Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
1 novembre 2004 1 01 /11 /novembre /2004 10:58

PRINCIPES DE LA SCIENCE SOCIALE
PAR M. H.-C. CAREY (De Philadelphie)

 

henry_charles_carey.jpg


TRADUITS EN FRANÇAIS PAR MM. SAINT-GERMAIN-LEDUC ET AUG. PLANCHE

  1861

 

 

 

 

 

CHAPITRE II :

DE L'HOMME, SUJET DE LA SCIENCE SOCIALE.

 

    § 3. — La responsabilité de l'homme se mesure par son individualité. Preuves historiques à l'appui : L'association, l'individualité et la responsabilité se développent et déclinent simultanément.

 

 

 

    Parmi les attributs qui distinguent l'homme de tous les autres animaux, vient ensuite la RESPONSABILITÉ de ses actions devant ses semblables et devant son Créateur. 

 

    L'esclave n'est pas un être responsable ; car il ne fait qu'obéir à son maître. Le soldat n'est pas responsable des meurtres qu'il commet, car il n'est qu'un instrument entre les mains de l'officier, son supérieur, et celui-ci, à son tour, ne fait qu'obéir au chef irresponsable de l'État. Le pauvre n'est pas un être responsable, bien que souvent on le considère comme tel. La responsabilité augmente avec l'individualité, et cette dernière se développe, ainsi que nous l'avons vu, avec la puissance d'association. 

 

    Le sauvage égorge et pille ses semblables et montre avec orgueil leurs têtes, ou le butin qu'il a conquis, comme une preuve de sa ruse ou de son courage. Le soldat se vante de ses prouesses sur le champ de bataille et énumère avec plaisir les hommes tombés sons son bras ; et cela, dans une société dont les lois ordonnent l'amende et la prison, pour punir la plus légère atteinte aux droits individuels. Une nation belliqueuse s'enorgueillit de la gloire acquise sur le champ de bataille, au prix de centaines et de milliers de morts ; elle décore ses galeries de tableaux enlevés à titre de butin à leurs possesseurs légitimes, en même temps que ses généraux et ses amiraux vivent dans l'opulence, fruit de leur part respective dans les dépouilles de la guerre. A mesure que l'individualité se développe, les hommes apprennent à donner à de pareils actes leurs noms véritables et les seuls légitimes: ceux de vol et de meurtre. 

 

    Le sauvage n'est pas responsable de ses enfants, pas plus que l'esclave qui ne les regarde que comme la propriété de son maître. A chaque pas vers l'individualité parfaite, individualité qui est toujours le résultat d'un accroissement dans le pouvoir de s'associer volontairement, les hommes apprennent à apprécier de plus en plus leur sérieuse responsabilité envers la société en général et envers leur Créateur, pour préparer soigneusement leurs enfants à remplir leurs devoirs envers tous deux. C'est à ce sentiment, plus qu'à tout autre, que sont dus les vigoureux efforts accomplis pour acquérir cette domination sur les forces de la nature qui distingue l'homme en société de l'homme isolé ; il arrive ainsi que chaque aptitude caractéristique d'un individu est aidée par celle de tous les autres et lui vient en aide à son tour. Le sauvage est indolent et fait périr ses enfants du sexe féminin. Le fermier développe la culture de ses terres afin de pourvoir plus complètement à l'éducation morale et physique de ses fils, et de les rendre ainsi plus aptes qu'il ne l'a été lui-même à l'accomplissement de leurs devoirs envers leurs semblables. L'artisan perfectionne ses machines afin d'appeler à son aide la puissance de l'électricité, ou de la vapeur, et chaque pas fait dans cette direction développe plus complètement ses propres facultés spéciales. Il devient ainsi plus individualisé, en même temps que s'accroît considérablement le sentiment de la responsabilité vis-à-vis de lui-même et de ses enfants, et la disposition à associer ses efforts à ceux de ses semblables, soit pour augmenter la productivité de leur travail commun, soit pour administrer les affaires de l'association dont il est membre. 

 

    Ici encore nous apparaît la correspondance entre le développement des qualités essentielles de l'homme, développement qui est en raison de l'équilibre des forces centralisatrices et décentralisatrices. Les Spartiates n'admettaient pas la responsabilité du père à l'égard de ses enfants, et ils s'efforçaient de prévenir le développement de la richesse en s'entourant d'esclaves auxquels était déniée toute individualité. L'Ilote n'avait pas de volonté qui lui fût propre. Dans l'Attique, au contraire, bien que les esclaves fussent nombreux, le travail était bien plus respecté, et la diversité des travaux donnait lieu à une demande considérable d'efforts intellectuels. En conséquence les droits des parents y étaient respectés, en même temps qu'on y tenait complètement compte de ceux de l'enfant, sous l'empire des lois de Solon. 

 

    Dans l'Orient et en Afrique, où l'individualité n'existe en aucune façon, des parents tuent leurs enfants, des enfants abandonnent leurs parents, lorsque ceux-ci ne peuvent plus se nourrir eux-mêmes. En France, où la centralisation est si puissante, les hospices d'enfants trouvés sont nombreux, et ce n'est que tout récemment qu'on a fait quelques tentatives pour répandre parmi les masses populaires les bienfaits de l'éducation. L'accroissement de la centralisation dans le Royaume-Uni a été accompagné d'un mépris croissant pour les droits des enfants, et l'infanticide y joue aujourd'hui le rôle que remplit en France l'hospice des enfants trouvés. Il n'existe aucune mesure pour l'éducation générale du peuple, et le sentiment de la responsabilité s'affaiblit en même temps que s'abaisse le niveau de l'individualité ; résultat qui a suivi l'immobilisation du sol et la substitution des journaliers aux petits propriétaires. 

 

    Dans l'Allemagne décentralisée, au contraire, il y a progrès constant dans les mesures prises pour l'éducation. Cependant c'est dans les États décentralisés du Nord de l'Union que nous constatons la preuve la plus concluante du sentiment progressif de la responsabilité à cet égard. Le système d'éducation générale inauguré dans le Massachussetts par les premiers colons a fait son chemin peu à peu dans la Nouvelle-Angleterre, dans l'État de New-York, en Pennsylvanie, et dans tous les États de l'Ouest, favorisé dans ces derniers par les concessions de terres du gouvernement général, sous la réserve expresse d'être consacrées à cet objet. New-York, sans aucune subvention, présente dans ses écoles publiques 900.000 élèves, avec des bibliothèques y attachées contenant 1.600.000 volumes. Les écoles publiques de la Pennsylvanie contiennent 600.000 élèves, en même temps que le Wisconsin, le plus nouveau de tous les États, manifeste une disposition à dépasser, sous ce rapport, ses frères aînés. 

 

    En aucune partie du monde le sujet de l'éducation n'est étudié avec autant de soin que dans toute l'étendue des États du Nord, tandis que les États si fortement centralisés du Sud présentent seuls ce fait, que toute instruction y est interdite par la loi à la population ouvrière. Il en résulte comme conséquence naturelle, que les écoles de quelque nature qu'elles soient, y existent en petit nombre, et que la proportion des individus dépourvus d'instruction au sein de la population blanche y est très-considérable. 

 

    La responsabilité, l'individualité et l'association se développent ainsi de concert, chacune d'elles donnant et recevant une assistance mutuelle ; et partout on les voit se développer, à mesure que le gouvernement social se rapproche davantage du système qui maintient la merveilleuse harmonie du monde céleste.

 

 

 

 

 

Tables des matières - Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Gabriel Mahéo - dans L'art - l'histoire et les idées
commenter cet article

commentaires