Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 décembre 2004 3 01 /12 /décembre /2004 00:08


La-Revolution-Roosevelt.jpg


La Révolution Roosevelt
Georges Boris – 1934

 


Chapitre III : La réforme monétaire et financière

 

3 : Le nouveau Gold Act

 

 




    A la fin de 1933 l'expérience poursuivie sur les conseils du professeur Warren était toujours l'objet de furieuses attaques. Les partisans de la stabilisation du dollar menaient une campagne violente, cependant que les inflationnistes préparaient, pour la réunion du Congrès, une offensive non moins vigoureuse en faveur d'une émission pure et simple de billets. Un tiers parti s'agitait pour l'expansion de crédit.

    Entre ces divers courants, M. Roosevelt sut naviguer avec une suprême habileté. Le projet de loi monétaire, qu'il fit voter le 27 janvier, fut politiquement un coup de maître, car il réalisait un compromis susceptible de satisfaire les trois tendances.

    Le nouveau Gold act fixe à la valeur-or du dollar une limite supérieure, soit 59,06 % de l'ancienne. A ce taux, il est immédiatement procédé à une réévaluation du stock d'or. Mais le président conserve le droit de poursuivre la dévaluation jusqu'au niveau de 50 %, limite inférieure prévue par l'amendement Thomas.

    Ainsi, les stabilisateurs et les défenseurs de la « saine monnaie » reçoivent de sérieux apaisements, puisque les possibilités de fluctuation du dollar sont désormais réduites. D'autre part, la marge de « manipulation » du prix de l'or entre 59,06 % et 50 % (1) est une concession faite à la théorie Fisher-Warren. Quant aux partisans de l'inflation fiduciaire et à ceux de l'expansion de crédit, ils savent que, grâce à la réévaluation des réserves, ils pourront avoir satisfaction, sans que leurs adversaires puissent rien trouver à redire.

    Enfin, le Gold Act transfère la propriété des stocks d'or au Trésor fédéral, et les banques de réserves n'ont plus en mains que des certificats représentatifs. Cette clause est significative. Elle veut dire que c'est désormais le gouvernement fédéral qui, ayant pouvoir de fixer la valeur-or du dollar entre certaines limites, est le maître de la politique monétaire du pays et possède le droit et les moyens de diriger la monnaie.

    Nous verrons dans un instant que tout indique qu'il entend le faire par le moyen de l’expansion ou la reflation de crédit.

    Notons pour le moment que les effets psychologiques du vote du Gold Act ont été particulièrement heureux. Les controverses monétaires ont cessé, et, avec elles, la méfiance qu'elles entretenaient. Les cours des obligations ont vivement remonté, et cette hausse facilite les émissions de fonds d'Etat en même temps qu'elle entraîne une nouvelle détente du loyer de l'argent.

    Les capitaux émigrés depuis le mois de février ont reflué rapidement vers l'Amérique. Il en résulte une aisance monétaire dont l'économie ne peut que bénéficier.

    M. Roosevelt est maintenant en mesure d'aborder le problème monétaire et financier fondamental, problème dont il n'a que trop longtemps retardé la solution ; à savoir celui de la reflation de crédit.




1 - Calculée par rapport à la parité de 59,06 la marge de baisse est de 16 %.


 

 

Précédent/ Table des matières / Suivant

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires