Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 10:45
Un autre extrait du grand Jaurès, tiré du texte "La question religieuse et le socialisme" (1891). Il y a aussi chez Jaurès un substrat religieux, peu connu, souvent caché. Ici, il prend de la hauteur, parvient généreusement à nous toucher et à "créer la raison, la douceur, l'amour". Sa pensée, même lorsqu'il aborde des sujets métaphysiques, n'est jamais séparée de l'action et de l'engagement. C'est ce qui fait sa force.


(...) La science vraie consistera non plus seulement à démêler les rapports extérieurs des êtres et des formes, et à les formuler progressivement en équations algébriques, mais à démêler peu à peu, par la puissance de sympathie de notre âme agrandie, les secrètes aspirations de tous les êtres et de toutes les forces vers l'unité, l'harmonie, la liberté, la vie, la conscience. C'est là déjà ce que la poésie a tenté par de merveilleuses et profondes intuitions. Mais lorsque l'humanité sera tout entière justice, pensée et vie, les puissances de pénétration et de sympathie de la connaissance humaine seront multipliées, et l'humanité illuminant de l'éclair de son âme toutes les formules mathématiques où seront entrés peu à peu les forces et les faits, fera entrer peu à peu la nature même dans son âme. Et là encore elle sera puissance. Enfin, et si l'on me permet de toucher comme en passant à ces hauts mystères, l'esprit de l'homme a toujours pressenti qu'il y avait une étroite corrélation entre l'ordre de la conscience et l'ordre de la nature. C'est là ce qu'ont formulé les religions primitives quand elles ont vu dans la mort naturelle une suite de la mort morale, c'est-à-dire du péché.
 

Et lorsque l'humanité tout entière croit au triomphe définitif de la justice, dit-elle autre chose, sinon que la réalité se prêtera aux exigences de l'idéal ou,  pour employer les paroles de Leibniz, que l'ordre de la nature coïncide avec l'ordre de la grâce. Dès lors, pour l'humanité, supprimer l'égoïsme et la haine qui sont les principes de la mort morale, c'est certainement, en un sens mystérieux encore et que nous n'essaierons point ici de pénétrer, préparer la défaite de la mort dans l'ordre de la nature. Cela seul  peut mourir qui porte en soi-même les principes de la mort, et lorsque la personne humaine a, par son adhésion ferme  à la justice, par son union étroite avec les autres personnes et avec la nature elle-même, éliminé les principes de divisions, c'est-à-dire de mort, qui sont en elle, il est impossible qu'elle disparaisse toute entière et qu'elle ne soit pas protégée contre le néant par l'infini même où elle a établi sa vie. Par là encore et au plus haut degré, l'humanité serait une puissance au sens même où le Christ l'était. Il n'y a donc qu'un moyen à l'heure où nous sommes de sauver l'esprit de la vie qui était dans le christianisme, c'est d'arracher l'humanité à ces injustices extérieures de l'ordre social, qui paralysent le développement de la vie intérieure, de la vie de la pensée et de sympathie, c'est de réaliser la justice dans l'ordre social pour préparer l'union quotidienne et la pénétration familière des âmes dans l'ordre mystique (...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires