Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE IV :

DE L'OCCUPATION DE LA TERRE.

 

        § 6. — Marche de la colonisation en France, en Belgique et en Hollande.

    
    Si nous jetons les yeux sur la France au temps de César, nous voyons les Arvernes, les Éduens, les Séquanais, descendants des plus anciens possesseurs de la Gaule, et dont ils forment les tribus les plus puissantes, établis sur les flancs des Alpes, dans un pays aujourd'hui bien moins populeux qu'il ne l'était alors (30). C'est là cependant que nous trouvons les centres principaux du commerce dans les riches cités d'Autun, de Vienne et de Soissons, tandis que la Gaule Belgique, aujourd'hui si riche, n'offrait aux regards qu'une seule résidence un peu remarquable, à l'endroit où passe la rivière de Somme où se trouve la ville d'Amiens. En montant encore davantage, au milieu des Alpes mêmes, nous voyons les Helvétiens, avec leur douzaine de villes et leurs villages, au nombre de près de quatre cents. En portant nos regards vers l'ouest, nous voyons dans la sauvage Bretagne, où les loups foisonnent encore, une autre portion des anciens colons de la Gaule, avec leurs misérables forts, placés sur les promontoires formés par les rochers escarpés de la côte, ou dans les gorges presque inaccessibles de l'intérieur du pays. Partout aux alentours, au milieu des terrains les plus élevés et les plus ingrats, on aperçoit, même aujourd'hui, des monuments de leur existence, dont on ne retrouve pas les analogues au milieu des terrains les plus bas et les plus fertiles de la France. En recherchant sur la carte les villes dont les noms nous sont le plus familiers (comme liés à l'histoire de ce pays, au temps du fondateur de la dynastie capétienne, de saint Louis et de Philippe-Auguste), telles que Châlons, Saint-Quentin, Soissons, Reims, Troyes, Nancy, Orléans, Bourges, Dijon, Vienne, Nîmes, Toulouse, ou Cahors, autrefois centres principaux des opérations de banque de la France, nous les trouvons à une grande distance vers les sources des rivières sur lesquelles elles sont situées, ou occupant les terrains élevés situés entre les rivières. Si nous considérons ensuite les résidences centrales du pouvoir à une époque plus rapprochée de nous, nous les rencontrons dans la farouche et sauvage Bretagne, encore habitée par un peuple à peine échappé à la barbarie, à Dijon, — au pied des Alpes, — en Auvergne, naguère, si ce n'est même encore, à cette époque, « asile secret et assuré du crime, au milieu des rochers et des solitudes inaccessibles que la nature semble avoir destinés à servir de retraite aux bêtes fauves plutôt qu'à devenir le séjour d'êtres humains » ; — dans le Limousin, qui a donné tant de papes à l'Église, qu'à la longue, les cardinaux de ce pays pouvaient dicter, pour ainsi dire, les votes du conclave, et qui, encore aujourd'hui, est l'une des régions les moins fertiles de la France ou sur les flancs des Cévennes, où la littérature et l'industrie étaient très-avancées, à une époque où les terrains les plus fertiles du royaume restaient incultes (31). Même encore maintenant, après tant de siècles écoulés, ses terrains les plus fertiles restent encore sans être drainés ; l'empire est couvert dans toute son étendue de terrains marécageux, pour l'amendement desquels on invoque aujourd'hui l'assistance du gouvernement (32).

    Si nous nous tournons ensuite vers la Belgique, nous voyons que le Luxembourg et le Limbourg, pays pauvres et grossiers, ont été cultivés depuis une époque qui se place bien au-delà de la limite historique, tandis que les Flandres, aujourd'hui si riches, restèrent jusqu'au VIIe siècle un désert impénétrable. Au XIIIe siècle même, la forêt de Soignies couvrait l'emplacement de la ville de Bruxelles, et la fertile province du Brabant était, en très-grande partie, sans culture ; et cependant, si nous entrons dans une province tout à fait voisine, celle d'Anvers, dans la Campine, maintenant presque abandonnée, nous trouvons des preuves de culture qui remontent jusqu'au commencement de l'ère chrétienne. C'est là qu'on trouve l'ancienne cité d'Heerenthals, avec ses murs et ses portes, et Gheel, dont la fondation date du VIIe siècle ; le voyageur y traverse le domaine des comtes de Mérode, avec son château de Westerloo, l'un des plus anciens de la Belgique, et dans les fossés duquel on trouve encore des instruments de guerre dont l'usage date de la période romaine. Partout les plus anciens villages se trouvent placés, ou sur les monticules ou dans les sables, dans le voisinage des marais, dont le pays était alors couvert dans une si grande étendue. Le commerce de laine du pays prit sa source dans la Campine, et ce fut à la nécessité des communications, entre la population de ces terrains peu fertiles et d'autres, qu'il faut attribuer l'existence d'un grand nombre de bourgs et de villes. Du temps de César, l'emplacement de la ville actuelle de Maestricht n'était connu que comme le lieu de passage du Maes, et celui d'Amiens n'était guère que le lieu de passage de la Somme, tandis que le Broecksel, d'une époque plus récente, aujourd'hui Bruxelles, n'arrriva à être connu que pour avoir servi à ceux qui avaient besoin de traverser la Senne.

    En consultant l'histoire ancienne de la Hollande, nous voyons un peuple misérable, entouré de forêts et de marais qui couvrent les terres les plus fertiles, vivant à peine sur des îles sablonneuses et forcé de se contenter, pour sa subsistance, d'oeufs, de poissons et d'aliments végétaux d'une nature quelconque en très-petite quantité. Son extrême pauvreté l'affranchit des impôts écrasants de Rome, et peu à peu sa population et sa richesse augmentèrent. La première entre toutes les provinces, dès une époque reculée, fut l'étroit district s'étendant entre Utrecht et la mer, qui, dans la suite, donna son nom de terre principale (Haupt ou Headland) à toute la contrée ; et c'est là que nous trouvons le sol le plus ingrat, qui ne peut guère donner que de l'agrostis ou de la fougère. Ne pouvant se procurer des subsistances à l'aide de l'agriculture, les Hollandais cherchèrent à les obtenir par l'industrie et le commerce. La richesse et la population continuèrent à se développer, et avec leur développement vint le défrichement des bois, le dessèchement des marais et la mise en culture des terrains fertiles qu'on avait tant évités dans le principe, jusqu'au jour où nous reconnaissons la Hollande comme la plus riche nation de l'Europe.

 

 

 


Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires