Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

henry_charles_carey.jpg

TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VIII :

DE LA FORMATION DE LA SOCIÉTÉ.

 

    § 10. — Plus la forme de la société est naturelle, plus elle a de tendance à la durée. Plus est complète la puissance d'association, plus la sociéte tend à revêtir une forme naturelle. Plus les différences sont nombreuses, plus est considérable la puissance d'association.

    
    La machine sociale, comme la machine humaine, se compose de parties agissant d'une façon indépendante, et dont chacune toutefois se trouve dans une harmonie parfaite et réciproque. L'estomac accomplit son acte, pendant que les yeux sont fermés dans le sommeil ; et l'oreille est ouverte, lors même que les nerfs auditifs ne sont pas excités. Chacun de ces organes change de jour en jour dans ses parties constituantes, la machine restant cependant toujours la même ; et, plus est rapide l'assimilation de la nourriture nécessaire pour l'accomplissement de ces changements, plus est parfaite l'action de l'ensemble ; et plus est grande la tendance à la stabilité et à la durée de la machine elle-même. Il en est de même à l'égard de la société, sa tendance, à la régularité constante et à la durée, étant en raison directe de la rapidité du mouvement qui s'accomplit entre ses diverses parties, et de l'activité du commerce.

    Plus la forme est naturelle, plus est grande, ainsi que nous le voyons partout, la tendance à la continuité de l'existence. Déchargez d'un tombereau un amas de terre et il prendra immédiatement, de lui-même, presque la forme d'une pyramide ; et le monceau accumulé continuera de prendre cette forme aussi longtemps qu'il grossira, la base s'élargissant constamment à mesure que le faîte gagne en hauteur. L'Himalaya et les Andes dureront à jamais, parce qu'ils ont naturellement la forme d'un cône ou d'une pyramide, la plus belle de toutes celles que la matière puisse revêtir. Les Pyramides d'Égypte démontrent combien cette forme est durable ; après des milliers d'années, elles restent encore aussi parfaites qu'elles l'étaient à l'époque des souverains qui les firent élever. Si nous reportons notre attention sur la machine sociétaire, nous constatons que partout, à mesure que la richesse et la population s'accroissent, ses membres s'occupent de creuser plus profondément ses fondations, produisant au jour la marne et la chaux, la houille et le minerai si abondants au sein de la terre ; nous constatons encore qu'à mesure que les fondations deviennent plus profondes, l'élévation augmente, en même temps qu'il y a diminution dans la proportion du sommet ; et que chaque mouvement dans cette direction est suivi d'un accroissement dans l'attraction locale, nécessaire pour produire le même double mouvement, dont nous apercevons l'existence répandue dans tout l'univers, et auquel sont dus l'harmonie parfaite et la merveilleuse durée du système cosmique.

    Si nous considérons le monde végétal, nous voyons partout, que la tendance à la durée est en raison de la profondeur et de l'étendue de la racine, comparées à la longueur de la tige. L'arbre qui croît dans une forêt et qui est entouré d'autres arbres, comme lui enfermés et étouffés de toute part, n'obéit qu'à la seule influence de la centralisation, et s'élève rapidement pour chercher la lumière et l'air, dont il serait privé si l'on permettait aux autres arbres de le dominer. Comme il ne pousse que de faibles racines, son peu de résistance se révèle bientôt, lorsque débarrassé des arbres qui l'entourent, il reste exposé à l'action du vent. Ceux, au contraire, qui se sont développés, dans des sites où l'air et la lumière abondaient, ont des racines proportionnées à leur hauteur et à leur largeur, et sont encore debout après des siècles écoulés, ainsi qu'on l'a vu arriver pour un nombre si considérable de chênes en Angleterre.

    Plus est considérable le nombre des individus qui peuvent vivre réunis, plus doit être considérable la puissance d'association, plus le mouvement doit être constant, régulier et rapide, plus doit être complet le développement des facultés, et plus doit être grande la tendance à creuser plus profondément les fondations de la société, en développant les merveilleux trésors que renferme la terre. Plus est prononcée la tendance à utiliser les diverses forces qui se présentent sous la forme de puissance hydraulique, de masses de houille, de fer, de plomb, de cuivre, de zinc, et d'autres métaux, plus est grande nécessairement la tendance à la formation de centres locaux, neutralisant l'attraction qui porte vers le chef-lieu politique ou commercial ; en même temps qu'il y a tendance constante au déclin de la centralisation, et diminution constante dans la proportion qui s'établit entre les soldats, les hommes politiques, les trafiquants et tous les autres individus faisant partie de la classe qui vit de l'appropriation, et la masse de la population dont la société se compose ; en même temps qu'il se manifeste également une tendance constante à obtenir ce résultat : la société elle-même revêtant cette forme que l'on voit partout concentrer et réunir la beauté, la solidité et la durée, celle d'un cône ou d'une pyramide.


 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires