Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 09:40
Le pédagogue et philosophe allemand Johann Friedrich Herbart, né le 4 mai 1776 et mort le 14 août 1841 a été l'un des fondateurs de la pédagogie scientifique moderne. Il enseigna aux universités de Göttingen (1802-1809, 1833-41) et de Koenigsberg(1809-33) et fut l'auteur de nombreuses oeuvres de pédagogie, de psychologie et de philosophie, qui exercèrent une influence primordiale sur la théorie et la pratique de l'éducation en Europe et aux États-Unis. Herbart considérait que la tâche essentielle du professeur consistait à trouver les intérêts déjà existants de l'élève et à mettre ceux-ci en rapport avec l'immense savoir de l'humanité pour aider l'élève à devenir partie intégrante de la vie civilisée.
D'autres articles sur Herbart seront
régulièrement mis en ligne. (Merci à Jean-Gabriel pour son attachement à faire revivre les idées de ces grands penseurs oubliés).

Voici un petit extrait des "Principales Oeuvres Pédagogiques" :

"Pour nous, l'étude d'Homère et des anciens poètes tragiques ne saurait être trop recommandée, car, loin d'être nuisibles, ils peuvent au contraire servir à nous former, parce que nous avons déjà été instruits auparavant dans une religion pure, et que la mythologie nous apparaît sous un jour tout différent ; mais, chez tout penseur de l'antiquité, on sent et on remarque une aspiration de la Providence. Le destin est l'objet de leurs maledictions. Si nos poètes modernes pouvaient à la fois avoir l'imagination des grecs et ne plus se croire obligé de reproduire l'idée de fatalité! Il n'a manqué à Platon que d'achever ce qu'il avait commencé: mais il a traité l'idée de la Providence  avec plus d'art et d'éclat que les modernes! Platon fut sans doute aussi grand poète que philosophe, mais à l'époque où son cercle d'idées s'etait développé, il jugea indigne de lui composer des oeuvres poétiques."

Partager cet article

Repost 0

commentaires