Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 07:31
Photo: Kévin D.


A lire ce bon article paru dans le Figaro du 26 décembre. Pour une fois que la parole est donnée à un esprit non conformiste, profitons-en!

Rappelons que le climat de notre planète est en continuel changement. Les périodes glacières succèdent aux périodes de réchauffement, selon des durées variables. Ici, en France, nous avons eu (subi?) des chaleurs tropicales puis des périodes très froides. Saviez-vous que le Groënland était un pays "vert" (Groënland=Greenland)?
Oui, le climat semble se réchauffer. Pour combien de temps? L'homme en est-il vraiment responsable? Posons-nous ces quelques questions avant d'accuser l'homme et la technologie des pires maux.

Vers un totalitarisme écologique?

Par Edgar Gätner, directeur du forum Environnement au Centre for the New Europe (CNE) à Bruxelles.

Si un remède ne marche pas, vous n'avez qu'à quadrupler la dose. C'est cette logique digne du Dr Knock, personnage de Jules Romains, qui semble se cacher derrière la revendication répétée cet automne lors de la conférence internationale sur le changement climatique à Nairobi : faire suivre le traité de Kyoto par un Kyoto II encore plus contraignant. Une fuite en avant qui n'est pas sans évoquer cette définition du totalitarisme, inspirée de L'Homme révolté d'Albert Camus : mobilisation de masse pour des buts que l'on ne peut jamais atteindre.
 
Le protocole de Kyoto part de la supposition que le changement climatique, qui est indéniable, est causé par l'augmentation de la concentration de gaz carbonique (CO2) dans l'atmosphère. Cette supposition ne peut pas s'appuyer sur des expériences scientifiques, mais relève d'un raisonnement spéculatif, jugé suffisant cependant, en Europe, pour justifier l'imposition de mesures coûteuses menaçant de manière radicale notre mode de vie.
 
Dans l'esquisse du nouveau rapport du Giec (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat, l'organisme de l'ONU chargé de l'évaluation du changement climatique), qui est déjà accessible sur Internet, on estime le coût d'un plafonnement de la concentration du CO2 à 550 ppm (parts par million) à 5 % du PIB, ce qui est considérable. Mais l'Union européenne s'est fixé un but encore plus ambitieux : limiter le taux du CO2 à 450 ppm. Cela causerait un appauvrissement généralisé de la population certainement plus dommageable que la passivité face au changement climatique. Le rapport Stern, publié récemment en Angleterre, arrive à des conclusions différentes uniquement parce qu'il cache les gains possibles du réchauffement (comme par exemple la possibilité d'augmenter les rendements agricoles dans le Nord) et minore les estimations du coût des investissements nécessaires pour diminuer les émissions de CO2 par les centrales, usines, chauffages domestiques et transports.
 
En l'état actuel des connaissances, le diagnostic du Giec n'est pas scientifique mais politique. Il est établi scientifiquement depuis le « compendium météorologique » de la Société américaine de météorologie, en 1951, que le principal agent de l'effet de serre est la vapeur d'eau (à concurrence de 95 %), laquelle échappe à l'emprise humaine. Le CO2 joue un rôle mineur ; et encore les émissions de CO2 ne sont-elles que très partiellement d'origine humaine. Y a-t-il eu jamais une expérience dont les résultats pourraient contredire cette conclusion ? (...)

La suite ici
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kévin 03/01/2007 10:42

Merci Jean-Gabriel pour ces précisions.
Je suis heureux de voir que le vocabulaire  du capitaine Haddock ("pignouf") t'inspire...(voir la dernière Gaudisserie)
Kévin

Jean-Gabriel Mahéo 02/01/2007 22:16

1 C'est la vapeur d'eau, à 95% environ, qui est responsable de l'effet de serre planétaire.2 Dans les 5% restant, on trouve du CO2, mais aussi plein d'autre gaz beaucoup plus efficace que le CO2 en ce qui concerne l'effet de serre.3 Dans la portion totale de CO2 de ces 5%, la quantité de CO2 due à l'activitée humaine doit être de l'ordre du millième du total. Son augmentation ou sa diminution n'a "aucune" incidence sur le climat planétaire.4 Le CO2 n'est pas stagnant dans l'atmosphère, il circule très très vite. Tout Ecolo un tant soit peu sérieux sait bien que le CO2 est la ressource alimentaire n°1 des espèces végétales, et par conséquent la condition nécessaire de l'existence de la circulation de l'oxygène, de celle de l'eau, et de la vie animale. Toute augmentation même marginale de la quantité de CO2 en circulation dans l'atmosphère se traduit quasi immédiatement par une augmentation proportionnelle de la masse végétale (fait bien connu des maraichers nantais, entre autres, qui obtiennent d'excellents rendements en diffusant un surcroit de CO2 dans leurs serres), car la Vie fait bien.Les variations climatiques sur notre planète dépendent de ce qui organise notre climat : en premier, le Soleil et ses cycles ; en second, les variations de l'orbite terrestre (inclinaison et ellipse) ; et en troisième (mais dans le sens de la désorganisation), de temps en temps, un cataclysme volcanique comme l'explosion du Santorin ou celle du Krakatoa.C'est pourquoi j'affirme que Nicolas Hulot est un pignouf ignare sur les questions d'écologie. Et c'est pourquoi je recommande aux personnes comme genfi, qu'à priori je crois sincère, de mieux se renseigner, et de se méfier des experts et du rouleau compresseur médiatique, et peut-être de manger plus de viande. Pour le tonus et l'optimisme.Jean-Gabriel

Kévin 02/01/2007 19:46

Merci pour ce commentaire.Je ne suis pas d'accord sur ces points:"Toutefois, ce qui est mis en cause aujourd'hui c'est bien la vitesse à laquelle le phénomène se produit" : Comme le dit très bien l'article ci-dessus (et d'autres), les mesures sont loin d'être fiables. Posez vous aussi cette simple question: quand a t-on commencé ces mesures? N'y a t-il pas eu de tels phénomènes il y a 500 ans, 1500 ans, 5000 ans, 15000ans..?"Limiter les émissions de CO2 nous permettra de trouver une solution au problème": Je ne crois pas. Notre impact n'est, à mon avis, pas aussi décisif."Il ne faut pas oublier que les plus grands détracteurs (pas tous) du réchauffement climatique sont des gens qui sont financés par exxonmobil pour faire leurs recherches...": Savez vous, par exemple, que le WWF est financé par de gigantesques groupes pétroliers, compagnies financières, etc.. Ces gens ont tout intérêt à laisser les pays sous développés dans un état moyen-âgeux. Interdire les technologies et le "mode de vie occidental", c'est leur laisser main-libre pour continuer à piller ces pauvres pays. Je rajoute que si vous êtes un chercheur qui veut publier un article qui remet en cause le dogme du réchauffement climatique, vous ne pouvez pas! Par contre, la presse (financée par vos fameux groupes industriels) adoooooore les Hulots et autres prédicateurs del'apocalypse climatique. C'est vrai."Dire qu'il y a déjà eu des tempêtes, des hivers sans neiges etc. ne suffit pas, il faut se rendre compte que les "catastrophes" météorologiques sont de plus en plus nombreuses": Ceci est le point de vue de quelqu'un qui s'intéresse au problème, aujourd'hui, avec un accès illimité aux médias du monde entier (qui eux aussi "traquent" avec délice ces catastrophes). Qu'est-ce-qui vous dit que ces phénomènes n'ont pas aussi eu lieu avant? Pour finir, je pense que l'homme peut évidemment faire plus attention à son comportement. Il y a eu de terribles catastrophes écologiques produites par l'homme. Il faut faire attention, améliorer nos technologies, développer des techniques qui peuvent limiter les émissions de CO2 (comme le nucléaire), etc..A lire, cet article:http://www.larecherchedubonheur.com/article-3081777.html Kévin

genfi 02/01/2007 12:55

Comme beaucoup de sujet, le réchauffement climatique fait naitre beaucoup de conclusions différentes. que ce réchauffement soit le fait de l'homme ou pas, la véritable question qu'il faut résoudre, c'est pourrons nous y survivre? C'est vrai que la terre a connue plusieurs époques différentes, et personne ne le conteste. toutefois, ce qui est mis en cause aujourd'hui c'est bien la vitesse à laquelle se phénomène se produit. tout est dans la mesure. aujourd'hui, il est assez facile d'estimer la quantité de CO2 que l'activité humaine rejette, il est également facile de calculer son impact sur l'effet de serre tant le phénomène physique est simple. C'est vrai que le CO2 n'est pas le seul responsable du réchauffement climatique, mais limiter les émissions de CO2 nous permettra de trouver une solution au problème.

Il ne faut pas oublier que les plus grands détracteurs (pas tous) du réchauffement climatique sont des gens qui sont financer par exxonmobil pour faire leurs recherches...

Dire qu'il y a déjà eu des tempêtes, des hivers sans neiges etc. ne suffit pas, il faut se rendre compte que les "catastrophes" météorologiques sont de plus en plus nombreuses. Et ça c'est un constat. Sans céder au catastrophisme, il est donc important de prendre le temps de réfléchir à tout cela plutôt que de balayer d'un revers de main en ce disant que nous n'y sommes pour rien. Il s'agit simplement de comprendre pour anticiper.