséquent, dans le monde. Afin que ce désir puisse se réaliser, Sa Majesté a exigé, jusqu'ici, que son gouvernement poursuive sérieusement ses efforts. Sa Majesté espère que le Président a pleinement conscience de ce fait ».

    Mais la vraie réponse du Japon, celle qu'avaient donnée ses chefs de guerre et qui, de toute évidence, avait été formulée plusieurs jours auparavant, prit la forme d'une attaque à l'improviste contre nos territoires, en divers points du Pacifique.

    Tels sont les faits que l'histoire enregistrera avec stupeur, douleur, horreur et dégoût. Nous voici en guerre. Nous luttons pour nous défendre. Nous luttons pour la défense de notre existence nationale, de notre droit de vivre en sécurité, de notre droit de jouir des bienfaits de la paix. Nous luttons pour la défense des principes de légalité, de justice et d'ordre — contre un ennemi qui entreprend, avec une sauvagerie inouïe, d'abolir ces principes mêmes et d'imposer à l'humanité un régime de domination impitoyable par l'emploi de la force arbitraire et du pouvoir absolu.

 

Franklin Delano Roosevelt

Partager cet article

Repost 0

commentaires