Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

henry_charles_carey.jpg

TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XI :

CONTINUATION DU MÊME SUJET.

 

    § 2. — Le système anglais tend à la dispersion des individus et à l'accroissement de la part proportionnelle de la société qui se consacre au trafic et au transport.


    Un des besoins impérieux de l'homme, c'est de s'associer avec ses semblables, et l'un des grands obstacles à la satisfaction de ce désir, c'est, ainsi que le lecteur l'a déjà vu, l'absence de ces différences qui résultent de la diversité des travaux et qui rendent I'homme apte à l'association. Le but que l'on cherchait à atteindre, au moyen des lois que nous avons citées plus haut, c'était d'empêcher ces différences, et de perpétuer un état social, où la population des autres pays continuerait à n'être que simple cultivatrice du sol, contrainte de l'épuiser constamment, à raison de la nécessité d'expédier au dehors ses produits à l'état le plus grossier, et de s'épuiser constamment elle-même, par suite des transports énormes auxquels ces produits étaient soumis. Ces transports, à leur tour, entraînaient la dispersion, qui augmentait constamment, à cause de la nécessité toujours croissante de s'adresser à des sols nouveaux et plus éloignés, en même temps qu'il y avait augmentation constante dans la part proportionnelle du travail de la société, qu'il fallait appliquer au trafic et au transport, et diminution dans la part proportionnelle qui pouvait être consacrée à la production des articles à transporter ou à échanger.

    C'était, en réalité, le sacrifice du commerce sur l'autel du trafic, et ce sacrifice tendait nécessairement à l'asservissement de l'homme dans toutes les sociétés où il pouvait être imposé par la force (3).

    L'harmonie du système dont notre planète forme une partie, est due à l'existence de la gravitation locale, à l'aide de laquelle tous et chacun de ses membres deviennent capables de conserver leur parfaite individualité, quoique exposés à une attraction aussi puissante dans son étendue que l'est celle exercée par le soleil. Aussi longtemps que ces forces continueront à rester en équilibre, l'harmonie subsistera ; mais si la force centrale devait, ne fût-ce qu'un moment, prédominer sur les forces locales, chaque planète se briserait immédiatement, et le chaos universel en serait l'inévitable conséquence. Tel serait également le résultat de l'excès de centralisation dans le monde social, et l'expérience d'Athènes et de Rome, de Carthage et de Venise, démontre que les choses se sont passées ainsi ; et cependant la centralisation, qu'elles cherchaient à réaliser par leurs systèmes de politique, était complètement insignifiante, si on la compare à celle qu'on a cherché à produire au moyen du système que nous avons retracé plus haut. A l'égard de ces villes, c'était seulement avec les individus des pays éloignés qu'il s'agissait d'entraver le commerce ; mais ici c'était le commerce le plus important de tous, — le commerce intérieur, — c'était la puissance d'association et le développement de l'individualité qu'on voulait anéantir. Pour atteindre ce but, aucun effort ne fut épargné. Les produits à l'état brut, soumis à des taxes onéreuses pour le transport, ainsi que cela avait lieu pour le riz en grains (ou riz brut), et le sucre, étaient admis en ne payant que des droits peu élevés ; tandis que le riz pur et le sucre raffiné étaient grevés de droits assez lourds pour offrir une prime considérable en faveur de leur exportation de l'Inde ou de l'Amérique sous leur forme la plus grossière ; et, dans ce cas même, ils ne pouvaient être expédiés, sur aucun point du globe, que par l'intermédiaire d'un port ou d'un navire anglais.

    On avait donc ainsi recours, d'un côté, à l'interdiction des manufactures, et, de l'autre, aux primes sur les matières premières, dans le but d'empêcher les colons d'effectuer ces changements dans la forme de la matière, indispensables pour rendre les produits propres à être consommés au sein même du pays. Le seul but important du système consistait à maintenir, sous sa forme la plus encombrante, la denrée qu'il s'agissait de transporter, en réduisant, à la plus petite dimension possible, les instruments à l'aide desquels le transport et la transformation devaient s'opérer, enrichissant ainsi le trafiquant, et l'individu qui effectuait le transport, aux dépens et du consommateur et du producteur. Plus on pouvait mettre complètement en pratique de pareilles mesures, plus était faible la quantité de tissus que pouvait obtenir l'individu qui produisait le sucre, plus était faible aussi la quantité de sucre que pouvait se procurer l'individu au travail duquel étaient dus les tissus ; plus était grande la tendance à voir la population acculée aux dernières limites des moyens de subsistance, et à trouver dans les dispositions erronées, prises par le Créateur, une excuse pour un état de choses dont l'existence ne devait être attribuée qu'aux combinaisons de l'homme.

 

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires