Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie) 

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VII :

DE LA RICHESSE.

 

      § 1. —En quoi consiste la Richesse? Les denrées, ou les choses, ne sont pas la richesse pour ceux qui ne possèdent pas la science de s'en servir. Les premiers pas vers l'acquisition de la richesse sont toujours les plus coûteux et les moins productifs. Définition de la richesse.

    
    Robinson avait fabriqué un arc et avait ainsi acquis une richesse. En quoi, cependant, consistait cette richesse? Était-ce dans la possession de l'instrument? Assurément non ; mais dans le pouvoir qu'il lui donnait sur les propriétés naturelles du bois et de la corde, en le rendant capable de substituer l'élasticité de l'un et la ténacité des fibres de l'autre, à la contraction musculaire dont le secours, seul, lui avait jusqu'alors permis de se procurer des subsistances. Lorsqu'il eut creusé un canot, il trouva sa richesse augmentée. En effet, à l'aide de sa nouvelle machine, il pouvait commander les services de l'eau ; et comme la nature travaille toujours gratuitement, tout ce qu'il pouvait maintenant ajouter à ses provisions, il l'obtenait entièrement sans frais. Lorsqu'il eut fixé dans son canot, une perche, au haut de laquelle il plaça une peau de bête, en guise de voile, il put commander les services du vent, et, de cette façon, augmenter encore le pouvoir de se transporter d'un lieu dans un autre ; et sa richesse s'accrut ainsi constamment.

    Supposons, cependant, qu'au lieu d'avoir été amené par l'observation des propriétés du bois à fabriquer un arc ; il en eut trouvé un, et qu'il eût été assez dépourvu de connaissances pour être incapable d'en faire usage, en ce cas, sa richesse aurait-elle augmenté. Assurément non. L'arc fût demeuré pour lui aussi inutile que les arbres dont la terre était couverte. Supposons encore qu'il eût trouvé un canot et qu'il eût ignoré les propriétés de l'eau, ou du bois, aussi complètement que nous pouvons l'admettre chez les peuplades sauvages de l'Inde ou de la Germanie, ne serait-il pas alors demeuré aussi pauvre qu'auparavant? On ne peut mettre en doute qu'il en eût été ainsi. En pareil cas, la richesse ne peut consister dans la simple possession d'un instrument, qui ne se rattache pas à la connaissance des moyens de s'en servir. Si l'on faisait don d'un million d'arcs à un aveugle-né, il n'en serait pas plus riche ; et si nous transmettions, aux sauvages des Montagnes Rocheuses, le droit absolu de propriété sur les usines et les hauts-fourneaux de l'Union, ils n'y trouveraient aucun accroissement de richesse ; pour eux la chance de mourir de froid ou de faim serait restée la même, bien qu'ils fussent ainsi devenus propriétaires de machines, pouvant produire tous les instruments nécessaires pour leur permettre de se procurer largement les subsistances et les vêtements, à la seule condition de posséder la science. Des livres et des journaux ne seraient pas une richesse pour l'homme qui ne sait pas lire, mais les aliments en seraient une ; et il donnerait, de grand coeur, une bibliothèque tout entière, en échange de la quantité de blé dont il aurait besoin pour se nourrir pendant une année.

    Pendant des milliers d'années, le peuple anglais posséda des quantités presque illimitées de ce combustible dont un seul boisseau peut soulever, en une minute, cent mille livres par pied, et faire ainsi le travail de centaines d'individus ; et cependant ce combustible ne constituait pas une richesse, faute de connaître les moyens d'utiliser sa puissance. Il y avait là une force cachée. Mais ce ne fut qu'à l'époque où parut Watt, que l'homme put contraindre cette force à travailler à son profit. Il en a été de même à l'égard des mines d'anthracite de la Pennsylvanie. Ce combustible était plus pur et de meilleure qualité que tout autre, et, conséquemment susceptible d'accomplir une plus grande somme de travail ; mais, par cette raison, il fallait une science plus avancée pour développer sa puissance latente. Plus est considérable le pouvoir d'être utile, c'est-à-dire plus est considérable la somme d'utilité qu'une denrée recèle à l'état latent, plus grande est toujours la somme de résistance à vaincre pour la soumettre à l'empire de l'homme. Une fois ce résultat acquis, le pouvoir ainsi obtenu se concentre dans l'homme même, à mesure que se développe l'utilité de la matière première qui l'entoure.

    Le pauvre cultivateur des premiers temps commence ses travaux, ainsi que nous l'avons vu, sur les flancs des collines. Au-dessous de lui se trouvent les terrains qui, pendant plusieurs siècles, ont reçu les eaux des terrains supérieurs, en même temps que les feuilles des arbres et les arbres tombés eux-mêmes, dont la totalité, de temps immémorial, s'est décomposée et s'est incorporée à la terre, formant ainsi des sols devenus susceptibles de donner au travailleur la plus ample rémunération. Cependant, par ce motif, ceux-ci sont inaccessibles. Leur nature se révèle dans les grands arbres dont ils sont couverts, et dans leur faculté de retenir l'eau nécessaire pour favoriser l'oeuvre de décomposition ; mais le pauvre colon n'a pas le pouvoir de débarrasser ces mêmes sols de leur bois, ou de les drainer pour enlever l'excédant d'humidité. Il commence ses travaux sur le penchant de la colline ; mais en même temps que sa famille augmente et que se perfectionnent ses instruments de culture, nous le voyons descendre des hauteurs, et non-seulement se procurer pour lui-même une plus grande quantité de subsistances, mais encore les moyens de nourrir le cheval ou le boeuf dont il a besoin pour l'aider dans ses travaux. Grâce à l'engrais que lui ont rapporté les terres de meilleure qualité, nous voyons ses successeurs reprenant immédiatement la trace de ses pas, améliorant le flanc de la colline, et la forçant de donner un revenu deux fois plus considérable que celui qu'on obtenait primitivement. A chaque pas qu'ils font pour descendre, ils obtiennent pour leur travail une plus ample rémunération, et chacun de ces pas les ramène avec un accroissement de puissance, à la culture du sol primitif et ingrat. A cette heure ils possèdent des chevaux et des boeufs ; et tandis qu'avec leur secours ils tirent, de sols nouveaux, un engrais accumulé depuis plusieurs siècles, ils possèdent aussi des charrettes et des wagons pour le transporter sur la colline ; et à chaque progrès nouveau, leur rémunération augmente, tandis que leurs labeurs diminuent. Ils reviennent au sable et apportent de la marne, dont ils recouvrent la couche superficielle de la terre ; ou bien ils reviennent à l'argile et y incorporent de la pierre à chaux, et par ce moyen doublent leurs produits. Pendant tout cet intervalle ils fabriquent une machine, qui les nourrit dans le moment même où ils la fabriquent, et dont la puissance augmente à mesure qu'on lui enlève davantage. Dans le principe, elle était sans valeur, mais aujourd'hui qu'elle les a nourris et vêtus pendant plusieurs années, elle a acquis un tel degré d'utilité que ceux qui voudront en tirer parti, devront, pour en obtenir le droit, payer une large rétribution.

    La terre est une immense machine qui a été donnée à l'homme pour être façonnée à son usage. Plus il la façonne, mieux elle le nourrit, parce que chaque progrès ne fait qu'en préparer un nouveau plus productif que le dernier accompli, exigeant moins de travail et donnant un plus large revenu. Le travail du défrichement est considérable ; cependant le revenu qu'il donne est faible, la terre étant couverte de débris de troncs d'arbres et jonchée de racines. Chaque année, celles-ci se décomposent, et la fertilité de la terre augmente, en même temps que le travail du labourage diminue. A la fin, les tronçons d'arbres ayant disparu, le rapport est doublé, tandis que le travail est de moitié moins pénible qu'auparavant. Pour hâter cette opération le propriétaire n'a pas fait autre chose qu'exploiter la terre, la nature a fait le reste. Le secours qu'elle lui prête, en cette circonstance, produit bien plus de subsistances qu'on n'en avait recueilli, d'abord, en retour du défrichement de la terre. Cependant ce n'est pas tout. L'excédant ainsi obtenu lui a donné les moyens d'améliorer les terrains ingrats, en lui fournissant l'engrais propre à les fertiliser ; et de cette façon, il a triplé ou quadruplé son revenu primitif, sans être obligé à de nouveaux efforts ; le travail qu'il s'épargne, dans la culture des sols neufs, lui suffit pour transporter de l'engrais sur les sols plus anciens. Il conquiert alors un pouvoir, chaque jour plus considérable, sur les trésors variés de la terre.

    Relativement à toutes les opérations qui se rattachent à la soumission de la terre à l'empire de l'homme, le résultat est le même. Le premier pas est constamment celui qui coûte le plus et qui produit le moins (1). Le drainage commence nécessairement près du cours d'eau où le travail est le plus pénible ; et toutefois cette opération ne débarrasse de l'eau qu'une petite portion de terre. Un peu plus loin la même somme de travail, utilisant ce qui a déjà été fait, peut drainer une étendue triple ; et alors on peut établir un système complet de drainage, avec moins d'efforts qu'il n'en fallait d'abord pour celui qui était le plus défectueux. Mettre la chaux en contact avec l'argile, sur un espace de 50 acres, devient un travail plus facile que n'a été le défrichement d'une seule acre ; cependant l'opération double le rendement de chacune des cinquante acres. L'individu qui a besoin d'une petite quantité de combustible, pour son usage personnel, dépense beaucoup de travail pour ouvrir dans le voisinage un filon de houille. Élargir ce filon de manière à doubler le produit est une besogne qui n'exige, relativement, que peu d'efforts ; il en est de même d'un nouvel élargissement, au moyen duquel il peut faire usage d'un wagon, et qui lui donne un rapport cinquante fois plus considérable que celui qu'il avait obtenu, lorsqu'il n'avait à compter que sur ses seules forces, sans aucun autre secours. Creuser un puits conduisant au premier filon, au-dessous de la couche superficielle de la terre, puis établir une machine à vapeur, ce sont là des opérations coûteuses ; mais creuser postérieurement celui qui doit conduire à un second filon, et le tunnel pour arriver à un troisième, ne sont que des bagatelles en comparaison de la première opération ; et pourtant chacune d'elles est également productive. La première ligne d'une voie ferrée longe les maisons et les villes occupées par quelques centaines de milliers d'individus. On fait ensuite de petits embranchements, qui coûtent incontestablement bien moins de travail que la ligne primitive, mais qui mettent en rapport avec elle probablement une population triple. Le commerce prenant de l'accroissement, on peut avoir besoin d'une seconde, d'une troisième, ou d'une quatrième voie. La voie primitive facilitant le passage des matériaux et le triomphe des obstacles à vaincre, trois nouvelles voies peuvent se construire maintenant, avec moins de dépenses qu'il n'en a fallu pour construire la première.

    Tout le travail ainsi dépensé pour façonner l'immense machine n'est que le prélude de nouvelles demandes qui sont faites à celle-ci, et qu'accompagnent un revenu croissant et la hausse du salaire ; d'où il résulte que les portions de cette machine, telle qu'elle existe, s'échangent constamment, lorsqu'elles arrivent sur le marché, pour une somme de travail bien inférieure à celle qu'elles ont coûté. L'individu qui cultivait les terrains maigres se trouvait heureux d'obtenir cent boisseaux, en retour de son travail pendant une année ; mais avec les progrès accomplis par lui-même et par ses voisins au bas de la colline sur des terrains plus fertiles, le salaire a haussé, et l'on peut maintenant exiger 200 boisseaux. Sa ferme rapportera 1 000 boisseaux, mais elle exige le travail de quatre individus qui doivent avoir pour leur part chacun 200 boisseaux. En calculant sur un prix d'achat capitalisé depuis vingt ans, cela donne un capital de 4 000 boisseaux, ou l'équivalent d'un salaire de vingt ans, tandis qu'elle peut avoir coûté, si l'on tient compte de son travail personnel, de celui de ses fils et de ses auxiliaires, l'équivalent de cent ans de travail, ou peut-être bien davantage. Pendant tout ce temps, cette ferme les a tous nourris et vêtus ; et elle est devenue le produit d'accroissements insensibles qui ont eu lieu, d'année en année, sans qu'on y songeât ou qu'on s'en aperçût.

    Elle a maintenant la valeur d'un salaire de vingt ans, parce que son propriétaire, pendant nombre d'années, en a retiré annuellement mille boisseaux ; mais lorsque durant une longue suite de siècles elle est restée inexploitée, accumulant le pouvoir de servir les besoins de l'homme, elle n'avait aucune valeur. Il en est de même partout à l'égard de la terre. Plus on en tire de richesse, plus on trouve qu'il en existe encore. Lorsque les mines de houille de l'Angleterre demeuraient intactes, elles étaient sans valeur. Aujourd'hui, elles en ont une presque illimitée ; et cependant la terre renferme d'énormes quantités de ce combustible, pour des milliers d'années. Il y a un siècle, le minerai de fer était peu estimé et l'on passait des baux moyennant des rentes presque nominales. Aujourd'hui malgré les quantités considérables qui ont été enlevées, ces baux sont regardés comme équivalents à la possession de grandes fortunes, bien que la proportion du minerai dont on connaît l'existence, en d'autres contrées, ait probablement augmenté au centuple.

    Les riches terrains dont nous venons de parler, ceux où se trouvent la houille, la chaux et le minerai de fer, possédaient, il y a un siècle, autant qu'aujourd'hui, le pouvoir de contribuer au bien-être et aux jouissances de l'homme ; cependant ils ne constituaient point une richesse, parce que l'homme lui-même manquait de la science nécessaire pour le rendre capable de les forcer de travailler à son profit ; leur utilité était latente, elle attendait, pour se développer, l'action de l'intelligence humaine.

    Chez l'individu de cette époque, nous constatons une série de faits exactement semblables : ses facultés étaient identiques à celles des individus de nos jours ; mais, elles étaient également latentes ; son cerveau était prêt à lui rendre des services s'il les eût réclamés ; mais il était incapable de le faire. Ce cerveau eût également travaillé à son profit sans qu'il lui en coûtât rien ; et non-seulement les choses se seraient passées ainsi ; mais en diminuant la somme des demandes faites aux forces musculaires de l'homme, il eût diminué, considérablement, la somme de nourriture nécessaire pour réparer les pertes résultant de l'emploi de son activité. L'emploi du temps indispensable pour subvenir à ses besoins eût été ainsi réduit dans sa durée, en même temps qu'il y aurait eu une augmentation correspondante dans la quantité des heures dont il pouvait disposer, pour étudier d'une façon plus approfondie les forces de la nature, et préparer les machines nécessaires pour soumettre ces mêmes forces et les faire servir à son profit.

    La richesse consiste dans le pouvoir de commander les services toujours gratuits de la nature, que ceux-ci soient rendus par le cerveau de l'homme, ou par la matière au milieu de laquelle il vit et sur laquelle il doit agir. Plus est considérable la puissance d'association, c'est-à-dire plus grande est la diversité des demandes faites à l'intelligence humaine, plus est considérable également, ainsi que nous l'avons vu, le développement des facultés particulières —ou l'individualité — de chaque membre de la société ; et plus se développe la capacité pour l'association. Avec cette dernière arrive l'accroissement du pouvoir sur la nature et sur lui-même ; et plus est complète sa capacité pour se gouverner lui-même, plus doit être rapide le mouvement de la société, — plus est considérable la tendance vers de nouveaux progrès et plus est rapide aussi le développement de la richesse.

    Ainsi que nous l'avons dit, la somme de puissance qui n'attend que les demandes de l'homme est illimitée. Elle est, à l'égard du monde considéré dans son ensemble, ce qu'étaient les trésors accumulés dans la caverne des brigands, pour Ali-Baba, qui n'avait besoin que de prononcer un mot magique pour voir s'ouvrir les portes de cette caverne, et devenir ainsi possesseur des richesses qu'elle renfermait. Pour que l'homme acquière la puissance d'opérer le même prodige et de faire ainsi, pour lui-même, tout ce que les génies pouvaient accomplir autrefois, il lui suffit de se rendre capable de s'écrier aussi : Sésame, ouvre-toi, en combinant ses efforts avec ceux de ses semblables.

 

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires