Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE V :

CONTINUATION DU MÊME SUJET.

 

        § 1. — Le décroissement de la population force l'homme d'abandonner les terrains les plus fertiles, et le contraint de revenir au terrains les plus ingrats. Causes de la diminution de la population. La quantité des subsistances décroît dans une proportion plus considérable que celle des individus.

    
        La population et la richesse tendent à augmenter, et la culture tend à se porter vers les sols plus fertiles, lorsque l'individu peut obéir librement à ses instincts naturels, qui le poussent à rechercher l'association avec ses semblables. La population et la richesse tendent à décroître, à mesure que l'association décline, et alors les sols fertiles sont partout délaissés ; à chaque pas dans cette direction, la difficulté de se procurer des subsistances augmente. C'est grâce à la population qu'on tire celles-ci des sols riches de la terre, tandis que la dépopulation ramène le malheureux cultivateur aux sols plus ingrats.

    Lorsque les individus sont pauvres, ils sont forcés de choisir les terrains qu'ils peuvent, et non ceux qu'ils voudraient, cultiver. Bien que réunis autour des flancs de la même chaîne de montagnes, la difficulté de se procurer des subsistances les contraint à rester très-éloignés les uns des autres ; et n'ayant point de routes tracées, ils sont incapables de s'associer pour une défense commune. Les terrains maigres sont d'un faible rapport, et la petite peuplade renferme quelques individus, qui aimeraient mieux vivre du travail d'autrui que de leur travail personnel. Une population disséminée peut être pillée facilement, et une demi-douzaine d'hommes réunis dans ce but peut dépouiller, successivement, tous ceux dont se compose la petite communauté. L'occasion fait le larron, et le plus audacieux devient le chef de la bande. Les individus qui désireraient vivre de leur travail sont pillés tour à tour ; et c'est ainsi que ceux qui préfèrent le pillage peuvent passer leur vie dans la dissipation. Le chef partage les dépouilles, et par ce moyen peut augmenter le nombre de ses compagnons et agrandir la sphère de ses déprédations. A mesure que la petite société s'accroît, il arrive cependant à faire avec elle une transaction de rachat, moyennant une certaine portion de ses produits qu'il appelle rente ou taxe, ou taille. La population et la richesse s'accroissent très-lentement, à cause de la disproportion considérable entre les individus non travailleurs et les individus travailleurs. Les sols de bonne qualité ne s'améliorent que lentement, parce que la population ne peut se procurer des bèches pour cultiver la terre, ou des haches pour la défricher. Peu d'individus ont besoin de cuir, et il n'existe pas, sur le lieu occupé, de tannerie pour employer les peaux dont ils disposent. Peu d'individus peuvent fournir des souliers, et il n'y a pas de cordonnier pour consommer leur blé, pendant le temps qu'il fabriquerait les souliers dont on a besoin. Peu d'individus possèdent des chevaux, et il n'y a pas de forgeron. L'association des efforts actifs existe à peine.

    Toutefois, et très-lentement, ils deviennent capables de soumettre à la culture des terres de meilleure qualité, diminuant ainsi la distance entre leur établissement et celui de leurs voisins, où règne un autre souverain au petit pied. Chaque chef, à cette heure, ambitionne le pouvoir de taxer les sujets de son voisin, et comme conséquence éclate la guerre ; le but de tous deux est le pillage, mais déguisé sous le nom de gloire. Chacun envahit le domaine de son adversaire et s'efforce de l'affaiblir, en massacrant ceux qui lui payent un revenu, incendiant leurs maisons et dévastant leurs petites fermes, tout en manifestant peut-être la plus grande courtoisie à l'égard du chef lui-même. Les terrains plus riches sont alors délaissés et leurs drainages comblés, tandis que ceux qui les occupaient sont contraints de chercher leur subsistance au milieu des terrains ingrats des collines, où ils se sont réfugiés pour leur sûreté. Au bout d'un an ou deux, la paix se conclut et le défrichement est à recommencer. Cependant la population et la richesse ayant diminué, il faut créer de nouveau les moyens nécessaires à cet effet, et il faut le faire sous l'empire des circonstances les plus désavantageuses. Avec la continuation de la paix, l'oeuvre avance, et peu d'années après, la population, la richesse et la culture reviennent au point d'où elles étaient déchues. Cependant de nouvelles guerres ont encore lieu pour décider cette question : Lequel des deux chefs recueillera toute la rente (c'est le nom qu'ils lui donnent). Après une dévastation considérable de propriétés, une immense perte d'hommes, l'un des deux étant tué, l'autre devient son héritier, ayant conquis, de la sorte, et du butin et de la gloire. Il lui faut maintenant un titre pour le distinguer de ceux qui l'entourent. C'est alors un petit roi ; et comme de semblables actes se répètent ailleurs, de tels rois deviennent nombreux. La population se développant, et chaque petit souverain convoitant les domaines de ses voisins, de nouvelles guerres ont lieu, amenant toujours le même résultat : le peuple se réfugiant constamment sur les hauteurs pour sa sûreté, les meilleurs terrains abandonnés, les subsistances devenant plus rares, et la famine et la peste enlevant ceux qui avaient échappé par la fuite à la tendre clémence des envahisseurs.

    Les petits rois, devenus maintenant des rois puissants, se trouvent entourés par des chefs inférieurs, qui se glorifient du nombre de gens qu'ils ont tués et de la quantité de butin qu'ils ont conquise. Les comtes, les vicomtes, les marquis et les ducs ne tardent pas à faire leur apparition sur la scène du monde, héritiers du pouvoir et des droits des chefs de brigands d'autrefois. La population et la richesse rétrogradent, et l'amour des titres se développe avec les progrès de la barbarie (1). Les guerres se font alors sur une plus grande échelle et l'on y acquiert plus de gloire. Au milieu de terres éloignées et très-fertiles, occupées par une population nombreuse, se trouvent des cités opulentes, dont la population, non habituée à manier les armes, peut être dépouillée impunément, considération toujours importante aux yeux d'individus pour lesquels la poursuite de la gloire est une industrie. Des provinces sont dévastées et leur population exterminée ; si quelques individus échappent, ils se réfugient sur les collines et les montagnes pour y mourir par suite de la famine. La paix vient ensuite, après des années de dévastation, mais les terrains fertiles sont envahis par un excès de végétation, les bêches et les haches, le gros bétail et les moutons ont disparu ; les maisons sont détruites ; leurs propriétaires n'existent plus ; et l'oeuvre de désolation impose une longue période d'abstinence, pour regagner le point d'où la culture a été chassée, par des individus s'appliquant à satisfaire leurs désirs égoïstes, au prix du bien-être et du bonheur du peuple sur les destinées duquel ils ont si malheureusement influé. De nouveau, la population se développe lentement et la richesse n'augmente guère plus vite ; car des guerres presque incessantes ont diminué le penchant et le respect pour le travail honnête, en même temps que la nécessité de recommencer encore l'oeuvre de la culture sur les terrains ingrats ajoute à la répugnance pour le travail. A cette heure, on estime que les épées et les mousquets sont des instruments plus honorables que les bêches et les pioches ; et l'habitude de s'unir dans un but honorable étant presque éteinte, il se trouve, à chaque instant, des milliers d'individus tout prêts à former des corps d'expéditions pour se mettre en quête de butin. C'est ainsi que la guerre s'alimente elle-même, en produisant la pauvreté, la dépopulation et l'abandon des terroirs les plus fertiles ; tandis que la paix s'entretient également, en augmentant le nombre des individus, et l'habitude de l'association, par suite de l'augmentation constante de la faculté de tirer les provisions de subsistances de la superficie déjà occupée, à mesure que les forces presque illimitées de la terre se développent au milieu du progrès de la population et de la richesse.

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires