Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE V :

CONTINUATION DU MÊME SUJET.

 

        § 2. — Les faits réels sont précisément le contraire de ceux que suppose M. Ricardo. Progrès de la dépopulation en Asie, en Afrique et dans plusieurs parties de l'Europe.


    
    Les tableaux que nous venons de présenter ne sont pas d'accord avec la doctrine de M. Ricardo ; cependant, de quelque part qu'on jette les yeux, on trouvera la preuve de leur vérité. Si nous portons nos regards vers l'Inde, nous y verrons un sol fertile partout transformé en un dédale de jungles, tandis que le dernier occupant de ce sol même meurt de faim, au milieu des forts situés sur les hauteurs. Dans la partie de l'Asie la plus rapprochée de nous, nous voyons le pays baigné par le Tigre et l'Euphrate, terre d'une fertilité incomparable et qui, à des époques très-reculées, entretenait les plus puissantes sociétés du monde, aujourd'hui si complètement abandonné, que M. Layard s'est trouvé lui-même forcé de rechercher la terre des collines, au moment où il voulait constater l'existence d'un peuple dans ses demeures. Aussi voit-on que les fièvres intermittentes, hôtesses constantes des terrains sauvages et en friche, sont le fléau général du voyageur en Orient.

    En allant vers l'Ouest, nous constatons que les terres élevées de l'Arménie sont assez bien occupées pour permettre la continuation de l'existence d'une ville telle qu'Erzeroum ; tandis qu'aux environs de l'ancienne Sinope, on n'aperçoit plus que des forêts de bois de haute futaie, dont la dimension gigantesque fournit une preuve concluante de la fécondité du sol sur lequel elles croissent. En passant plus à l'Ouest et arrivant à Constantinople, nous trouvons l'immense vallée de Buyukderé, autrefois connue sous le nom de la Belle-Terre, complètement abandonnée, tandis que la ville tire les subsistances nécessaires à sa consommation journalière, de collines situées à une distance de 40 ou 50 milles ; et le tableau que nous offrons ici n'est que le spectacle en miniature de l'empire turc tout entier. Les riches terres du Bas-Danube, autrefois le théâtre où s'agitaient la vie et l'industrie romaine, n'offrent plus aujourd'hui que de misérables moyens d'existence à quelques porchers de la Servie, Ou à quelques paysans valaques. Dans toute l'étendue des îles Ioniennes, les terres les plus riches, autrefois très-cultivées, sont aujourd'hui abandonnées presque complètement, et doivent continuer de l'être, jusqu'à l'instant où pourra, de nouveau, s'y montrer cette habitude de l'association qui permet à l'homme de combiner ses efforts avec ceux de ses semblables pour dompter la nature.

    Si nous arrivons maintenant en Afrique, nous pouvons suivre l'accroissement de cette habitude d'association et le développement de cette puissance, dans le fait suivant : la population descendant peu à peu vers le Nil, pour mettre en exploitation les terres fertiles du Delta ; et à mesure que la population décroît, l'abandon de ces mêmes terres, le comblement des canaux et la concentration de la population sur un sol plus élevé et moins productif. Si de là, nous passons à la province romaine, nous voyons ces terres autrefois si fertiles, les plaines de la Metidja, de Bône et autres, presque entièrement, sinon tout à fait abandonnées, tandis que la population qui subsiste encore se groupe autour des montagnes de l'Atlas. En considérant ensuite l'Italie, nous voyons une population croissante, soumettant à la culture ces riches terrains de la Campanie et du Latium, destinés à être de nouveau abandonnés peu à peu, et n'offrant aujourd'hui qu'une misérable subsistance à des individus dont la plupart cheminent vêtus de peaux de bêtes, et dont le nombre ne dépasse guère celui des villes qui jadis étaient si florissantes en ce pays. En nous dirigeant vers le Nord, nous verrons les terres fécondes de la république de Sienne cultivées jusqu'au XVIe siècle, à l'époque où le cruel vainqueur de Marignan rejeta vers les montagnes les faibles restes de la population échappés au fer de l'ennemi, et transforma en un désert pestilentiel les fermes si bien cultivées qu'on y voyait auparavant en si grand nombre. Plus au Nord on peut constater la destruction des canaux de Pise et l'abandon de son sol fertile, tandis que ses habitants meurent de la peste dans l'enceinte de la ville, ou se transportent vers la source de l'Arno, pour y chercher les moyens de subsistance que ne leur offrent plus, désormais, les terrains plus riches situés à son embouchure.

    En France, à l'époque des guerres avec les Anglais, nous voyons les pays de vallées, et les plus fertiles, ravagés par des bandes de féroces montagnards, le farouche Breton, le cruel Gascon et le Suisse mercenaire, unis pour piller les hommes qui cultivaient un sol plus fécond et les contraignant à chercher un refuge dans la sauvage Bretagne elle-même. Nous pouvons voir les terres les plus riches du royaume complètement dévastées ; la Beauce, l'une de ses parties les plus fertiles, redevenue une forêt, tandis que, de la Picardie aux bords du Rhin, il ne reste debout aucune maison, si elle n'est protégée par les remparts d'une ville, ni une ferme qui ne soit saccagée. Plus tard, la Lorraine fut convertie en un désert, et l'on vit de magnifiques forêts aux mêmes lieux, où jadis le sol le plus fertile récompensait libéralement le travailleur. Sur toute l'étendue de la France, nous constatons les effets d'une guerre perpétuelle, dans la concentration de toute la population agricole au sein des villages, à une certaine distance des terres qu'elle cultive ; y respirant une atmosphère viciée et perdant la moitié du temps à se transporter eux-mêmes, ainsi que leurs grossiers instruments et leurs produits, à leurs petites propriétés ; tandis que le même travail appliqué à la terre elle-même mettrait en culture les terrains plus fertiles.

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires