Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

CHAPITRE III :

DE L'ACCROISSEMENT DANS LA QUANTITÉ DE L'ESPÈCE HUMAINE.

 

    § 4. — Loi de l'augmentation relative, dans l'accroissement de la quantité de l'espèce humaine et de la quantité des subsistances.

   
    Nous trouverons maintenant la loi de l'accroissement relatif de la quantité de l'espèce humaine, et de celle des substances alimentaires et autres denrées nécessaires à son entretien, dans les propositions suivantes :

    — Le mouvement donne la force, et plus le mouvement est rapide, plus est considérable la force obtenue.

     — Avec le mouvement, la matière revêt des formes nouvelles et plus élevées, passant des formes simples du monde inorganique, et à travers les formes complexes du monde végétal, aux formes encore plus complexes du monde animal et aboutissant à l'homme.

    — Plus le mouvement est rapide, plus est grande la tendance aux changements de forme, à l'accroissement de la force, et plus est considérable l'accroissement de puissance dont l'homme peut disposer.

    — Plus les formes sous lesquelles la matière existe sont simples, moins est énergique la résistance à la gravitation ; plus est grande la tendance à la centralisation, moins il y a de mouvement et moins il y a de force.

    — Plus la forme est complexe, plus le pouvoir de résistance à la gravitation devient considérable ; plus la tendance à la décentralisation devient grande, plus il y a de mouvement et plus il y a de force.

     — A chaque nouvel accroissement de puissance d'une part, il y a, d'autre part, diminution de résistance. Plus il y a de mouvement produit, plus il doit y avoir, conséquemment, de tendance à une nouvelle augmentation de mouvement et de force.

    — La forme la plus complexe et la plus excellement organisée sous laquelle la matière existe est celle de l'homme ; c'est là seulement que nous trouvons cette faculté de direction nécessaire pour produire une augmentation de mouvement et de force.

    —  — Partout où existe surtout l'homme nous trouverons donc la tendance la plus considérable à la décentralisation de la matière, c'est-à-dire à l'accroissement de mouvement, à de nouveaux changements de forme, et à ce développement de plus en plus élevé, qui d'abord se manifeste dans le monde végétal, et aboutit à la production de nouvelles quantités d'individus humains.

     — A chaque nouvel accroissement dans la proportion suivant laquelle la matière a revêtu la forme d'homme, nous trouverons, par suite, un accroissement dans le pouvoir de celui-ci, de guider et diriger les forces destinées à son usage avec un mouvement qui s'accélère constamment, et des changements de forme constamment plus rapides, et un accroissement constant dans son pouvoir d'avoir à sa disposition les substances alimentaires et les vêtements nécessaires à son entretien.

     Que dans le monde matériel la résistance à la gravitation soit en raison directe de l'organisme, c'est ce qui sera évident pour le lecteur, après un moment de réflexion. La matière inorganique se développant sous l'influence de la chaleur, le plus léger abaissement de température suffit pour la condenser de nouveau et la faire retomber en pluie. Dans le monde organique, on trouve les formes les plus humbles de la vie végétale dans les petites plantes qui chaque année retournent à la poussière d'où elles sont venues ; tandis qu'on trouve les formes les plus élevées dans le chêne, qui pendant plusieurs siècles étend ses rameaux en défiant l'effort des vents, donne, chaque année, des feuilles, des fleurs et des fruits, malgré la force de gravitation. Dans le monde animal, ce sont les mollusques, les insectes corallifères et les polypes, placés au dernier échelon des êtres organisés, qui sont le plus subordonnés à l'empire des forces qui les enchaînent à la terre. Mais cette subordination diminue à mesure que nous nous élevons jusqu'au cheval, jusqu'à l'abeille et à l'oiseau. Arrivés à l'homme, nous le trouvons se créant une demeure sur les eaux vives, ou à son gré pénétrant dans les profondeurs de l'Océan ; tantôt faisant sur un navire le tour du globe, et tantôt se préparant des machines à l'aide desquelles il peut descendre au sein de l'immense abîme ; et non-seulement en remonter, mais en rapporter, contrairement aux lois de la gravitation, les matières inorganiques qui conviennent à ses besoins.

    Il en est de même à l'égard des races humaines. Plus elles sont abaissées par rapport à leur condition morale et physique, plus elles sont soumises aux forces centralisatrices, et c'est pourquoi, dans les premiers âges de la société, lorsque ces races n'exercent qu'un faible pouvoir sur la nature, nous voyons qu'il a été si facile aux Attila et aux Alaric de réunir des millions d'individus, pour piller et massacrer ceux qui avaient le bonheur d'être mieux pourvus qu'eux-mêmes des biens terrestres. C'est pourquoi encore nous voyons les grandes villes du globe exercer une force d'attraction si puissante sur les individus qui ont des dispositions perverses, et sur ceux qui vivent plus volontiers de rapine que d'une honnête industrie.

     Le rapport direct entre le mouvement, la force et la fonction, que nous avons affirmé plus haut, en ce qui concerne tous les êtres organisés, est pleinement démontré dans la vie individuelle de l'homme. De sa naissance à son âge viril, ses fonctions vitales, c'est-à-dire la digestion, la circulation et l'assimilation, s'accomplissant avec rapidité et énergie, triomphent, en grande partie, des lois physiques et chimiques qui sont en antagonisme direct avec la vitalité ; « et c'est ainsi qu'elles donnent lieu à la croissance du corps» jusqu'au moment où le terme du développement est atteint. La circulation, échange des relations réciproques de son système, qui représente toutes les forces actives mises en jeu par l'assimilation, parcourt l'intervalle de 130 pulsations par minute à 60 dans l'âge de déclin. L'histoire de sa jeunesse forme une série de triomphes sur la résistance que lui opposent les influences environnantes, jusqu'au jour où il atteint sa grande climatérique ; et dans toute la marche accomplie pour s'émanciper de l'empire des forces opposées de la nature, la rapidité du mouvement à l'intérieur de son organisme est la mesure et l'exposant de la somme de pouvoir, de vie et de liberté qui lui sont propres. Lorsqu'un des plateaux de la balance commence à baisser, lorsque le mouvement et la sensibilité, sa compagne inséparable, commencent à s'affaiblir, lorsque la transformation opérée par la digestion et le commerce de la circulation et l'assimilation, résultat de la nutrition, commencent à diminuer de force et de rapidité, l'homme aussi commence à mourir. A partir de ce moment, la balance du pouvoir qui lui est opposé s'augmente constamment, en même temps que la résistance de son organisme vital, perd aussi constamment le mouvement et la force, jusqu'au jour où, finalement, son corps est forcé d'obéir aux lois de décomposition et de gravitation.

     Dans le monde matériel, le mouvement parmi les atomes de la matière est une conséquence de la chaleur physique. Ce mouvement est donc le plus considérable sous l'équateur, et diminue jusqu'à ce qu'en nous approchant des pôles nous atteignions la région de centralisation et de mort physique.

     Dans le monde moral, le mouvement est une conséquence de la chaleur sociale, le mouvement consistant, ainsi que nous l'avons déjà démontré, dans un échange de rapports résultant de l'existence des différences qui développent la vie sociale. Le mouvement le plus considérable a lieu dans les agglomérations sociales où se trouvent heureusement combinés l'agriculture, l'industrie et le commerce ; et dans lesquelles, conséquemment, la société jouit de l'organisation la plus élevée. Il diminue à mesure que nous approchons des États despotiques et en décadence de l'Orient, régions de centralisation et de mort sociale. Il s'accroît à mesure que nous quittons les États purement agricoles du sud pour les contrées d'une industrie plus diversifiée dans les États du nord et de l'est ; et là, conséquemment, nous trouvons la décentralisation et la vie.

     Dans le monde matériel aussi bien que dans le monde moral, la centralisation, l'esclavage et la mort sont des compagnons inséparables.

 

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires