Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 04:08

Voici quelques extraits d'un magnifique article du grand Jaurès paru en 1890 dans "La dépêche".
Et dire que le petit Sarkozy "s'inspire" de cet homme. Quelle misère...




Au clair de lune

(…) Ce qui me fâche dans la société présente, ce ne sont pas seulement les souffrances matérielles qu'un régime meilleur pourrait adoucir; ce sont les misères morales que développent l'état de lutte et une monstrueuse inégalité.
Le travail devrait être une fonction et une joie; il n'est bien souvent qu'une servitude et une souffrance.
Il devrait être le combat de tous les hommes unis contre les choses, contre les fatalités de la nature et les misères de la vie; il est le combat des hommes entre eux, se disputant les jouissances par la ruse, l'âpreté au gain, l'oppression des faibles et toutes les violences de la concurrence illimitée. Parmi ceux-là même qu'on appelle les heureux, il n'est presque point d'heureux, car ils sont pris par les brutalités de la vie; ils n'ont presque pas le droit d'être équitables et bons sous peine de ruine; et dans cet état d'universel combat, les uns sont esclaves de leur fortune comme les autres sont esclaves de leur pauvreté! Oui, en haut comme en bas, l'ordre social actuel ne fait que des esclaves, car ceux-là ne sont pas des hommes libres qui n'ont ni le temps ni la force de vivre par les parties les plus nobles de leur esprit et de leur âme.
(…)
Au contraire, quand le socialisme aura triomphé, quand l'état de concorde succèdera à l'état de lutte, quand tous les hommes auront leur part de propriété dans l'immense capital humain, et leur part d'initiative et de vouloir dans l'immense activité humaine, tous les hommes auront la plénitude de la fierté et de la joie; ils se sentiront, dans le plus modeste travail des mains, les coopérateurs de la civilisation universelle, et ce travail, plus noble et plus fraternel, ils le règleront de manière à se réserver toujours quelques heures de loisir pour réfléchir et pour sentir la vie.
Ils comprendront mieux le sens profond de la vie, dont le but mystérieux est l'accord de toutes les consciences, l'harmonie de toutes les forces et de toutes les libertés. Ils comprendront mieux et ils aimeront l'histoire, car ce sera leur histoire, puisqu'ils seront les héritiers de toute la race humaine. Enfin, ils comprendront mieux l'univers: car, en voyant dans l'humanité le triomphe de la conscience et de l'esprit, ils sentiront bien vite que cet univers, dont l'humanité est sortie, ne peut pas être, en son fond, brutal et aveugle, qu'il y a de l'esprit partout, de l'âme partout, et que l'univers lui-même n'est qu'une immense et confuse aspiration vers l'ordre, la beauté, la liberté et la bonté. C'est d'un autre œil et d’un autre coeur qu'ils regarderont non seulement les hommes leurs frères, mais la terre et le ciel, le rocher, l'arbre, l'animal, la fleur et l'étoile.
Voilà pourquoi il est permis de penser à ces choses en plein champ et sous le ciel étoilé : oui, nous pouvons prendre à témoin de nos sublimes espérances la nuit sublime où s'élaborent en secret des mondes nouveaux; nous pouvons mêler à notre rêve de douceur humaine l'immense douceur de la nature apaisée.

(…) Le progrès humain est entré dans sa période silencieuse, qui n'est pas la moins féconde. Pascal disait en regardant le ciel qui se déploie sous nos tètes: «Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie ». Pour moi, au sortir des périodes électorales, des polémiques de presse et de toute notre agitation verbale, il me console et me rassure. L'univers sait faire son œuvre sans bruit, sans qu'aucune déclamation retentisse dans les hauteurs, sans qu'aucun programme flamboyant s'intercale dans la tranquillité des constellations (…)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kévin 21/04/2007 14:53

Dom, bravo! Il fallait oser!
kévin

Dom 20/04/2007 23:28

Si si... nous !Et même que nous avons fait écouter patiemment La lettre à la jeunesse au maire de droite pour le baptême civil de notre fils, elle n'a pas eu le choix. Notre façon à nous de résister, au delà du symbole fort choisi pour petit prince.

pascale 20/04/2007 16:23

Faire des citations et s'inspirer,ça n'est pas tout à fait la même chose...Cet animal a aussi cité Martin Luther King. Mais je ne crois pas que ce soit son genre de lecture.

kévin 20/04/2007 19:03

Il dit s'en inspirer dans ses discours...De toute façon, Sarkozy, c'est le contraire d'un républicain humaniste.Mais, au fait, qui lit Jaurès aujourd'hui?Un livre iciKévin