Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XVIII :

CONTINUATION DU MÊME SUJET.

 

    § 4. — Accroissement dans les proportions du produit du travail absorbé par les trafiquants et les individus occupés du transport. L'abîme qui sépare les classes supérieures et les classes inférieures s'élargit constamment.


    Avec le développement de la puissance d'association, ou le commerce, la proportion du produit qui arrive aux mains des intermédiaires — c'est-à-dire de la classe qui s'interpose entre le producteur et le consommateur, — tend à diminuer, et celle du travailleur à augmenter ; en même temps qu'il y a tendance constante à l'égalité dans les conditions des individus. Avec le déclin du commerce et la puissance croissante du trafiquant, on observe partout des phénomènes opposés, l'inégalité des conditions croissant constamment, et le travailleur perdant le pouvoir sur sa personne, tandis qu'aussi régulièrement le trafiquant acquiert du pouvoir sur le travailleur.

    Les derniers phénomènes sont ceux qui s'offrent aux regards, lorsqu'on examine la société anglaise. Du temps d'Adam Smith, le nombre des propriétaires du sol s'élevait à deux cent mille, tandis qu'aujourd'hui, il n'est que de trente-quatre mille. Le reste a disparu, et à leur place nous trouvons partout le travailleur qui loue ses bras. Si nous jetons les regards sur les districts manufacturiers, nous les voyons, dans toute leur étendue, dit un écrivain moderne, « présentant le spectacle particulier d'une classe peu nombreuse et très-riche se tenant à part sur le faîte, et dominant de bien haut le niveau occupé par le reste de la population. La relation qui existe entre ces deux classes est formée uniquement par ces liens rigoureux et pécuniaires qui n'ont jamais eu le temps jusqu'à ce jour de se revêtir du mélange doux et chaleureux d'une association morale, affectueuse. L'oeuvre à laquelle se livrent les deux parties intéressées, continue-t-il, est essentiellement une oeuvre de coopération ; mais leur attitude, morale réciproque est plutôt celle d'ennemis que d'amis (5). »

    L'abîme qui sépare les classes supérieures et les classes inférieures de la société s'élargit chaque jour, les fortunes immenses acquises par les banquiers et les trafiquants qui prospèrent, étant en raison directe de la pauvreté de la classe agricole, si bien décrite par M. Cobden. Les accumulations du passé acquièrent de jour en jour un empire plus grand sur le travail du présent. Et il continuera d'en être toujours ainsi, tant qu'on soutiendra que le bien-être du pays exige « une somme de travail à bon marché et abondante (6). » C'est la doctrine de l'esclavage de l'homme telle qu'elle est réclamée par les exigences du trafic ; et de là vient qu'elle s'établit de plus en plus à mesure que la terre s'immobilise et que les capitaux considérables engagés dans tes différentes branches du trafic, peuvent, de plus en plus, continuer cet « état de guerre » qui se propose de leur assurer le monopole du privilége d'acheter les matières premières au dehors et le travail à l'intérieur. Le paysan sait, dit un auteur moderne (7), qu'il doit mourir dans la position où il est né. » Ailleurs il ajoute : « L'absence de petites fermes ôte au paysan tout espoir d'améliorer ses conditions d'existence. » Le London Times assure à ses lecteurs « que celui qui a été une fois paysan en Angleterre, doit rester à jamais paysan, » et M. Kay, après un examen attentif de la condition des peuples de l'Europe continentale, affirme, que par suite d'un pareil état de choses, les paysans de l'Angleterre « sont plus ignorants, plus démoralisés, moins capables de se venir en aide à eux-mêmes, et plus accablés par le paupérisme que ceux d'aucun autre pays de l'Europe, si l'on en excepte la Russie, la Turquie, l'Italie méridionale et quelques parties de l'empire d'Autriche (8). »

    Dans de pareilles circonstances, la classe moyenne tend peu à peu à disparaître, et la condition de celle-ci est parfaitement exprimée par le terme dont on se sert aujourd'hui si fréquemment, « la classe non aisée. » Le petit capitaliste qui, ailleurs, achèterait volontiers un morceau de terre, un cheval et une charrette, ou une machine d'une espèce quelconque, qui doublerait la puissance productive de son travail et en augmenterait la rémunération, se trouve forcé, ainsi que nous l'avons démontré plus haut, d'effectuer ses placements dans les caisses d'épargne ou les bureaux d'assurances sur la vie, où l'argent lui est prêté sur hypothèque à raison de 3 % ; tandis qu'il pourrait gagner 50 %, s'il lui était permis d'employer lui-même son capital. Il y a donc une lutte continuelle pour arriver à vivre, et chaque homme, ainsi qu'on l'a dit, « s'efforce d'arracher le morceau de pain de la bouche de son voisin. » L'atmosphère de l'Angleterre est une atmosphère de tristesse, Chacun y est inquiet de l'avenir pour lui-même ou pour ses enfants ; et c'est là une conséquence nécessaire du système qui se propose comme but d'augmenter les obstacles qui se rencontrent dans la voie du commerce.

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires