Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 08:13
Marian Anderson


En réponse à Remy, qui s'interrogeait ici sur la voix étonnante de Marian Anderson, voici un autre extrait musical de cette grande artiste.
Der Erlkönig a été composé à l'automne 1815 par Schubert. Ce Lied est inspiré du poème Le roi des Aulnes, de Goethe. Un Lied (Lieder en allemand) est une composition brève pour une voix accompagnée d'un piano.
Dans ce Lied, vous remarquerez l'incroyable capacité de Marian Anderson à changer de registre ("de voix") afin d'exprimer au mieux l'émotion et le sens du poème. Explication: un seul et même chanteur interprète alternativement quatre personnages différents : le narrateur, aux première et dernière strophes, l'enfant, le roi des aulnes, et le père de l'enfant. Pour distinguer les différents personnages, le compositeur a joué sur le mode (hauteur de la partie chantée) et la nuance de chaque partie. Cette façon de chanter apporte de façon troublante une "âme" au Lied, de la vie.
Le piano joue aussi un rôle important dans l'œuvre : les octaves et les accords en triolets de la main droite figurent le galop du cheval, alors que les gammes ascendantes (de six notes seulement) de la main gauche figurent le vent dans les branches. Superbe.

Version audio en bas (il est assez facile de suivre le texte, même en français).



Der Erlkonig, Le Roi de Aulnes

Qui chevauche si tard à travers la nuit et le vent ? 
C'est le père avec son enfant.
Il porte l'enfant dans ses bras,
Il le tient ferme, il le réchauffe.


« Mon fils, pourquoi cette peur, pourquoi te cacher ainsi le visage ?
Père, ne vois-tu pas le roi des Aulnes,
Le roi des Aulnes, avec sa couronne et ses longs cheveux ?
- Mon fils, c'est un brouillard qui traîne.


- Viens, cher enfant, viens avec moi !
Nous jouerons ensemble à de si jolis jeux !
Maintes fleurs émaillées brillent sur la rive ;
Ma mère a maintes robes d'or.


- Mon père, mon père, et tu n'entends pas
Ce que le roi des Aulnes doucement me promet ?
- Sois tranquille, reste tranquille, mon enfant :
C'est le vent qui murmure dans les feuilles sèches.


- Gentil enfant, veux-tu me suivre ?
Mes filles auront grand soin de toi ;
Mes filles mènent la danse nocturne.
Elles te berceront, elles t'endormiront, à leur danse, à leur chant.


- Mon père, mon père, et ne vois-tu pas là-bas
Les filles du roi des aulnes à cette place sombre ?
- Mon fils, mon fils, je le vois bien :
Ce sont les vieux saules qui paraissent grisâtres.


- Je t'aime, ta beauté me charme,
Et, si tu ne veux pas céder, j'userai de violence.
- Mon père, mon père, voilà qu'il me saisit !
Le roi des aulnes m'a fait mal ! »


Le père frémit, il presse son cheval,
Il tient dans ses bras l'enfant qui gémit ;
Il arrive à sa maison avec peine, avec angoisse :
L'enfant dans ses bras était mort.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

untel 14/05/2007 11:49

Vraiment épatant! Les explications sont très utiles. Je n'imaginais pas qu'on puisse utiliser la voix et la musique de cette façon.

Kévin 15/05/2007 07:41

Oui, Marian Anderson est une artiste exceptionnelle !

kévin 24/04/2007 20:42

La musique classique, c'est tous les lundis!MerciKévin

jo 24/04/2007 16:32

Je tombe par hasard sur votre blog et je découvre un site riche et instructif. Merci pour ces extraits musicaux, c'est une bonne idée (en plus avec la traduction!).
Jo 

kévin 15/01/2007 12:05

Avec plaisir!Kévin

isa 10/01/2007 17:41

Magnifique! Quelle voix!
Merci
isa