Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE IV :

DE L'OCCUPATION DE LA TERRE.

 

        § 8. — Marche de la colonisation dans l'Inde. La théorie de Ricardo est celle de la dépopulation et de la faiblesse croissante, tandis que la loi est celle du développement de l'association et de l'augmentation de la puissance.

    
    En passant par la mer Rouge et pénétrant dans la mer Pacifique, nous apercevons des îles presque innombrables, dont les basses terres sont inoccupées ; leur fécondité supérieure les rend funestes à la vie, tandis que la population s'agglomère autour des hauteurs. Plus au sud sont les riches vallées de l'Australie, inhabitées, ou lorsqu'elles sont habitées, à tout prendre, ce n'est que par une population placée au dernier échelon de l'espèce humaine, tandis que sur les petites îles, sur les points élevés de la côte, on trouve une race supérieure, habitant des maisons, se livrant à l'agriculture et à l'industrie. En dirigeant nos pas au nord, vers l'Inde, nous rencontrons Ceylan, au centre de laquelle se trouvent les États du roi de Kandy, dont les sujets ont la même aversion pour les terrains bas et fertiles, terrains malsains dans leur état actuel, que celle qui est ressentie par la population du Mexique et de Java. Pénétrant dans l'Inde par le cap Comorin, et suivant la grande ligne de hautes terres, qui forme, pour ainsi dire, l'épine dorsale de la Péninsule, nous trouvons les villes de Seringapatam, de Poonah et d'Ahmed-Nugger, tandis qu'au-dessous, près de la côte, on voit les villes de Madras, de Calcutta et de Bombay, fondées par les Européens, créations de date très-récente. Comme intermédiaires entre les deux catégories, on aperçoit de nombreuses cités, dont la situation, tantôt à une très-grande distance des bords des rivières, et tantôt près de leur source, démontre que les terrains les plus fertiles n'ont pas été les premiers cultivés. Si nous nous arrêtons sur les hautes terres entre Calcutta et Bombay, nous avons d'un côté le Delta de l'Indus, et de l'autre celui du magnifique fleuve du Gange. Le premier poursuit son cours à travers des centaines de milles, sans qu'on aperçoive presque aucun établissement sur ses rives, tandis que, dans le haut du pays, à droite et à gauche, il existe une population nombreuse. Le riche Delta du second est inoccupé, et si nous voulons trouver le siége de la culture primitive, nous devons suivre le cours de l'Indus, jusqu'à ce qu'arrivés à une grande distance vers sa source, nous rencontrons Delhi, capitale de toute l'Inde, lorsque le gouvernement restait encore entre les mains de ses souverains indigènes. Là, comme partout, l'homme délaisse les terrains bas et fertiles qui ont besoin d'être défrichés et drainés, et cherche dans les terrains plus élevés, qui se drainent eux-mêmes, le moyen d'appliquer son travail à se procurer des substances alimentaires ; et là, comme toujours, lorsqu'on ne cultive que les couches superficielles du sol, la rémunération du travailleur est insignifiante. Aussi voyons-nous l'Hindou travailler pour une roupie ou deux par mois, salaire qui lui suffit pour se procurer chaque jour une poignée de riz et s'acheter un lambeau de coton dont il couvre ses reins. Les sols les plus fertiles existent en quantité illimitée sur une terre qui reste intacte, et tout près de celle que le travailleur creuse avec un bâton, à défaut de bêche, ramassant sa récolte avec ses mains, à défaut de faucille, et rapportant chez lui sur ses épaules sa misérable moisson, faute d'un cheval ou d'une charrette.

    Passant au Nord, par le Caboul et l'Afghanistan, et laissant sur notre gauche la stérile Perse, dont les terrains secs et maigres ont été cultivés pendant une longue suite de siècles, nous atteignons le point le plus élevé de la surface de la terre ; et là, même sur les monts Himalayas, nous retrouvons le même ordre de culture ; partout les villages sont situés sur les pentes, sur lesquels la population fait croître du millet, du maïs et du sarrazin ; tandis que les terres des vallées forment généralement une masse de jungles, qui n'est ni appropriée, ni cultivée (44). Dans le voisinage immédiat se trouve le berceau de la race humaine, où prennent leur source les rivières qui se déchargent dans l'Océan Glacial et la baie du Bengale, la Méditerranée et l'Océan Pacifique. C'est la région, parmi toutes les autres, qui convient le mieux au but qu'on se propose ; celle qui fournira le plus facilement à l'homme qui travaille, sans le secours d'une bêche ou d'une hache, une faible quantité de subsistances, et conséquemment la moins appropriée à ses besoins, lorsqu'il a conquis le pouvoir d'asservir les forces de la nature.

    Là nous retrouvons de toutes parts l'homme à l'état de barbarie ; et en faisant une halte, nous pouvons suivre la marche des peuplades et des nations qui se dirigent successivement vers les terrains moins élevés et plus productifs ; mais qui, dans tous les cas, sont forcés de chercher la route la moins interrompue par les cours d'eau et, conséquemment, se maintiennent sur la crête qui sépare les eaux de la mer Noire et de la Méditerranée, de celles de la Baltique ; placés sur ce point nous pouvons les observer descendant des parties escarpées, quelquefois s'arrêtant dans le but de cultiver le terrain élevé, qu'on peut, avec des instruments passables, rendre susceptible de donner une faible quantité de subsistances ; d'autres fois s'avançant et arrivant dans le voisinage de la mer, pour s'établir non sur les terrains fertiles, mais sur les terrains ingrats du flanc ardu des collines, ceux sur lesquels l'eau ne peut séjourner et servir d'aliment à la croissance des arbres, ou offrir des obstacles aux colons, dont les moyens sont insuffisants pour le drainage des marais ; ou sur de petites îles formant des prés sur lesquelles l'eau ne fait que passer rapidement, ainsi que cela a lieu pour les îles de la mer Égée, cultivées depuis une époque si reculée. On voit quelques-unes de ces peuplades atteindre la Méditerranée, où l'on trouve les premières traces d'une civilisation, qui s'anéantit très-promptement, sous la pression des flots d'émigrants qui se succèdent ; tandis que d'autres s'avancent plus loin à l'ouest et pénètrent en Italie, en France et en Espagne. D'autres enfin plus aventureuses abordent dans les îles Britanniques. Nous les voyons encore, après quelques siècles de repos, traverser le grand Océan atlantique et commencer à gravir la pente de l'Alleghany ; se préparant à gravir et à franchir la grande chaîne qui sépare les eaux de l'Océan pacifique de celles de l'Océan atlantique ; en tout cas nous observons que les pionniers s'emparent avec joie du terrain sec et dépouillé des flancs escarpés des montagnes, de préférence au pays fertile et très-boisé des terrains d'alluvion. Partout nous les voyons, à mesure que la population s'accroît graduellement, quittant les flancs des collines et des montagnes pour se porter vers les terres fertiles placées à leurs pieds ; et partout, à mesure que cette population augmente, pénétrant dans le sol pour atteindre les couches plus profondes, et arriver à combiner l'argile ou le sable de la surface supérieure, avec la marne ou la chaux de la surface inférieure, et se créer ainsi, avec les divers matériaux que Dieu leur a fournis, un sol susceptible de donner un revenu plus considérable que celui sur lequel ils avaient été forcés, en premier lieu, de dépenser leurs efforts. Partout, avec l'accroissement de la puissance d'union, nous les voyons exercer sur la terre un pouvoir plus intense. Partout, à mesure que les sols nouveaux sont mis en exploitation et que les individus qui les occupent peuvent obtenir de plus amples revenus, nous constatons un accroissement plus rapide dans la population, lequel, à son tour, produit une plus grande tendance à la combinaison des efforts ; grâce à ces efforts, la puissance d'action de ces individus est triplée, quadruplée, quintuplée et quelquefois augmentée dans la proportion de cinquante pour cent ; ils deviennent alors capables de mieux pourvoir à leurs besoins immédiats, en même temps qu'ils accumulent plus rapidement les moyens mécaniques à l'aide desquels ils augmentent encore leur puissance productive, et mettent plus complètement en lumière les immenses trésors de la nature. Partout, nous constatons qu'en même temps que la population s'accroît, les approvisionnements de subsistances deviennent plus abondants et plus réguliers ; qu'on se procure avec plus de facilité les vêtements et les moyens de se mettre à l'abri ; que la famine et la peste tendent à disparaître, que la santé devient un fait plus général, que la durée de la vie se prolonge de plus en plus, et que l'homme devient à la fois plus heureux et plus libre.

    En ce qui concerne tous les besoins de l'homme, sauf l'unique et si important besoin de subsistances, c'est ainsi qu'on admet que les choses se passent. On voit qu'à mesure que se développent la population et la richesse, les individus se procurent de l'eau, du fer, de la houille et des vêtements ; qu'ils jouissent de l'usage des maisons, des navires et des routes, au prix d'un travail bien moins considérable que celui qu'il fallait employer primitivement. On ne met pas en doute que les ouvrages gigantesques, au moyen desquels on amène de grands fleuves dans nos cités, permettent aux hommes d'obtenir l'eau à moins de frais, qu'au temps où chaque individu, à l'aide d'un seau, la puisait lui-même sur le bord de la rivière. On voit que le puits de houille, qui avait exigé plusieurs années pour être creusé et se débarrasser de l'eau nécessaire pour mettre en oeuvre les plus puissantes machines à vapeur, fournit du combustible, au prix d'un travail bien moins considérable qu'à l'époque où les premiers colons rapportaient dans leur demeure des fragments de bois à moitié pourri, à défaut d'une hache pour tailler la bûche déjà tombée sur le sol ; on a vu que le moulin à blé convertit le grain en farine, à meilleur marché qu'aux jours où on le broyait entre deux pierres ; et que l'immense manufacture fournit du drap à moins de frais que le petit métier du tisserand ; mais on nie qu'il en soit de même à l'égard des terrains à mettre en culture. En ce qui concerne toute autre chose, l'homme emploie d'abord les pires instruments et arrive progressivement aux meilleurs ; mais en ce qui concerne la terre, et la terre uniquement, selon M. Ricardo, il commence par cultiver la meilleure et finit en s'adressant à celle de la pire qualité ; et à chaque phase de progrès, il trouve pour son travail une rémunération moindre, qui le menace de la faim et qui le prémunit contre l'idée d'élever des enfants pour l'aider dans sa vieillesse ; de peur qu'ils n'imitent la conduite des populations de l'Inde et des îles de la mer Pacifique, (dont les terres cependant sont abondantes et dont la nourriture serait à bon marché) et ne l'enterrent vivant, ou ne l'exposent sur le rivage, afin de pouvoir se partager entre eux sa chétive portion de nourriture.

    Jusqu'à quel point toute chose se passe-t-elle ainsi ? C'est ce que le lecteur décidera maintenant par lui-même. Toutes les autres lois de la nature sont largement conçues et universellement vraies, et il peut maintenant être d'accord avec nous sur cette opinion : qu'il n'existe qu'une loi, une loi unique pour les moyens de subsistance, la lumière, l'air, le vêtement et le combustible ; que l'homme en toute circonstance, commence son labeur avec les instruments les moins perfectionnés et le continue en faisant usage de ceux qui le sont le plus ; et qu'il devient ainsi capable, en même temps que se développent la richesse, la population et la puissance d'association, de se procurer, au prix d'un travail constamment moindre, une somme plus considérable de toutes les choses nécessaires ou agréables, qui contribuent au bien-être et au luxe de la vie.

    Pour apporter une preuve nouvelle, si toutefois elle peut encore être nécessaire, on peut dire, que presque partout la tradition reporte le premier établissement formé dans les diverses parties du monde, sur les hautes terres. Les traditions des Chinois placent les habitations de leurs ancêtres à la source des grands fleuves sur les plateaux élevés de l'Asie. Les Brahmines tirent leur origine de la vallée de Cachemire, et dans toute l'étendue de l'Asie ce pays est dénommé par un terme équivalent à celui de Voûte du monde. Le nom d'Abram, père de la haute terre, devint avec le temps Abraham, père d'une multitude ; et les hommes du Nord plaçaient la cité d'Odin dans l'Aaasgard ou château d'Aaas, mot qui, au rapport de M. Laing, « subsiste encore dans les langues du Nord et signifie la crète d'une terre élevée (45). »

    En outre, ainsi que nous apprend Agassiz, les rivières n'établissent jamais une ligne de démarcation entre les animaux terrestres, et c'est, comme conséquence de ce fait, que l'on voit les lieux où les rivières prennent leur source, et non les rivières, former les démarcations d'une carte ethnographique dressée exactement (46). S'il était possible que l'homme pût commencer l'oeuvre de culture sur les riches terrains d'alluvion, les choses ne se comporteraient pas de cette manière, parce que, à mesure que la population et la richesse augmenteraient, il se trouverait poussé irrésistiblement vers les terres plus élevées et moins fertiles, ainsi que nous le démontrons dans le dessin ci-contre:

    M. Ricardo place ses premiers colons au point marqué B, c'est-à-dire celui sur lequel les terres sont le plus fertiles, et celui où les avantages naturels de la situation sont les plus considérables, à cause de la proximité du fleuve. A mesure que leur population augmente, ils doivent gravir la hauteur, ou gagner quelqu'autre vallée pour y reprendre leurs travaux. C'est là précisément, ainsi que le lecteur l'a vu, l'inverse de ce qui a eu lieu dans toutes les régions du monde, la culture ayant commencé partout sur les flancs des collines indiquées par le point A, là où le sol était le plus ingrat, et où les avantages de la position étaient le moins considérables. Avec le développement de la richesse et de la population, on a vu les individus descendre des terrains élevés qui bornaient l'horizon de la vallée des deux côtés, et s'agglomérer au pied de ces mêmes terrains. De là vient qu'on ne voit jamais les rivières tracer les lignes de séparation entre les diverses races d'animaux, ou les diverses nations.

    La doctrine de M. Ricardo est celle d'une dispersion et d'une faiblesse croissante ; tandis que, sous l'influence des lois réelles de la nature, il y a tendance à un accroissement constant de la faculté de s'associer et de combiner ses efforts, à laquelle l'homme doit uniquement la possibilité de dompter les terrains plus productifs. A mesure qu'il abandonne les hauteurs et qu'il se rencontre avec son voisin, les efforts se combinent, les travaux se partagent, les facultés individuelles sont stimulées et mises en activité, la propriété se divise de plus en plus, l'égalité augmente, le commerce s'agrandit, les personnes et les propriétés jouissent d'une plus grande sécurité, et chaque pas dans cette direction ne fait que préparer un progrès nouveau.

 

 

 

 

Table des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires