Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 07:59
Pieter Bruegel, Le misanthrope, 1568


Dans ce tableau, exposé au musée de Capodimonte à Naples, Bruegel nous amène à réfléchir sur notre façon d'appréhender la vie. Cette peinture met en scène un vieillard et un enfant. Regardons un peu mieux ce vieillard (le misanthrope): il est vêtu de noir, le regard caché par un capuchon. L'expression de sa bouche est amère, son visage est sec, fermé. L'enfant, joyeux, "rond", est en train de détrousser ce vieil homme.
Au bas du tableau, cette inscription: "Parce que le monde est si perfide / Pour cela je vais dans le deuil".
 

Le vieillard est le deuil. Il a choisi de se retirer du monde des vivants (que l'enfant représente ici). Il a choisi de ne plus appartenir à l'espèce humaine, agissante et créatrice. Il est aigri et en colère.
Mais comme toujours chez Bruegel, il faut s'attarder sur les détails. Que fait exactement l'enfant? Il vole la bourse du vieillard. Drôle de bourse! Regardons le détail ci-dessous:


Cette bourse rouge ne ressemble-t-elle pas à un coeur? Bruegel veut certainement nous dire qu'en se retirant du monde, le vieillard perd son coeur, son âme. Il fait le "triste deuil" de ce qui fait de lui un être humain. Bruegel veut aussi nous montrer que chez ce misanthrope, "où est l'argent, est le coeur".
Mais revenons un peu sur ce drôle d'enfant: il porte "autour" de lui un globe crucifère.  Il est le monde, vivant et agissant (ce qui le fait rire, d'ailleurs). Face au misanthrope, le monde gagne et la vie prend sa revanche.
On peut facilement imaginer que dans ces conditions, la vie du vieil homme ne sera guère facile. Regardons un  peu mieux le tableau :



Aïe! Des clous!



Des clous, des trous et un arbre mort, creux. Le vide, la chute, la douleur. Se retirer du monde est ici une expérience plutôt pénible, non?
Le contraste avec le paysage de campagne paisible (auquel le vieillard tourne le dos) est d'autant plus saisissant. On y voit un berger qui fait paître ses moutons, un moulin à vent, un feu au loin et quelques nuages. La Vie.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

June 31/01/2010 21:53


En effet c'est un approche très interessante, j'étudie Bruegel l'Ancien dans mes études d'histoire de l'art et ton interpretation m'en a appris encore un peu plus sur lui .
Félicitation très bon blog !


Kévin 04/02/2010 19:29


Merci


Kévin 24/12/2006 10:22

Merci et bon Noël à toutes et à tous!
Turner, c'est pour bientôt (BB)
Merci Dom pour ton extrait!
C'est les vacances, j'aurai un peu de mal à me connecter à internet tous les jours. Il y aura tout de même un article par jour!
A plus,
Kévin

BB 23/12/2006 21:23

Trés original comme approche et intéressant. Voici un peu de culture sur un mode très détendu et simple. Aurais tu idée d'un article sur une toile de JMW Turner ? Au plaisir de revenir flaner sur ton blog.

BB 23/12/2006 21:20

Trés original comme approche et intéressant. Voici un peu de culture sur un mode très détendu et simple. Aurais tu idée d'un article sur une toile de JMW Turner ? Au plaisir de revenir flaner sur ton blog.

kickoff 23/12/2006 20:07

Je te souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année, remplies de bonheurs et de joies et ponctuées du plaisir que tu nous donnes en écrivant quotidiennement sur ces pages.
Kickoff