Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

  PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XV :

DES CHANGEMENTS MÉCANIQUES ET CHIMIQUES DANS LES FORMES DE LA MATIÈRE.

 

    § 1. — Pour opérer les changements dans les formes de la matière, il est nécessaire d'en connaître les propriétés. L'oeuvre de transformation est plus concrète et plus spéciale que celle du transport, et conséquemment, plus tardive dans son développement. Elle tend à augmenter l'utilité de la matière, et à diminuer la valeur des denrées nécessaires aux besoins de l'homme.


    Pour transporter les pièces de bois au moyen desquelles notre colon pût, de quelque façon, s'abriter contre le vent et la pluie, il ne fallait qu'appliquer la force brutale ; mais, avant qu'il pût réussir à transformer en arc l'une d'entre elles, il fallait qu'il se familiarisât avec les propriétés de la matière, connues sous le nom d'élasticité et de ténacité.  Pour effectuer les changements de forme, il était donc nécessaire de connaître les qualités des choses à transformer, tandis que pour effectuer les changements de lieu, le colon n'avait besoin de connaître que leur quantité, leur grandeur ou leur poids ; et, comme conséquence nécessaire, il s'en suivit que l'oeuvre de transformation, plus concrète et plus spéciale, ne vint, dans l'ordre de développement, qu'après l'oeuvre plus abstraite du transport.

    La terre nous fournit peu de choses sous la forme précise qu'elles doivent avoir pour servir aux besoins de l'homme.  Il peut manger des pommes, des oranges, des dattes ou des figues, telles qu'elles ont été cueillies sur l'arbre ; mais la pomme de terre a besoin d'être cuite, les grains de blé d'être écrasés, la farine d'être mise au four avant de pouvoir servir à sa nourriture.  Il peut envelopper ses épaules d'une peau de bête ; mais avant de pouvoir convertir la laine en un vêtement susceptible de le garantir du froid de l'hiver, il doit se familiariser avec les propriétés distinctives de la laine.  Le feuillage peut, en certains moments, le protéger contre l'ardeur du soleil ; mais pour obtenir un abri convenable contre la température, il faut qu'il apprenne à abattre un arbre et à le convertir en poutres ou en planches.  L'accomplissement de ces actes exige la science ; à chaque pas qu'il fait dans l'acquisition de celle-ci, il obtient un empire plus étendu sur les forces naturelles destinées à son usage ; en même temps qu'à chaque pas se développe, de plus en plus, l'utilité du blé, de la laine et du bois de construction, avec une diminution constante dans la valeur des subsistances, des vêtements, de l'abri dont il a besoin, et un accroissement de richesse également constant.

    De toutes les magnifiques et merveilleuses mesures de prévoyance de la nature, il n'en est probablement pas de plus belle que celle qu'on peut observer ici.  La nécessité de changer la forme des produits végétaux et animaux, avant qu'ils puissent être appropriés à la consommation de l'homme, constitue un obstacle qu'il faut surmonter ; obstacle qui n'existe pas pour les oiseaux, pour les quadrupèdes, ou les poissons, auxquels la nourriture est fournie sous la forme qui leur est précisément nécessaire.  Il en est de même du vêtement que la nature fournit, aussi, complètement aux autres animaux ; tandis que l'homme est obligé de changer la forme du lin, de la soie et de la laine, avant qu'ils puissent servir à ses besoins ; et c'est ici que nous trouvons le puissant aiguillon pour l'activité de l'intelligence, qui conduit au développement de l'individualité et rend l'homme propre à l'association avec ses semblables.  Si la nourriture et le vêtement lui eussent été fournis libéralement, et sous la forme nécessaire, ses facultés seraient restées, partout, aussi complètement inertes et inutiles que le sont aujourd'hui celles des peuples habitant les régions tropicales, parmi lesquels des familles entières pourvoient à la première avec l'arbre seul qui porte le fruit à pain, tandis que le second est remplacé par le soleil d'un été perpétuel.  La nature fournissant à ces besoins spontanément, il n'existe que peu de motifs pour exercer les facultés par lesquelles l'homme se distingue de la brute, facultés qui, en conséquence, demeurent sans extension ; et, comme résultat nécessaire, la faculté et l'habitude d'association se trouvent ici le moins développées.  L'homme a été placé ici-bas pour conquérir l'empire de la nature, et, dans ce but, il a été doté de facultés susceptibles d'être mises en jeu, mais qui ont besoin d'être provoquées à l'activité par la nécessité de triompher des forces qui l'environnent, forces dont la puissance de résistance est toujours en raison directe du secours qu'elles peuvent lui prêter, pour l'aider à accomplir de nouveaux efforts, partout où elles ont été complètement soumises à sa domination.  Les sols fertiles de la terre peuvent récompenser largement ses travaux ; mais comme ils sont funestes à la vie et à la santé, il n'ose tenter de les occuper.  D'où il arrive, conséquemment, qu'on le voit commencer ses travaux dans les lieux où le sol est le plus ingrat, et que, de très-bonne heure, il s'associe à ses voisins pour acquérir une nouvelle puissance ; comme dans l'Attique couverte de rochers, dans la Norwége et l'Irlande, presque entièrement emprisonnées dans les glaces, sur les plateaux élevés de la Bohème, dans la Savoie montagneuse, et sur le sol granitique de la Nouvelle-Angleterre : dans tous ces pays, nous constatons que l'habitude de l'association a existé à un degré inconnu partout ailleurs.

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires