Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

henry_charles_carey.jpg

TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VIII :

DE LA FORMATION DE LA SOCIÉTÉ.

 

    § 12. — Idée erronée, suivant laquelle les sociétés tendent naturellement à passer par diverses formes, aboutissant toujours à la mort. Il n'existe pas de raison pour qu'une société quelconque n'arrive pas à devenir plus prospère, de siècle en siècle.

    
    Comme en vertu d'une grande loi mathématique, il est nécessaire, que lorsque plusieurs forces se combinent pour produire un résultat donné, chacune d'elles soit étudiée isolément et traitée comme s'il n'en existait aucune autre, telle a été précisément la marche que nous avons adoptée plus haut. Nous savons que l'homme tend à augmenter en quantité et dans son pouvoir sur la nature, et que chaque progrès fait successivement, dans la route qu'il poursuit vers la science et le pouvoir, n'est que le prélude de progrès nouveaux et plus considérables, qui lui permettront d'obtenir de plus grandes quantités de subsistances et de vêtements, plus de livres et de journaux et un abri plus confortable, au prix de moindres efforts musculaires. On constate cependant qu'en dépit de cette tendance, il existe diverses sociétés où la population et la richesse décroissent constamment ; tandis que parmi celles qui sont en progrès, il n'en existe pas deux où le degré de progrès soit le même. Dans quelques parties de la terre, les lieux qui jadis étaient occupés par d'immenses agglomérations d'individus, sont aujourd'hui complètement abandonnés ; tandis qu'en d'autres la malheureuse portion restante vit dans un état de pauvreté, de misère et d'esclavage, bien qu'elle cultive les mêmes terres qui, autrefois, nourrissaient des milliers d'individus riches et vivant dans la prospérité ; et de là l'on s'est hâté de conclure que les sociétés ont une tendance naturelle à traverser, successivement, les diverses formes de l'existence qui aboutissent à la mort physique et morale ; mais assurément les choses ne se passent pas ainsi en réalité. Il n'y a aucun motif naturel pour qu'une société quelconque ne réussisse pas à devenir plus prospère d'année en année ; et lorsque cela n'a pas eu lieu, ça a été la conséquence de causes perturbatrices dont chacune a besoin d'être étudiée isolément, si l'on veut comprendre jusqu'à quel point elle a tendu à produire l'état de choses existant ; mais préalablement à cette étude, il est nécessaire que nous comprenions quelle serait la marche des choses, si de pareilles causes n'existaient pas. Le médecin, bien qu'on ne lui demande pas de traiter l'individu qui jouit d'une parfaite santé, commence invariablement ses études par constater quelle est l'action naturelle de l'organisation ; cela fait, il se sent capable de se livrer à l'examen des causes perturbatrices, par suite desquelles la santé et la vie sont constamment détruites. La physiologie est le préliminaire indispensable de la pathologie, et cela est aussi vrai de la science médicale que de la science sociale.

    Maintenant que nous avons complété l'étude de la physiologie de la société, en montrant ses progrès vers une forme naturelle et stable, nous consacrerons les chapitres suivants à sa pathologie, dans le but de constater quelles ont été les causes du déclin et de la chute des diverses sociétés qui ont péri ; et en même temps pourquoi le degré de progrès est si profondément différent, dans les sociétés qui existent aujourd'hui.

 

 

 


Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires