Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 11:19

Jan Van Eyck (1390-1441). La Vierge dans une église, 1425.

Ce petit tableau (32X14cm!) est exposé a Berlin à la Gemäldegalerie. Pour voir l'image en haute définition, cliquez ici

N'hésitez pas à lire les commentaires de Dom!

La Vierge et l'enfant Jésus, dans une magnifique église gothique (anachronisme?). A gauche de Marie, la lumière entre et se diffuse dans tout l'édifice. C'est beau, tout simplement.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rémy 09/11/2006 21:57

Chouette...Encore un peintre à découvrir!Rémy

Dom 07/11/2006 21:41

La beauté tranquille des tableaux de Van Eyck émeut. Car même immobiles les personnges semblent vivre, la perspective aérienne du fond, la cadre qui coupe l'image donne l'impression de faire soi-même partie du tableau. C'est étonnant comme il arrive à rendre Marie à la fois divine et en même temps profondément humaine. On ne dirait pas une femme liée à la religion mais une mère, magnifique, qui tient avec douceur son fils dans ses bras. Ses cheveux ressemblent aux femmes de Bottichelli, une même beauté s'en dégage.Il me semble avoir lu que Van Eyck a cherché à désacraliser la peinture religieuse en donnant à ses personnages un caractère profondément humain et en les plaçant dans des fonds proches de réalité en travaillant sur la perspective.Ce que j'aime aussi dans ce peintre c'est la partie de mystère qui entoure sa vie et ses tableaux, les petites énigmes sous forme d'insciptions disséminées qui font couler de l'encre. De quoi satisfaire mon léger goût pour le romanesque, il est vrai.... En tous cas j'ai pris plaisir à découvrir l'Enfant de Bruges de Sinouhé qui prend comme personnage principal ce peintre mystérieux, prolifique et inventif. Mon détail préféré (je ne fais pas dans l'original) : le miroir au centre du tableau des époux Arnolfini, dans lequel il s'est probablement représenté.http://www.uh.edu/engines/arndetl.jpget un site des miroirs dans la peinture (parce que j'ai évidemment fait le parallèle avec Escher).http://www.snof.org/art/miroirconvex3.html

kévin 08/11/2006 08:37

Merci Dom pour ce bon commentaire.C'est vrai que Marie est à la fois divine et humaine dans ce tableau. C'est ce qui m'a frappé en voyant pour la première fois (à Berlin!) ce tableau. Elle est mère et Sainte à la fois. Même Jesus ressemble à un bébé "normal" (pas d'artifices ni d'exagérations...)."Il me semble avoir lu que Van Eyck a cherché à désacraliser la peinture religieuse en donnant à ses personnages un caractère profondément humain et en les plaçant dans des fonds proches de réalité en travaillant sur la perspective": c'est très juste. Van Eyck veut rendre son message accessible et  "parler" directement à l'intelligence et au coeur des gens. Les cathédrales ont été construites pour la même raison: éduquer la population, la tirer vers le haut, l'instruire en lui montrant ce que l'esprit humain peut construire de sublime. Ici, la foi n'écrase pas l'individu, elle l'élève et l'instruit.A bientôt,Kévin