Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 07:42
Marian Anderson, 1897-1993


Issue d’une famille pauvre et victime du racisme, Marian Anderson, née à Philadelphie en 1897, a combattu ces obstacles grâce à une véritable vocation et une personnalité très forte. De choeurs d’église en cours de musique et chant, elle a développé sa voix de contralto.

C’est en 1935 que sa carrière démarre véritablement, grâce au célèbre impressario Hurok, le soir du 30 décembre au Town Hall de New York où les spectateurs restent pétrifiés d'émotion devant tant de pureté. Concert au cours duquel on découvre sa voix extraordinaire dans un Lied de Robert Schuman, trois negro spirituals dont le célèbre "He’s got the whole world… " ainsi que l’Ave Maria de Franz Schubert. Ensuite, sa carrière l’emmenera sur les plus grandes scènes du monde.

Elle fut soutenue par Eléonore Roosevelt (la femme de Franklin Delano Roosevelt) lorsqu'on lui refusa de chanter au Constitution hall à cause de sa couleur de peau. Finalement, ses défenseurs organisèrent un légendaire concert au Lincoln Memorial devant 75 000 personnes (retransmis à la radio).

Marian Anderson au Lincoln Memorial

Marian Anderson a largement contribué a faire revivre les Negro spirituals (à ne pas confondre avec le gospel). J'écrirai prochainement un article plus long sur ces très beaux chants d'espoir et de liberté.

Pour commencer, en voici un, Nobody knows the trouble I see, chanté par Marian Anderson (version audio en bas).

Nobody knows de trouble I see
Nobody knows my sorrow;
nobody knows the trouble i 've seen,
Glory, halleluiah!

1- Sometimes i'm up, sometimes I'm down, oh, yes, Lord,
sometimes I'm almost to the ground, oh, yes, Lord.

2- Although you see me goin' long so, oh, yes, Lord;
I have my troubles here below, oh, yes, Lord.

( 3- One day when i was walking along,
the element opened, and His love come down...

4- I never shalla forget that day
when Jesus washed my sins away...)


"On dit que nous on chante mieux que les blancs. Eh bien, c'est peut-être qu'on aime le Bon Dieu un peu mieux et que ce qui est dans notre bouche est aussi dans notre coeur". Dinah cunningham,
ancienne esclave.


Cet objet nécessite un plugin pour être lu ou le fichier n'est pas accessible.
Vous pouvez tenter d'ouvrir directement le fichier par ce lien.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kévin 06/11/2008 21:56

Désolé, je ne connais pas de version française.

Yann Gaiddon 06/11/2008 20:00

Bonsoir et maerci pour cette découverte. Mon père me chantait une version française qui faisait : "Qui peut me dire les joies de mon coeur ?Qui peut me dire ma peine ? "Connaîtriez-vous , s'il vous plaît, l'interprète ?Merci d'avance 

kévin 02/10/2008 11:19

Merci!

hélène 27/09/2008 22:44

J aime le gospel et le negrospiritual beaucoup le confondent à tort et à raison, je dois chanter prochainement au temple et je ne sais quellle version choisir en tou s les cas merci pour m'avoir fait connaître cette voix et cette femme exceptionnelle.

azerty 15/06/2007 23:54

Magnifique ! Merci