Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 22:27
logo Copenhague 2009   Internet a ceci de positif que les belles âmes, qui auparavant étaient en général contraintes au silence, peuvent dorénavant s'exprimer publiquement librement. Et cela est d'un grand secours au pauvre blogueur que je suis, qui ne trouvait ni le temps ni le courage d'écrire l'article de synthèse dont je rêvais suite à la chute de la conférence de Copenhague.

   Car, Joie !, Un citoyen-reporter du nom de Julien Gautier en a écrit un, modéré et radical en même temps, et délicieusement ironique. Il exprime pour l'essentiel ma pensée (mis à part le premier paragraphe), et je suis bien heureux (et soulagé !) de pouvoir vous le présenter.

   Le voici, bonne lecture, et encore merci à Julien Gautier :


Après Copenhague : Une gifle à méditer pour les Occidentaux

   Je ne suis pas un “climato-sceptique” car n’étant pas scientifique, je fais confiance à la très large majorité des experts du GIEC ou d’ailleurs qui estiment que le réchauffement climatique est une réalité qu’il convient de prendre au sérieux. Réduire les émissions de CO2 à la surface du globe, limiter la hausse des températures (si c’est effectivement possible), la fonte de la banquise ou la montée du niveau de la mer me paraissent des objectifs tout à fait louables pour préserver notre bonne vieille Terre et les ressources à disposition des générations futures.


 

   Je suis partisan du tri sélectif et voir des 4X4 dans les rues de Paris m’énerve comme beaucoup de gens. En revanche, je dois vous faire cette confession : je ne suis pas un adepte de la nouvelle religion dominante, je veux parler bien entendu de l’écologie-politique. J’entends déjà les hurlements de ceux qui plongés dans leur nouvelle croyance, galvanisés à longueur de temps par Nicolas Hulot, Greenpeace, les Verts ou le WWF, ne manqueront pas de me traiter d’irresponsable, voire de révisionniste.


   Tout ce vacarme à propos de Copenhague, tous ces slogans repris en boucle par les chaînes de télévision sans le moindre recul du style « le rendez-vous de la dernière chance pour la planète » devraient susciter légitimement quelques interrogations. Pourtant, quel éditorialiste en vue se permettrait aujourd’hui de critiquer la démarche des « stars » écolos du moment ? Le sympathique Cohn-Bendit a page ouverte au Nouvel Obs (qui d’autre se verrait confier les clés d’un numéro entier comme rédacteur en chef ?), Cécile Duflot est la nouvelle chouchoute des médias quand ce n’est pas l’inénarrable et arrogant Noël Mamère qui répond aux questions de ses anciens confrères ou l’avocate Corinne Lepage qui n’a pas fini de nous expliquer pourquoi Total est la source de tous nos malheurs. Et puis, il y a les prédications outrancières et catastrophistes de Nicolas Hulot (séquence je vais vous faire peur) qui sont relayées partout sans être discutées. Celui qui a réussi à imposer sans débat son « pacte écologique » à la plupart des candidats en 2007 parvient même à voler la vedette à José Bové, lui-même véritable icône médiatique depuis une dizaine d’années (démontage de Mac Do, arrachage d’OGM, le bonhomme a innové dans le militantisme événementiel ultra médiatisé), sans même parler de l’omniprésent Yann Arthus Bertrand dont le film Home avait été diffusé sur France 2 deux jours avant les élections européennes ! Les vieux partis traditionnels sont largués, alors gauche et droite courent derrière ces vedettes écolos au jeu du « plus écologiste que moi tu meurs ». Parmi eux, Sarkozy, Royal, Aubry, Bayrou, Kosciusko-Morizet ou Borloo rivalisent dans le genre avec une prime tout de même à Jean-Louis Borloo. L’ancien avocat de Bernard Tapie a un talent hors pair pour vendre sa nouvelle croyance. En la matière, s’agit-il d’information ou de propagande ? Peut-on poser ce genre de questions ?


   Oui, l’écologie est devenue une religion, la religion adorée des élites bien pensantes fâchées depuis belle lurette avec le judéo-christianisme ou le marxisme et qui étaient en manque d’une nouvelle croyance millénariste un peu plus “fashion” que la messe du dimanche ou la fête de l’Huma. Cette religion a ses grands prêtres (cités plus haut et peut-être un pape en la personne d’Al Gore), ses compagnons de route (à peu près tout le gratin people), ses partis (Les Verts, Europe Ecologie, Cap 21 en France), ses lieux de mémoire (Larzac, Creys-Malville etc.), ses JMJ (Kyoto, Rio, Copenhague), ses ancêtres (René Dumont). Et gare aux renégats, ces gens-là ne sont pas vraiment réputés pour leur tolérance et leur ouverture d’esprit (à part peut-être Cohn-Bendit, toujours lui !). On se croirait dans les années 50 quand il était devenu impossible dans le milieu intellectuel parisien d’émettre la moindre critique contre le communisme et l’URSS triomphante. Le fonctionnaire soviétique en exil Victor Kravchenko avait même été traduit en justice à Paris par des militants communistes parce qu’il avait osé publier après la guerre un livre au titre évocateur : « J’ai choisi la liberté ». Faudra t-il traduire Claude Allègre devant la Cour de justice de la République pour « crime de négation du réchauffement climatique » ? Il le faudrait certainement, à écouter certains.


   En attendant, faut-il désespérer de l’échec du sommet de Copenhague ? Le résultat n’est certes pas brillant (que peut-on décider à l’unanimité quand on est 192 autour d’une table ?) mais les croyants écologistes feraient bien de méditer sur le fait que ces interminables palabres qui duraient depuis deux ans, ces délégations occidentales « gonflées à bloc » (on avait l’impression que Sarko et Borloo partaient en croisade pour sauver le monde), cette bureaucratie onusienne inouïe, ces milliers de conférenciers réunis dans la ruche de la capitale danoise (combien de CO2 dégagé à cette occasion?) n’auront finalement pas pesé lourd face à la simple détermination de l’Inde ou de la Chine à continuer à se développer sans (trop) de contraintes. Parce que c’est leur droit. J’éviterais de vous abreuver de chiffres sur ce blog mais tout de même, un petit rappel pour se remettre les idées en place : l’Inde émet 1,2 tonne de CO2 par an et par habitant, contre 12 tonnes en Europe et… 24 tonnes aux Etats-Unis. Et que lit-on ces derniers jours ? Si Copenhague a échoué, c’est en raison de l’intransigeance de ces mauvais élèves pollueurs que sont la Chine ou l’Inde. Etions-nous assez naïfs pour ne pas avoir anticipé les réalités géopolitiques et économiques de ce monde et croire que les grands pays émergents accepteraient sans broncher de signer un traité les contraignant pour les prochaines décennies à limiter l’essor de leur industrie ?


   Toutes nos croyances en ce domaine répercutées ad nauseam par la bronca médiatique sont donc à revoir.  Il faut une fois de plus se méfier des slogans et des idées reçues, sympathiques mais stériles. Non, nous n’empêcherons pas la croissance de l’Inde et de la Chine dans les prochaines années. La solution au problème du réchauffement climatique ne passe par une quelconque limitation administrative des quotas d’émissions des gaz à effet de serre (l’échec de Kyoto n’est plus à démontrer). Nous avons d’ailleurs le beau rôle en Europe car notre industrie se meurt… Cela fait plaisir à nos bobos des villes, moins aux ouvriers mis au chômage sans ménagement alors que les besoins immenses des habitants de cette planète justifieraient pleinement, si la volonté politique existait réellement, que l’on maintienne en Europe une industrie digne de ce nom. Mais le sort des ouvriers européens intéresse t-il nos bobos écolos bon chic bon genre ?


   La réponse aux problèmes écologiques bien réels passe bien entendu par le progrès technologique (voitures électriques ou hybrides, nouvelles générations de chaudières, panneaux solaires etc. etc.) et la diversification énergétique. Si je poussais un peu loin la provocation (pour mériter le bûcher des inquisiteurs), je vanterais également l’énergie nucléaire comme moyen efficace de lutter contre les émissions de CO2 par rapport au charbon. Certes, il y a ce problème des déchets à ne pas négliger mais le nucléaire présente aussi de sacrés avantages en terme de coût et de rejet de carbone. Mais est-ce une opinion écologiquement correct? A t-on encore le droit de le dire?


   Si l’homme doit apprendre à mieux préserver les ressources de la Terre pour nourrir une population toujours croissante (9 milliards d’habitants à horizon 2050), il ne doit pas néanmoins renoncer à son destin, celui de continuer à maîtriser la nature pour améliorer ses conditions de vie. Avant de s’insurger par principe contre les OGM,  posons-nous la question du défi alimentaire et entendons sans préjugés ce que les scientifiques ont à dire sur la question. Les Occidentaux doivent aussi apprendre la modestie, privilégier le développement durable mais sans empêcher personne de faire ce que nous faisons nous depuis la révolution industrielle. Apprendre également à se désintoxiquer de cette peur millénariste qui pèse actuellement sur les consciences et prendre du recul face aux discours de propagande agressifs et spectaculaires d’organisations comme Greenpeace ou de leaders autoproclamés comme Nicolas Hulot, véritable Torquemada écologiste dont les sentences définitives ne doivent souffrir d’aucune contestation…


 

Julien Gautier

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel - dans Tuez-les tous!
commenter cet article

commentaires

Jean-Gabriel Mahéo 25/02/2010 18:28


Giochi per bambini,

Merci de votre commentaire.

Toutefois, à la recherchedubonheur, nous considérons l'échec du sommet de Copenhague comme une grande victoire pour l'humanité et pour les nations, car la menace de blocage du développement des
nations au moyen d'un contrôle strict des émissions de CO2 et d'une pénurie organisée des droits à émettre des GES a été écartée.

Cordialement,
Jean-Gabriel Mahéo


Giochi per bambini 25/02/2010 10:09


Une bien lourde déception alors qu'on en attendait tellement de ce sommet. Malgré toute sa bonne volonté, supersarko n'a rien pu faire. Il faut dire que les pays émergents tel que la chine ont
pourri le sommet. D'un coté, on ne peut le leur reprocher : Les occidentaux sont responsables du désastre écologique actuel et on leur demande d'en payer les frais. Mais ces derniers préfèrent
rattraper leur retard ... Au final, l'utopie se termine sur un accord de vitrine. AU moins cet échec fera date, et on espère qu'à l'avenir on se souviendra de ce "désastre" comme expérience.


Jean-Gabriel Mahéo 05/01/2010 19:20


Cher Chanteur,

Merci pour vos encouragements, et bienvenu sur ce site.
Vous trouverez des "commentaires enflammés" dans les commentaires des articles de la série "Tuez-les tous", en particulier. Les dialogues y sont assez rugueux, mais pas inintéressants.

Cordialement,
Jean-Gabriel Mahéo


ChanteurDeCharma 02/01/2010 19:05


Il est toujours très agréable de lire quelqu'un qui pense comme vous, surtout qu'à propos de Copenhague et de la bien-pensance écolo, ce n'est pas très facile à trouver...
Mais d'un seul coup, j'ai trouvé deux blogs des plus intéressants... qui doivent probablement recevoir des commentaires enflammés !
Bravo !