Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

  PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XV :

DES CHANGEMENTS MÉCANIQUES ET CHIMIQUES DANS LES FORMES DE LA MATIÈRE.

 

    § 7. — L'égoïsme, au sein des sociétés, de même que parmi les individus, se perd lui-même, généralement. Il vaudrait mieux pour l'homme que les forces naturelles n'existassent pas, plutôt que de voir leurs services monopolisés.


    Parmi les individus, l'égoïsme en général se perd lui-même ; il en est de même à l'égard des nations.  Toutes les sociétés que nous avons citées plus haut cherchaient à acquérir la force et la puissance, non pas en commun avec d'autres, — non pas en faisant avec d'autres un commerce basé sur l'extension du commerce parmi elles-mêmes, — mais en continuant le trafic pour les autres sociétés, dans le but de s'enrichir elles-mêmes aux dépens de celles-ci.  Les droits naturels de toutes étaient égaux ; et si ce principe eût été pleinement reconnu, toutes auraient pu devenir riches, fortes et libres ensemble ; mais, de la façon dont les choses se comportaient, chacune d'elles appauvrit d'abord ses voisines plus faibles et se trouva, à son tour, appauvrie par les mesures mêmes auxquelles elle avait eu recours pour accroître sa richesse et sa puissance.  La parfaite harmonie de tous les intérêts réels et l'avantage d'une parfaite moralité internationale sont des leçons que nous enseigne chaque page de l'histoire ; et cependant, après tant de siècles d'expérience, les premières nations du monde agissent, même aujourd'hui, comme si la route de la prospérité pour elles-mêmes ne devait s'ouvrir que par l'adoption de mesures tendant au détriment de toutes les nations qui les entourent.

    Pour que le pouvoir de diriger les forces de la nature soit profitable à l'espèce humaine, il est indispensable que les connaissances à l'aide desquelles il est acquis soient répandues largement.  Donnez à un membre seul d'une société le secret de la poudre à canon, et permettez-lui de le monopoliser, et il asservira ses voisins.  Avec le temps, ces derniers acquerront peut-être la science nécessaire pour faire la poudre ; mais ce résultat, ils l'obtiendront, si jamais ils y parviennent, malgré toute la résistance que pourra leur opposer le monopoleur, déjà devenu assez puissant pour être à même d'empêcher l'association parmi les malheureux individus qui dépendent de lui.  Il en est de même à l'égard des nations.  Restreignez à une seule la faculté de disposer de la vapeur, ou le pouvoir de convertir la laine en drap, la houille et le minerai en fer, ou le blé en farine et cette nation exercera assurément un empire tyrannique sur l'univers, au détriment de toutes, jusqu'à elle-même inclusivement.  La centralisation , quelque part que vous la rencontriez, tend à amener à sa suite la pauvreté, l'esclavage et la mort ; et il en est si complètement ainsi, relativement aux connaissances scientifiques, qu'il vaudrait mieux que la vapeur n'existât pas, plutôt que de voir la faculté de disposer d'une telle force restreinte à une seule société de notre globe.  Pendant quelque temps, cette société pourrait s'enrichir ; mais, avec l'esclavage, là comme partout, le dommage causé à l'esclave retomberait sur le maître.  Épuisant toutes les sociétés qui l'environnent, elle ne tarderait pas elle-même à voir naître la maladie de « l'excès de population, » tendant à produire, à l'intérieur, le même asservissement qu'elle avait produit au dehors.

    Le trafic avait élevé parmi les Flamands l'édifice de fortunes considérables, dont la possession ne fit qu'exciter leur convoitise pour en acquérir de nouvelles, en même temps qu'il augmentait leur pouvoir de diriger les mouvements des autres nations, pour arriver à l'accomplissement de leurs desseins égoïstes.  Dans ce but, ils cherchèrent à créer un monopole à l'intérieur et au dehors ; mais le résultat fut bien différent de ce qu'ils avaient espéré ; leurs mesures provoquèrent la résistance au dedans et au dehors.  Les ouvriers émigrant en Angleterre trouvèrent, dans Édouard III, un monarque comprenant parfaitement les avantages qui pouvaient résulter de ce fait, de mettre à même le fermier et l'artisan de se rapprocher l'un de l'autre ; et ils trouvèrent aussi, en lui, un monarque capable de leur accorder toute la protection dont ils avaient besoin, et disposé à le faire.  Non-seulement on leur concéda des franchises, mais toutes les mesures restrictives relatives au commerce intérieur, en ce qui concernait la fabrication de la toile furent immédiatement rapportées ; en même temps que par acte du Parlement, de l'année 1337, l'exportation de la laine et l'importation de la toile étaient à la fois prohibées.  L'égoïsme des Flamands, s'efforçant de monopoliser la connaissance qu'ils avaient acquise, dans le but de convertir les dons de la nature en instruments d'oppression, avait ainsi produit une résistance dont nous examinerons les effets dans un autre chapitre.

 

 

 


Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires