Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 16:46
Poutine a réaffirmé le mercredi 10 mai sa volonté de faire de la Russie un pays "fort", capable de  réacquérir une place importante sur la scène internationale. Pourtant, lors de son adresse annuelle à la nation, peu de médias français ont mentionné les références du président à Franklin Roosevelt, père du new-deal et grand opposant à la piraterie financière. Il est en effet plus facile et vendeur de mentionner les allusions anti-Bush de Poutine, que de souligner la volonté russe de reprendre le contrôle d'une économie nationale menacée par une mondialisation financière prédatrice.
Ces mots, vous les avez lus dans tous les médias : "Le camarade Loup mange et n'écoute personne et n'a aucune intention d'écouter qui que ce soit. Où disparaît tout le pathos sur la défense des droits de l'homme, la démocratie, lorsqu'il s'agit de défendre ses propres intérêts ?". Poutine fait ici référence à la politique de l'administration Bush-Cheney.
Par contre, voici les mots du président lorsqu'il évoque l'après "chute du mur de Berlin", quand les requins de la finance internationale ont tenté (et réussi en partie) de piller une Russie fragile et exsangue :

 

" Certains membres de ces groupes ont recherché leur enrichissement personnel d’une façon que nous n’avons jamais vue dans l’histoire de notre pays, aux dépens de la majorité de nos citoyens et au mépris de la loi et des normes de la moralité. "Dans l’élaboration d’un grand programme national qui recherche le bien pour le plus grand nombre, il est vrai qu’on marche sur les pieds de certaines personnes, et il en sera ainsi. Mais ces pieds appartiennent à une poignée de gens qui cherchent à retenir ou à gagner des positions ou des richesses, ou les deux, par des voies raccourcies qui portent atteinte au bien général." Ce sont des paroles admirables et il est dommage que ce ne soit pas moi qui y aie pensé. C’était Franklin Roosevelt, le président des Etats-Unis en 1934. Ces paroles ont été prononcées au moment où le pays sortait de la grande dépression. De nombreux pays se sont trouvés confrontés à des problèmes similaires, comme nous aujourd’hui, et beaucoup ont trouvé des moyens dignes de les surmonter."
La suite logique pour Poutine est donc de reprendre le contrôle de l'économie et d'orienter les crédits vers l'économie réelle :
" Nous devons prendre de sérieuses mesures pour encourager l’investissement dans la production de l’infrastructure et dans le développement innovateur, tout en maintenant la stabilité financière que nous avons instaurée. La Russie doit réaliser tout son potentiel dans les secteurs de pointe comme l’énergie, les transports et communications et l’aérospatial. (...) Nous devons prendre des mesures pour le développement de l’énergie nucléaire, un secteur nucléaire basé sur des réacteurs sûrs de la nouvelle génération. Nous devons consolider la position de la Russie sur les marchés mondiaux dans la technologie et l’équipement nucléaires et mettre pleinement à contribution notre savoir, notre expérience. (...) Nous devons, bien sûr, concentrer également nos efforts sur de nouvelles directions prometteuses pour l’énergie : l’hydrogène et l’énergie thermonucléaire. "
C'est un discours encourageant qui montre qu'une bataille est menée pour revenir aux conceptions rooseveltiennes d'une économie régulée, ou l'argent ne profite pas qu'à une élite féodale, mais où le principe de l'intérêt général prédomine. L'ironie, c'est de voir l'administration Bush sombrer sur son Titanic, incapable de puiser aux sources du vrai système américain d'économie politique, celui de Alexander Hamilton, des frères Carey, de Lincoln et de Franklin Roosevelt.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Baba Yaga 02/12/2012 18:01


Bonjour monsieur Mahéo, ce que je viens de lire me troue le c...l ! Et le pire c'est que c'est vrai, mais du coup je vous averti que vous risquez d'être traité de l'ami des dictateurs de ce monde
soit ceux qui n'ont pas voulu suivre les Usa et l'UE pour les grands plans économiques à venir. Je viens de lire la plupart de vos documents et je peux vous dire que vous avez JUSTE partout.
Excellent et je rajoute hélas oui pour le fait que les financiers, monopolistes, et autres spéculateurs sont les vrais responsables de l'Etat du monde ou des restes du monde. Oui on accuse les
peuples les plus pauvres de trop faire d'enfants juste parce qu'une classe privée et très riche ne veux pas partager les richesses. Marx était contre Malthus il me semble bien et le fait qu'on
est allé chercher Malthus cet ami de la haute société londonienne, pour servir les intérêts capitalistes, et spéculatifs, et le dénommé "manso" avec son ONG demographie-responsable.org est en
train d'aider à dépeupler l"Afrique sous le couvert humanitaire d'aide a réguler la natalité, les soins ou la santé, mais ne parle jamais de redistributions équitables des richesses ! La richesse
cette chose dont tout le monde ne doit pas y avoir droit car les vies des uns sont plus égales que celles des autres" un comble. Le continent qui pollue le moins, mange le moins et ne fait pas de
déchets, et coupable d'exister. Par contre les cies pétrolières, matières premières exploitent la terre, polluent sans vergogne, tuant la population totalement démunie. Areva est coupable de
pollution grave au Niger, Tchad, et le projet solaire géant payé par l'UE DESERTEC est considéré par les africains comme un néo-colonialisme solaire à leur détriment. Aqmi est heureusement là
pour permettre à l'USMarines de mater les rebellions nombreuses des bédouins qui tentent de garder leurs terres et leur mode de vie. Les écologistes ne vont pas là-bas pour dénoncer
l'impérialisme guerrier, qui tente de faire main-basse sur toutes les matières premières soleil y compris, ils sont dans leurs bureaux au Parlement Européens pour la plupart une minorité faisant
un peu d'activisme comme josé bové qui fait parfois du "fauchage volontaire" mais c'est pour entretenir le mythe des sauveur écolo. Fabrice Nicollino a écrit un livre sur Greepeace et ses
dérives, ayant été une fois président de l'association écologiste. Vous devriez vous faire connaitre bien plus, car nous avons besoin de toutes les bonnes volontés et lanceurs d'alerte afin de
purifier la planète (sic !) des économistes, financiers, spéculateurs, politiciens, mafieux ou oligarques qui eux n'iront jamais postuler à la VEHMT afin d'éteindre leur  descendance ou la
Church of Euthanasie crée par le Prince Philipp afin que chaque personne décide de se supprimer afin de soulager Gaia de leurs poids. Connaissez vous cettes société secrète ou vous vous engagez à
abréger votre vie ? Je fais de la pub pour votre site car je le trouve très pédagogique et explique les ramifications et collusions entre ceux qui défendent la Nature contre l'Humanité. Militante
syndicale je suis très touchée par votre travail qui va très bien avec le notre : l'intérêt des gens contre l'oligarchie et les plus riches qui volent le travail du plus grand nombre. Bien à vous
!

Jean-Gabriel Mahéo 05/12/2012 13:17



Chère Baba Yaga,


 


Merci pour ces compliments et ces remarques énergiques !


 


Effectivement, aujourd'hui, la cible, c'est le pauvre, sans discrimination ! Et l'oligarchie sait assez bien que pour tuer le pauvre, il faut d'abord le rendre fou et ignorant, afin qu'il ne
remette jamais en cause le "droit divin" de l'oligarchie et qu'il accepte bientôt de mourir volontairement, soit à la guerre, soit d'une autre manière, enfin qu'il devienne le pire ennemi de
lui-même.


 


En ce qui concerne vos points de vue sur Marx et Malthus, je vous recommande de vous plonger dans la lecture des "Principes de la Science Sociale" de Henry C. Carey ,
contemporain d'A. Lincoln et de Friedrich List, et ennemi des théories de Malthus (voir Chap. 3, §5), de Ricardo et par
conséquent de Marx (qui fait semblant d'attaquer Malthus tout en intégrant ses axiomes dans son "Capital", sous le nom d'"usure tendancielle du taux de profit").


 


Je vous remarcie de faire connaître ce site, que j'ai un peu honte de laisser vivoter tout seul depuis quelque temps, et je reste à votre entière disposition.


 


Bien amicalement,


Jean-Gabriel Mahéo