Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

  PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XV :

DES CHANGEMENTS MÉCANIQUES ET CHIMIQUES DANS LES FORMES DE LA MATIÈRE.

 

    § 4. — Économie des efforts de l'activité humaine résultant d'une plus grande facilité de transformation.


    A chaque progrès vers une plus grande facilité dans l'oeuvre de transformation accomplie presque sans déplacement, on assiste à un merveilleux accroissement dans l'économie d'efforts humains résultant d'une plus grande économie des dons de la nature.  Le pauvre sauvage de l'ouest passe des nuits et des jours à errer dans les prairies en quête de sa subsistance, et il est cependant obligé de perdre la plus grande partie des produits de sa chasse ; eu même temps que le colon des premiers jours détruit l'arbre, et en vend les cendres à des individus venus de points éloignés, qui les achètent volontiers, en y ajoutant tous les frais énormes de transport qui augmentent leur prix primitif.  A mesure que la richesse et la population augmentent, la tige de l'arbre devient susceptible de fournir des planches pour la construction des maisons et des moulins ; l'écorce sert à approprier les peaux qui seront converties en chaussures, et les branches fourniront les chevilles qui servent à leur confection.  Les chiffons d'un établissement pauvre et isolé se perdent ; mais, à mesure que la population augmente, les moulins apparaissent, et ces mêmes chiffons se transforment en papier.  Le petit fourneau solitaire de l'ouest perd la moitié de la puissance motrice que fournit son combustible ; mais la chaleur du vaste fourneau de l'est est appliquée au mouvement d'une machine et son gaz employé à chauffer l'air.  Entre les mains du chimiste, l'argile devient de l'alumine et promet de remplacer parfaitement et à bon marché l'argent métallique.  « Les clous tombés dans les rues pendant le trafic de la journée, reparaissent, dit un auteur moderne, sous la forme d'épées et de fusils.  Les rognures du chaudronnier ambulant, dit-il encore, se mêlent à celles des sabots des chevaux qui viennent de l'atelier du forgeron, ou avec les vêtements de laine des plus pauvres habitants d'une île soeur, sont mis au rebut, et, bientôt après, reparaissent sous la forme de matières tinctoriales de la couleur la plus éclatante, et servent à rehausser la toilette des dames de la cour.  Le principal élément de l'encre, avec laquelle nous écrivons, a peut-être fait partie du cerceau qui entourait un vieux baril à bière.  Les os des animaux morts servent de principaux matériaux pour les allumettes chimiques.  La lie du vin que rejette avec soin le buveur de Porto, lorsqu'il décante sa boisson favorite, est absorbée par lui sous la forme de poudre de Seidlitz, pour réparer les suites de son orgie.  Les restes de repas abandonnés dans les rues et le lavage du gaz de houille, reparaissent, soigneusement conservés, dans le flacon à odeur de nos dames, où doivent aromatiser le blanc-manger qu'elles serviront à leurs amis.  »

    La livre de lin, après avoir passé entre les mains du fabricant de dentelles, s'échange pour plus que son poids en or.  En Silésie, les feuilles du sapin et du pin sont transformées en couvertures, Les morceaux de cuir sont transformés en colle forte, et les cheveux coupés sur la tête humaine s'échangent contre des gants et des rubans ; et c'est ainsi que les hommes deviennent, de plus en plus, capables de s'associer et de combiner leurs efforts : chaque parcelle de la matière est utilisée, en même temps qu'il y a diminution dans la valeur des denrées nécessaires pour les besoins de l'homme, et accroissement constant dans la valeur personnelle de celui-ci.

 

 

 


Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires