Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 13:55
   Si ça continue, ce sont de drôles de décorations que l'on verra pendues aux lampadaires de Paris au printemps prochain...

   Les banquiers internationaux sont pourtant des gens rusés. Pervers, malhonnêtes, mais rusés.
   Mais ils semble que les conséquences de la crise financière internationale aient porté atteinte à leurs capacités intellectuelles : outre ce que rapporte Paul Jorion sur son site, les voici faisant étalage de suffisance et d'arrogance devant les représentants du parlement français, alors que leurs établissements dépendent pour leur survie immédiate des injections journalières de liquidités des nième plans de sauvetages des gouvernements et des banques centrales.
   Sans ces fonds pourtant, les banques de ces messieurs auraient disparu depuis un moment déjà, leurs véritables comptes présentant des déficits abyssaux pour cause d'alchimie dérivative délirante.
   Il est vrai que dans les chaudrons de sorcières de l'empire britannique que l'on nomme les "paradis fiscaux", ils ont accès à d'autres sources de liquidités : le trafic international de drogue par exemple représente, selon certains, plus de 1000 milliards de dollars par an, et toutes les grandes banques ont des officines sur les îles britanniques, où contre (grosse) rémunération ils offrent des certificats de propreté à l'argent des grands seigneurs internationaux de la drogue. Voyez le cas de George Soros, par exemple.


   Petite rétrospective depuis le G20 du 20 novembre 2008 :

- Le concept de Nouveau Bretton Woods et de réforme du système monétaire international n'est plus à l'ordre du jour, et a disparu de la presse.

- Les chefs d'état se sont vu expliquer fermement que leur travail est de maîtriser leur peuple et de ne pas gêner les manoeuvres de l'empire financier britannique, sinon...

- Conséquemment, le petit Nicolas, homme du peuple avant le 20 novembre, ne pipe plus mot, ne se déplace plus que comme un homme menacé, et laisse le premier trou-du-cul (le Fillon) continuer le démantèlement du préambule de la constitution de 1948 et de l'héritage du Conseil National de la Résistance. Car que sont les 1000 propositions de relance, sinon le moyen de rendre illisible la privatisation et le pillage du pays ?

- Les banques centrales, sous contrôle de fait de l'empire, se sont lancées dans une politique "weimarienne" ou "zimbabwéenne" d'émission monétaire. Le choléra se transmet manifestement aussi aux banques centrales, qui souffrent aujourd'hui de coliques monétaires incontrôlées.

- Les titres de dettes "complexes", qui ne valent pourtant plus rien (zéro, ni plus ni moins), sont automatiquement rachetés par les banques centrales et par les gouvernements.

- Les réseaux internationaux de trafic d'opium, d'héroïne, de cocaïne, de marijuana et de hashish ont la bride sur le cou, et sont au centre de guerres de basse intensité dans différentes régions du monde, dont en particulier la région autour de l'Afghanistan et son "hub" international du trafic de drogue, la vallée de la Ferghana, La région européenne albanie-kosovo (véritable furoncle mafieux), l'Amérique centrale avec le conflit mexicain (par exemple), l'Amérique du Sud avec son pôle paraguayen et la guérilla urbaine dans les grandes métropoles brésiliennes, l'axe Equateur-Colombie-Venezuela où les frontières forestières favorisent la mobilité des armées privées de l'empire, et j'en passe.
   Quant au producteur de haschish officiel de la république française, le Maroc, le trafic est tellement institutionnalisé qu'on ne voit plus de différence entre les officiels et les trafiquants, sans parler des honorables correspondants français.

- Le génocide biologico-économico-militaire des populations sub-sahariennes accélère. Si vous voulez voir les Quatres Cavaliers de l'Apocalypse en action, visitez n'importe quel pays sub-saharien. Les épidémies sont partout, se régalent et prennent des forces en regardant avec convoitise les contrées développées du Nord; les systèmes gouvernementaux sont tous en faillite (exception faite de l'Afrique du Sud), le génocide du protocole de Kyoto est lancé, les économies physiques nationales se sont désintégrées et sont pillées, et les guerres de basse intensité sont partout, appuyées sur l'infrastructure des "Réserves naturelles" du WWF du Prince Philip d'Angleterre et des ONG internationales.
   Entre l'interdiction du DDT, le SIDA, l'apartheid technologique, les conflits de basse intensité pour le contrôle des ressources minérales financés par des puissances occidentales, les gouvernements fantoches et assassins, les conditionalités infâmes et criminelles du FMI et de la Banque Mondiale, les problèmes graves sanitaires et d'approvisionnements alimentaires, que reste-t-il à l'africain, sinon l'espoir ?

- les grandes structures industrielles des pays développés sont en cours de désintégration, à commencer par les réseaux de sous-traitance nationaux et internationaux. Dans l'automobile, on parle d'une fenêtre de survie de six mois maximum, après laquelle les réseaux industriels seront détruits.

- La sécurité alimentaire des populations "occidentales" n'est plus garantie, sans parler des autres. En Angleterre par exemple, le pourcentage annuel de produits alimentaires importés dépasse les 60%, alors que les systèmes maritimes de transports mondiaux sont à l'arrêt.
Etc, etc, etc.

Bienvenu au Moyen Âge !

    Pour résumer, nous voici tous sujets de la reine d'Angleterre, par défaut de souveraineté nationale, par défaut d'homme de caractère, par défaut de peuple généreux.
   Car la faute à qui, quand des banquiers peuvent venir impunément se moquer du peuple devant ses représentants ?

   Je vous laisse lire l'article à l'origine de ce mouvement d'humeur, écrit par le journaliste Nicolas Cori de Libération, et intitulé :



Les banquiers ne manquent pas d'air. Et les députés ont perdu leur combativité. C'est le sentiment qui ressort de l'audition à l'Assemblée nationale, hier en fin d'après midi, des six dirigeants de banque qui ont reçu de l'aide du gouvernement (un plan de 360 milliards d'euros, faut-il le rappeler). Convoqués la semaine dernière par Didier Migaud, le président socialiste de la commission, ils ont répondu présent avec une rapidité étonnante. Mais ce n'était pas l'occasion pour eux de se remettre en cause. La plupart ont affirmé avec un aplomb qui ne finit pas de m'étonner à quel point ils étaient de bons professionnels qui gagnaient plein d'argent, et qu'ils allaient donc le redistribuer à leurs actionnaires, mais qu'il était tout aussi normal que l'Etat leur en donne plein, de l'argent, sans trop chercher à contrôler leurs pratiques.

Les six banquiers sont (de gauche à droite sur la photo): Frédéric Oudéa, directeur général de la Société générale, Etienne Pflimlin, Président du Crédit Mutuel, Baudoin Prot, directeur général de BNP Paribas, Philippe Dupont, PDG des Banques populaires, Bernard Comolet, PDG des Caisses d'Epargne, et Georges Pauget, directeur général du Crédit agricole.

Au départ, cela commence bien avec l'introduction de Didier Migaud. Il évoque la somme de 300 milliards d'euros, et indique que "ces sommes sont considérables", qu'il y a "l’existence d’un risque d’appel en garantie pour l’État", que "la charge des emprunts" pèse "sur la dette publique". Et il poursuit:

    "Au-delà de ces considérations «budgétaires» – qui sont tout à fait essentielles –, je crois nécessaire d’insister sur les interrogations, voire l’incompréhension que ce plan suscite chez beaucoup de nos concitoyens. Particuliers et entreprises n'en perçoivent toujours pas les effets sur les conditions de crédit. Chacun ici, quelle que soit sa sensibilité politique, a pu le constater dans sa circonscription.

    L’impression peut dominer que l’on récompense indûment la gestion désastreuse de certains groupes bancaires, en particulier les errements des activités de financement et d'investissement adossées à vos groupes. Sans être à l’origine de la crise, les banques françaises ont participé, dans leur activité d’investissement, à la recherche d’un profit très élevé à court terme ; pour cela, elles ont cautionné un système et un volume de rémunération en faveur des traders qui laisse sans voix le commun des mortels. Elles ont investi dans des produits sans bien en comprendre le risque et qui se sont révélés toxiques. Elles ont donc bien, pour nos concitoyens, une part de responsabilité.

    Enfin, ce plan interroge parce qu'il semble accorder un soutien sans condition, ou à des conditions bien légères, qu’il s’agisse de la production de crédit, de la rémunération des dirigeants, de la distribution de dividendes. Et je rappelle que, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, l’État n’entre pas au capital des banques aidées, ce qui, vous le savez, ne fait pas l’unanimité."

Et de terminer son introduction par deux questions -à mon avis- essentielles dans le débat actuel:

    "Allez-vous proposer une distribution de dividendes ou des rachats d’actions au titre de l’exercice 2008 ? Si oui, dans quelles proportions?"

    Le Gouvernement vous a-t-il fixé, parmi les contreparties à l’aide de l’Etat, des conditions particulières concernant vos activités dans les paradis fiscaux?"


Un à un, les banquiers prennent la parole. Ils parlent du plan d'aide qui est parfait, de la progression de leurs encours de crédit qui est très importante (on reviendra sur les chiffres avancés), de leur solidité financière. Et la plupart évoquent la question des dividendes. Chacun le fait avec son style.

Pour Pauget, c'est le silence radio. Il n'en parle pas. Pour les patrons de banques mutualistes, on se retranche derrière le fait qu'il n'y pas d'actionnaires mais des "sociétaires". "Le Crédit Mutuel est une banque coopérative", affirme Pflimlin. "La question des dividendes ne se pose pas pour nous".

Enfin, c'est un peu plus compliqué que cela. Il y a bien de l'argent qui est redistribué aux propriétaires de ces établissements. Comolet reconnaît que deux tiers des résultats de l'ensemble du groupe seront destinés à "renforcer les fonds propres", un tiers sera redistribué. Dupont explique que les "sociétaires reçoivent 15% des résultats du groupe".

Mais la vraie interrogation concerne BNP Paribas et Société générale, qui ont réalisé, pour l'une, 3 milliards d'euros de bénéfices, pour l'autre, 2 milliards. Et là, Oudéa et Prot ne se démontent pas. "La question sera réglée par le conseil d'administration, le 17 février, avance Oudéa. Je peux seulement dire que la majorité viendra renforcer nos fonds propres." Et d'ajouter: "les actionnaires sont des fonds de pension, mais aussi des actionnaires individuels qui ont eu à souffrir de la baisse des cours. Il nous paraît raisonnable de leur offrir un dividende, même si nous donnerons la priorité au renforcement des fonds propres".

Pour Prot, les distributions de dividendes "prendront en compte les caractéristiques de ces plans de soutien pour distribuer des dividendes", mais il "faut en distribuer" car "il est essentiel que les banques continuent à bénéficier de la confiance des actionnaires privés" étant donné que le "système d'aide de l'Etat doit être transitoire".

En clair, les deux banquiers annoncent qu'ils vont grosso modo continuer à distribuer, en proportion, les mêmes sommes que précédemment.

Quant à la question des paradis fiscaux (qui est considérée par  Sarkozy comme importante, puisqu'il n'arrête pas de déclarer qu'il faut "oeuvrer pour éliminer les zones d'ombre qui compromettent nos efforts de coordination, en l'occurrence les centres off-shore"), ils n'en parlent même pas. Et cela pose-t-il un problème aux députés qui prennent la parole ensuite pour poser des questions? A ceux de droite, du moins, pas du tout.

Gilles Carrez (UMP), rapporteur de la Commission, réussit à caser, dans sa question, une remarque louant le plan gouvernemental. "Le dispositif tourne. Il permet aux banques de fonctionner sur le mode de leur mécanisme habituel." Michel Bouvard (UMP), qui préside la commission de surveillance de la Caisse des dépôts (CDC), se perd dans des considérations sur Oseo, la banque publique qui finance l'activité, en coopération avec la CDC. Nicolas Perruchot (UMP) se pose des questions totalement hors sujet sur les publicités que les banques ont fait paraître dans la presse à la fin 2008. "Nous ne sommes pas des spécialistes, déclare-t-il. Il y a un sentiment partagé. Il est utile que vous puissiez vous expliquer de manière pédagogique sur le sujet".

Heureusement, il y a Jérôme Cahuzac. Enfin... Le député socialiste du Lot-et-Garonne n'est pas dans une grande forme (il y a des jours, comme face à Tapie, où il peut attaquer les auditionnés avec une grande violence), mais, sans hausser le ton, il pose quand même de bonnes questions. Sur les dividendes: "Si je suis votre propos, il faut verser un dividende car les actionnaires ont souffert. Mais cela ne concerne pas ceux qui ont vendu (ils ne sont plus actionnaires). Ni ceux qui restent. Ils ne souffrent pas encore, leur perte est encore latente." Et: "Vous dites que la majorité des résultats sera affectée aux fonds propres, mais c'est toujours le cas. D'habitude, le taux versement tourne de 40 à 50%. Il n'y aurait donc pas grand changement". Une remarque qui ne sera pas démentie par les banquiers.

Et sur les paradis fiscaux, Cahuzacl se contente de reposer la question de Migaud, et d'ajouter, ironiquement: "Est-ce le côté paradis ou le côté fiscal qui fait que vous n'en avez pas parlé?".

Cette fois-ci, les banquiers ne se dérobent pas. Prot indique ainsi: "Quand à la question des paradis fiscaux, elle n'a jamais été abordée par les pouvoirs publics", en échange du plan d'aide. Et de justifier la présence de BNP Paribas dans ces centres offshores: "Nous  n'avons aucune activité dans des pays qui sont sur la liste noire du GAFI. Nous sommes dans des pays qui appliquent les dispositions en matière de blanchiment. De plus, BNP Paribas applique les règles éthiques qui sont les dispositions françaises. Nous sommes conformes aux obligations. Et il n'y a aucune incompatibilité entre les activités que nous menons et la présence dans les paradis fiscaux".

Pauget ajoute même: "Nous appliquons la liste du GAFI. C'est aux pouvoirs publics de nous faire des demandes et d'étendre la liste du GAFI. Ce n'est pas de la responsabilité des banques".

Pour ceux qui connaissent la question, les banquiers se foutent de la gueule du monde. Le GAFI (pour Groupe d'Action financière), est un organisme intergouvernemental qui ne lutte pas spécifiquement contre l'évasion fiscale et la possibilité pour les entreprises de cacher leurs opérations (deux caractéristiques qui ont contribué à la crise financière actuelle). Le GAFI a deux objectifs: la lutte contre le blanchiment de capitaux et la lutte contre le financement du terrorisme. Et, surtout, depuis 2006, la liste noire du GAFI est... vide.

Il existe d'autres organismes internationaux qui ont produit d'autres listes noires. Ainsi, l'OCDE continue à mettre à l'index trois pays "qui n'ont pas encore pris d'engagement en matière de transparence et d'échange effectif de renseignement". Il s'agît d'Andorre, de Monaco, et du Liechtenstein. Et, d'après vous, y trouve-t-on des banques françaises?

La réponse se trouve ici, et , ou aussi ...

Mais, bon, aucun député n'a relevé.

Finalement, les banquiers ont bien fait de se déplacer. Que ce soit sur la question des dividendes ou des paradis fiscaux, ils ont constaté que la représentation nationale était aussi coulante que le gouvernement.

Nicolas Cori
(photo: Reuters)

   A défaut de jeter toutes ces crapules en prison, il est plus que temps de leur mettre la bride au cou et de tenir ferment les rênes, en réquisitionnant les banques et en les mettant en redressement judiciaire, afin d'y faire le tri entre titres toxiques et dettes productives et de redémarrer l'économie physique, comme c'est proposé ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kévin 05/02/2009 07:34

C'est sûr, c'est dans les périodes de crises qu'ont lieu les grands changements. La question, c'est jusqu'où va t'on tomber?

Jean-Gabriel 05/02/2009 03:26

Toute cette merde ne peut annoncer qu'un monde meilleur, n'est-ce pas ? Selon Leibniz, ces grands maux ne sont permis que pour préparer l'avènement d'un bien encore plus grand.

Kévin 04/02/2009 21:42

"Le choléra se transmet manifestement aussi aux banques centrales, qui souffrent aujourd'hui de coliques monétaires incontrôlées"  Bien dit!Bon article, clair, vif et qui va à l'essentiel.Conclusion, on est dans la merde, non?