Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

henry_charles_carey.jpg

TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE IX :

DE L'APPROPRIATION.

   

    § 13. — Les sols les plus fertiles sont délaissés, dans tous les pays où la guerre obtient la prédominance sur le commerce. La splendeur individuelle s'accroît en raison de la faiblesse croissante de la société. Moins est considérable la proportion qui existe entre les soldats et les trafiquants, et la masse des individus dont la société se compose, plus est considérable la tendance de celle-ci à la force et à la durée.


    Que la faculté de s'associer volontairement, ou le pouvoir d'entretenir le commerce, existe en raison directe du développement de l'individualité, c'est un fait dont la vérité ne peut être contestée par ceux qui ont observé les mouvements des individus dont la société se compose. Ce fait est aussi vrai à l'égard des nations qu'il l'est à l'égard des personnes, l'individualité parmi celles-ci se développant également en même temps que la paix et le commerce, et s'amoindrissant avec le développement des habitudes militaires et la nécessité de dépendre des services du trafiquant. Chaque pas fait dans la première direction est suivi d'un accroissement dans cette domination exercée sur la nature, qui constitue la richesse ; tandis que chaque pas fait dans la direction contraire est suivi d'une diminution de puissance ; et c'est pourquoi nous voyons les sols fertiles abandonnés, dans tous les pays où la guerre, ou le trafic, obtiennent la prééminence sur le commerce, ainsi qu'on le voit en Irlande, en Italie, dans l'Inde, la Turquie, la Virginie et la Caroline.

    Moins est intense la puissance d'association locale, plus est considérable la tendance à la centralisation et à la création de grandes villes, ainsi qu'on a pu le constater dans l'accroissement d'Athènes et de Rome, toutes deux si magnifiques à la veille même de leur ruine, ainsi qu'on peut le constater aujourd'hui à Londres, à Paris et à Calcutta. Avec le développement de la centralisation, nous assistons au spectacle d'une inégalité constamment croissante dans la condition des diverses fractions de la société ; nous voyons quelques hommes amassant leurs fortunes avec une extrême rapidité, en même temps que les chances de la guerre et du trafic tendent à priver de pain les classes pauvres de la société. C'est ainsi que furent amassées les immenses fortunes de Crassus et de Lucullus, à l'époque où le peuple de Rome était forcé de s'adresser au trésor pour subsister ; celle de Jacques Coeur, au moment où la France était presque entièrement dépeuplée ; celle du Vénitien millionnaire, qui l'emporta sur Carlo Zeno, son compétiteur, pour les fonctions de doge, pendant la guerre de la Chiozza, où Venise, grâce à ce dernier, échappa à une destruction complète (12), et celle des Médicis, à l'époque où régnait à Florence la plus grande détresse. La faiblesse de la communauté sociale augmente en raison de la magnificence des fortunes privées et de la splendeur de la capitale ; et à mesure que la faiblesse augmente, nous observons invariablement une tendance à employer des mercenaires ; individus qui, pour de l'argent ou le pillage, se battent volontiers au profit de toutes les causes, ainsi qu'on l'a vu à Athènes, à Carthage, à Rome, en Espagne, et qu'on le voit aujourd'hui en Angleterre.

    La guerre et le trafic étant les occupations de l'homme qui exigent le moins de connaissances, prennent le pas sur toutes les autres dans leur développement. La nécessité de porter les armes pour sa défense personnelle, ou de dépendre des services du trafic quant, tendant à diminuer à mesure que la société accomplit des progrès, cette diminution dût être partout accompagnée d'une diminution dans la proportion existante entre les soldats et les trafiquants, et la masse d'individus dont la société se compose. Lorsque tel est l'état des choses, la société tend de plus en plus à prendre la forme où se combinent le mieux la force et la beauté ; mais s'il en est autrement, la part proportionnelle du trafic et de la guerre tendant à augmenter, et celle du commerce à diminuer, la société tend à prendre une forme directement contraire, celle d'une pyramide renversée. Naturellement, la stabilité diminue ; et si le mouvement dans ce sens continue longtemps, il aboutit à la ruine ainsi que nous l'avons vu par rapport à Athènes et à Carthage, à Venise et à Gènes, en Portugal et en Turquie ; ou bien il produit, comme cela a eu lien en France, une série interminable de révolutions.

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires