Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

  PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

CHAPITRE XIV :

CONTINUATION DU MÊME SUJET.

    

    § 6. — Origine de l'idée d'excès de population.


    Plus la circulation est rapide, plus doit être considérable l'économie de la puissance humaine et la force de la société elle-même. Moins est grande la rapidité de circulation, plus doit être considérable la perte de puissance, et moins il doit y avoir de force. Pour qu'il y ait mouvement dans la société, il faut qu'il y ait variété dans les demandes adressées aux diverses facultés de l'homme. Aucune demande pareille n'existant dans aucun des pays que nous avons déjà cités, il y a dans tous une déperdition constante du capital produit sous la forme de capacité intellectuelle ou physique, et fourni en retour du capital consommé sous la forme d'aliments.

    Dans l'Inde, les neuf dixièmes du capital sont perdus, en même temps que, sur le produit insignifiant du reste, une portion considérable est réclamée par ceux qui exercent le pouvoir au nom du gouvernement. La balance se trouve soumise au procédé d'épuisement que nous avons retracé plus haut, et grâce auquel le coton, qui n'a rapporté qu'un penny au producteur, lui retourne au prix de 12, 15 ou 20 pence. Il en est de même en Irlande et à la Jamaïque, en Portugal et en Turquie ; dans tous ces pays, les individus qui s'occupent d'opérer les changements mécaniques et chimiques dans la forme de la matière, désignés ordinairement sous le nom de manufactures, deviennent, d'année en année, séparés par une ligne de démarcation plus profonde, des individus qui s'adonnent à la culture.

    Dans tous ces pays, il y a, conséquemment, une nécessité constamment croissante d'avoir recours au transport. Dans tous, l'utilité des produits bruts de la terre diminue constamment, à mesure que le sol s'épuise. Dans tous, il y a augmentation dans la valeur des denrées nécessaires aux besoins de l'homme, et diminution dans celle de l'homme lui-même. Dans tous, les accumulations du passé acquièrent une prépondérance plus considérable sur les travaux du présent. Dans tous, les travaux diminuent à mesure que s'accroît la puissance du trafic. Avec tous, la valeur du trafic anglais diminue, prouvant ainsi, pour nous servir des expressions du colonel Sleeman, « la folie des conquérants et des pouvoirs souverains, depuis le temps des Grecs et des Romains jusqu'à celui de lord Hastings et de sir John Malcolm, qui tous se montrèrent des économistes peu éclairés, en supposant que des territoires conquis et cédés pouvaient toujours rendre à un État étranger la même somme de revenu brut qu'ils avaient payée à leur gouvernement national, quelle que fût leur situation relativement aux marchés destinés à l'écoulement de leurs produits, quel que fût l'état de leurs arts et de leur industrie, ainsi que la nature et l'étendue des établissements locaux, entretenus par ces revenus (9). » A l'égard de tous les pays qui dépendent de l'Angleterre, lors même qu'ils sont nominalement libres, le système qu'elle suit est un système d'épuisement ; et cependant sa population devient de plus en plus dépendante de ces marchés éloignés pour les approvisionnements nécessaires au soutien de la vie. Nous examinerons dans un autre chapitre jusqu'à quel point il faut attribuer, à cet accroissement de dépendance, l'existence de certains faits de l'histoire d'Angleterre sur lesquels s'est basée la théorie de l'excès de population. S'il se trouve qu'il faut les attribuer, exclusivement, à une erreur capitale de la politique anglaise, alors cet examen fournira la preuve qu'il est non-seulement juste, mais avantageux pour les sociétés de maintenir dans leurs relations l'observance rigoureuse de cette grande loi : que l'homme agisse envers les autres comme il voudrait qu'on agît envers lui-même.

 

 

 


Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires