Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 08:33
Robert Burns (1759-1796), né à Alloway, en Ecosse, était le fils d'un métayer. C'était un artiste accompli, à la fois poète, parolier et collectionneur de chants écossais traditionnels. Son ceuvre devint populaire auprès de l'élite littéraire d'Édimbourg malgré ses attaques souvent satiriques contre l'establishment. Bien qu'il soit considéré comme le poète national de l'Écosse, ses ceuvres évoquent tellement de thèmes qui constituent l'essence de la condition humaine que sa réputation a inévitablement traversé les frontières. La «nuit de Burns», qui marque l'anniversaire de sa naissance, est ainsi célébrée aux quatre coins du monde tous les ans, en janvier.
Autre poème ici

En dépit de ça

Est-il un homme pauvre, un homme honnête,
Qui, honteux, se cache, et tout ça?
Ce peureux, cet esclave, on ne le connaît pas,
Nous, on ose être pauvre, et tout ça!
Et tout ça, et tout ça;
Le rang n'est que le moule à pièce,
Mais l'or, c'est l'homme, malgré ça.

Peu importe qu'on mange maigre,
Qu'on porte du lin gris, et tout ça;
Donnez donc leur vin aux bandits, et aux idiots leur soie,
Un homme est un homme, malgré ça,
Malgré ça, malgré ça,
Malgré leur faire croire, et tout ça;
L'honnête homme, aussi pauvre qu'il soit,
Est le Roi des hommes, malgré ça.

Voyez ce jeune coq, qu'on appelle un Lord,
Insolent, m'as-tu-vu, et tout ça.
Deux cents faquins sont pendus à ses paroles,
Ce n'est qu'un bouffon malgré ça,
Malgré ça, malgré ça,
Ses rubans, ses étoiles et tout ça,
L'homme à l'esprit indépendant
S'en moque et se rit de tout ça.

Un prince peut faire un seigneur à écharpe,
Un marquis, un duc, et tout ça;
Mais faire un honnête homme est au-dessus de ça,
Il faut la bonne foi, pour ça,
Pour ça, pour ça;
Leurs titres, leurs récompenses, et tout ça,
Le bon sens, l'orgueil de son état,
Sont d'un meilleur rang que tout ça.

Alors prions pour qu'enfin arrive,
Comme il arrivera, malgré tout ça,
Le moment où bon sens et valeur, sur terre,
Emporterons tout et tout ça,
Car malgré tout ça et tout ça,
Le moment arrive, malgré tout ça,
Où l'homme pour l'homme, sur toute la terre,
Sera un frère, en dépit de tout ça.



A Man's A Man For A' That

    Is there for honest poverty
    That hings his head, an a' that?
    The coward slave, we pass him by -
    We dare be poor for a that!
    For a' that, an a' that!
    Our toils obscure, an a' that,
    The rank is but the guinea's stamp,
    The man's the gowd for a' that.

    What though on hamely fare we dine,
    Wear hodden grey, an a' that?
    Gie fools their silks, and knaves their wine -
    A man's a man for a' that.
    For a' that, an a' that,
    Their tinsel show, an a' that,
    The honest man, tho e'er sae poor,
    Is king o men for a' that.

    Ye see yon birkie ca'd a lord,
    Wha struts, an stares, an a' that?
    Tho hundreds worship at his word,
    He's but a cuif for a' that.
    For a' that, an a' that,
    His ribband, star, an a' that,
    The man o independent mind,
    He looks an laughs at a' that.

    A prince can mak a belted knight,
    A marquis, duke, an a' that!
    But an honest man's aboon his might -
    Guid faith, he mauna fa' that!
    For a' that, an a' that,
    Their dignities, an a' that,
    The pith o sense an pride o worth,
    Are higher rank than a' that.

    Then let us pray that come it may
    (As come it will for a' that),
    That Sense and Worth o'er a' the earth,
    Shall bear the gree an a' that.
    For a' that, an a' that,
    It's coming yet for a' that,
    That man to man, the world, o'er
    Shall brithers be for a' that.

Partager cet article

Repost 0
Published by kévin - dans Poésies
commenter cet article

commentaires

kévin 14/09/2006 22:47

Des soupers-poésie-whisky, quelle bonne idée!Quelle belle façon de réconcilier le ventre et l'esprit! Notre ami Rabelais confirme: "L'appétit vient en mangeant et la soif s'en va en buvant"  .

Dom 14/09/2006 22:28

Alors moi je suis partante pour un "souper Burns" du 25 janvier.Au programme :- un souper avec chants écossais et poèmes récités et on vote ensuite pour le meilleur poème du soir.- Les 3 whiskys :

1 pour le maître de cérémonie qui tient le haggis à bout de bras afin que tous le voient de loin,
1 pour l'orateur, 
et 1 pour le joueur de cornemuse.

- Un toast "classe" en l'honneur des damesCela me plaît bien, un vrai cercle des poètes disparus !!!Cueille dès maintenant les fleurs de la vie car la mort est si pressée que le frêle bouton qui s'ouvre aujourd'hui aura bientôt trépassé. Walt WhitmanJe crois que je vais instaurer cela (et pourquoi pas en classe ? Le goûter poétique et musical ? Bon pour la cornemuse il faudra improviser...Je n'ai pas cela dans les placards !)http://www.euro-info-tourisme.com/ecosse/le.ceremonial.du.haggis.html