Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

 

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

 

  1861

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VII :

DE LA RICHESSE.

 

    § 3. — De la richesse positive et de la richesse relative. Le progrès de l'homme est en raison de la diminution de la valeur des denrées et de l'accroissement de sa propre valeur.

    
    Nous sommes accoutumés à mesurer la richesse des individus ou des sociétés, d'après la valeur de la propriété qu'ils possèdent ; tandis que la richesse augmente, ainsi que nous le voyons, avec la diminution des valeurs, lesquelles sont, uniquement, la mesure de la résistance à vaincre avant qu'une propriété ou des denrées semblables puissent être reproduites. Cette manière de voir peut donc sembler en opposition avec l'idée générale qu'on se forme de la richesse ; mais en la soumettant à l'examen, on s'apercevra que cette différence n'est qu'apparente. La richesse positive d'un individu doit s'évaluer d'après le pouvoir qu'il exerce ; mais on doit évaluer sa richesse relative, d'après la somme d'efforts que devraient échanger d'autres individus, avant d'être capables d'acquérir un pouvoir semblable. Le propriétaire d'une maison qui lui offre un abri, et d'une ferme qui lui fournit subsistances et vêtements, possède une richesse positive, bien que ni l'une ni l'autre n'ait de valeur d'après l'estimation d'autres individus. Si on lui demande de fixer le prix auquel il consentirait à s'en dessaisir, il estimera la somme d'efforts qu'on exigerait d'autres individus, avant qu'ils pussent acquérir un semblable pouvoir ; et ce sera la mesure de sa richesse, comparée à celle d'un individu qui n'aurait ni maison ni ferme. Sa richesse positive consiste dans l'étendue du pouvoir qu'il exerce sur la nature. Sa richesse relative est la mesure de ce même pouvoir, comparé avec celui qu'exercent ses semblables.

    Cependant, à ce moment même, un perfectionnement survient dans le mode de fabrication des briques et le défrichement des terres ; immédiatement il y a diminution dans sa richesse relative, mais sans aucune modification dans sa richesse positive ; sa maison, comme auparavant, continuant de l'abriter et sa ferme de le nourrir. La diminution de la première est une conséquence de l'accroissement de la richesse et de la puissance de la société tout entière, dont il est membre ; et elle devient plus rapide à mesure que les perfectionnements se multiplient, parce qu'en même temps que chacun d'eux a lieu successivement, il y a décroissance dans les obstacles qu'offre la nature à la production des maisons et des fermes, et accroissement dans le nombre de celles qui sont produites, accompagnée d'un progrès constant dans la condition de la société. La richesse positive de l'individu ne subit aucun changement, et cependant sa richesse relative diminue constamment ; et le fait demeure également vrai, qu'on l'envisage par rapport aux accumulations intellectuelles, ou aux accumulations matérielles. L'homme qui sait lire possède une richesse ; et plus il y a autour de lui d'individus ignorants, plus sa valeur personnelle augmente ; placez-le au milieu d'autres individus qui savent a la fois lire et écrire, et il devient, par comparaison, plus pauvre qu'auparavant, bien que sa richesse positive n'ait subi aucune diminution.

    La richesse d'une société consiste dans le rapport à établir, à l'égard de son pouvoir pour commander les services de la nature ; et plus ce pouvoir est considérable, moins le sera la valeur des denrées, et plus grande sera la quantité qu'on peut s'en procurer en retour d'une certaine somme de travail. A chaque pas fait dans cette direction, il y aura une diminution dans la proportion à établir pour le temps nécessaire à la production des choses indispensables à la vie, avec celle que l'on peut consacrer à préparer les machines dont on a besoin pour exercer un empire plus étendu sur la nature, ou encore aux besoins de l'éducation, des délassements ou des plaisirs. Le progrès de l'individu est donc en raison de la diminution de la valeur des denrées, et de l'accroissement de sa valeur personnelle.
 
 

 

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires