Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XVI :

CONTINUATION DU MÊME SUJET.

 

    § 1. — Caractère grossier du commerce anglais au commencement du XIV siècle. Les phénomènes qu'il offre à cette époque sont exactement semblables à ceux qui se révèlent dans les sociétés agricoles de nos jours.


    Au commencement du XIVe siècle, le commerce de l'Angleterre était tel que l'indiquait la condition très-grossière de sa population ; il consistait en laine, en peaux et en étain (depuis des siècles, elle approvisionnait le monde de ce dernier article), qui formaient la liste des objets d'exportation, et en toile, formant le principal article d'importation. On cherchait à obtenir la clientèle des nations étrangères pour ces matières premières, au moyen de concessions de privilèges à leurs négociants, en même temps que des droits vexatoires faisaient peser sur les fermiers du pays toutes les charges imposées par l'État. Expédiés à l'état le plus grossier, leurs produits leur revenaient sous la forme de toile et étaient alors admis contre l'acquittement d'un droit purement nominal, de moins d'un pour cent (1). La matière première était conséquemment à très-bon marché, tandis que les produits manufacturés étaient fort chers.

    Le commerce à l'intérieur était contrarié par d'innombrables mesures restrictives, tandis que tous les marchés nationaux, dans les bourgs et les foires, étaient si librement ouverts aux Flamands et aux manufacturiers des autres nations, qu'en lisant l'histoire des Plantagenets, on ne peut guère ne pas être frappé de l'identité du système anglais à cette époque, avec celui que suivent, de nos jours, les Turcs, et sous l'influence duquel l'empire ottoman est arrivé à son état actuel de dépérissement. En même temps qu'ils jouissaient, dans l'intérieur du royaume, de privilèges dont l'exercice était refusé aux Anglais, les marchands étrangers n'épargnaient aucun effort pour monopoliser l'achat de la matière première ; d'un côté du détroit, et sa transformation de l'autre côté, et pour maintenir ainsi la différence la plus considérable, entre les prix de la laine qu'ils désiraient acheter et la toile qu'ils désiraient vendre. La mise à exécution de ces desseins était l'objet des règlements des villes flamandes, auxquels nous avons fait allusion plus haut.

    La puissance d'association, — ou le commerce —, existait à peine alors en Angleterre, la diversité des travaux n'étant guère connue. Comme conséquence de ce fait, bien que la laine fût à bas prix, tous les articles de subsistance étaient cependant, comparativement, à bien plus bas prix, leur volume étant à tous égards, trop considérable pour permettre leur exportation dans des pays éloignés et ne trouvant à l'intérieur qu'un marché très-restreint. La première, représentant les subsistances qui avaient subi une seule opération de fabrication, pouvait s'échanger, tonne pour tonne, contre vingt fois sa valeur de métaux précieux. Les frais de transport étant donc comparativement faibles, elle pouvait avec quelque facilité circuler à une certaine distance ; tandis que les subsistances étaient souvent gaspillées en certaines parties du royaume, tandis que la famine régnait dans d'autres parties ; et, c'est ainsi qu'on voyait les moutons et les porcs former, presque entièrement, le capital de ceux qui faisaient profession d'affermer la terre.

    Les faits offerts ainsi à notre examen par l'Angleterre de cette époque sont identiques à ceux qui se présentent, de nos jours, dans les pays purement agricoles. Le coton de l'Inde peut être expédié au loin, parce que, de même que la laine anglaise, il représente les subsistances qui ont subi une seule opération de fabrication. Les subsistances de l'Inde ne peuvent s'exporter, même d'une partie du pays à une autre ; et il arrive, en conséquence, que les famines règnent dans un district, tandis que le blé se perd, faute de demande, dans tous les autres. Le blé de la Russie peut difficilement être exporté, mais la laine peut l'être facilement. Le blé de l'Illinois et de l’Iowa est absorbé en si grande proportion, dans son trajet pour arriver sur le marché, que le fermier désire, partout où cela est possible, le soumettre à une première et grossière élaboration ; il le fait donc passer dans l'estomac du cochon, amenant ce blé sur le marché sous la forme d'un porc. Le blé de la Virginie passe dans l'estomac des nègres, hommes et femmes, et arrive au marché sous la forme d'esclaves. Le blé de la Caroline, après avoir été digéré par des hommes et des femmes, s'introduit en Angleterre sous la forme de coton. Dans ce dernier pays, on sentit, ainsi qu'on le sent aujourd'hui, que la nécessité d'effectuer les changements de lieu était le grand obstacle au progrès ; et comme cet obstacle diminuait, avec chaque diminution dans le volume des denrées qui avaient besoin d'être transportées, il n'y a pas lieu d'être surpris que nous voyions le bon sens du peuple anglais l'amener à faire le premier pas dans une carrière dont les avantages avaient été si clairement révélés par Adam Smith, lorsqu'il démontrait combien était considérable le poids de blé et de laine contenu dans une pièce de toile ; et avec quelle facilité tous deux pouvaient être transportés lorsqu'ils avaient pris cette forme.

    A cette époque, ainsi qu'aujourd'hui, l'éloignement du marché produisait une grande fluctuation dans la demande des produits encombrants de la terre et dans leur approvisionnement ; à certain moment, le travailleur mourait faute de subsistances ; et le moment suivant, le fermier se trouvait ruiné, à défaut d'une population qui eût besoin de les consommer et pût payer le blé qu'il désirait vendre. De 1302 à 1317, le prix du blé haussa constamment, jusqu'à ce que, de 12 schellings, la première de ces années, il eût atteint, pendant la dernière, celui de 5 liv. 18 schellings ; et quelques années plus tard, nous le voyons baisser à 6 schell., 10 schell., et 1 liv. 7 schell.(2). Partout la culture était restreinte aux sols légers ; les terres les plus fertiles du royaume étant alors, ainsi qu'elles continuèrent de l'être plusieurs siècles après, tellement couvertes de bois ou saturées d'humidité qu'elles devenaient inutiles pour les besoins de l'homme. De l'autre côté du détroit tout se passait bien différemment. Le concert des efforts actifs résultant de la diversité des travaux ayant fait exploiter les sols les plus fertiles, l'agriculture avait déjà atteint une position plus élevée, probablement, que celle occupée par aucune partie de l'Angleterre, même au commencement du XVIIIe siècle. Chaque jour, le peuple hollandais et le peuple flamand obtenaient un pouvoir plus considérable sur la nature et de plus grandes facilités pour accumuler de nouvelles richesses.
 

 

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires