Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:25

   Les grands argentiers de la planète ont obtenu de leurs féaux politiques, vendredi dernier le 10 octobre et durant le week-end, des moyens illimités pour tenter de renflouer le système financier international, et en particulier pour tenter de débloquer le marché de crédit interbancaire alors complètement éteint.

   Le total des interventions internationales avoisina les 3000 milliards de dollars, paraît-il.

   On espérait, semble-t-il, que cette intervention serait capable par son ampleur gigantesque de réanimer le cadavre financier déjà saisi par la rigor mortis, et dont la putréfaction (les produits dérivés) ravageait un par un les organes internes de ce qui était il y a peu encore la merveilleuse machine à produire de la richesse, tant vantée par les parasites qui s'en alimentaient.

   Mais ces 3000 milliards ont eu le même effet sur le système que la décharge électrique que j'infligeais à la cuisse de la grenouille épinglée sur la paillasse de mon cours de biologie, au lycée : un soubresaut remarquablement violent, ressemblant de manière impressionnante à une action vivante. Mais la grenouille était morte, et n'a pas ressuscité.

   Lundi 13 octobre donc, le grand corps mort du système financier mondial fit un bond gigantesque, puis retourna vers son état normal le mardi 14, pour continuer sa décomposition les jours suivants.

   L'aveuglement et la corruption des responsables de ce système financier a été particulièrement bien saisie par Edgar Allan Poe dans la nouvelle intitulée Le Masque De La Mort Rouge, que j'ai déjà présentée.

   Quant aux tentatives désespérées de réanimation du système décrites ci-dessus, Edgar Allan Poe en parlait déjà dans une autre nouvelle, d'une puissance métaphorique impressionnante : La Vérité Sur Le Cas De Monsieur Valdemar.

   Aujourd'hui, les tenants du monétarisme sont au désespoir : quelles que soient la hauteur et la puissance de leurs interventions, il semble qu'elles ne provoquent que l'accélération de la chute après une brève rémission. Ils sont désormais totalement impuissants, et je crois bien que les fabricants de cierges et d'amulettes vont faire de bonnes affaires.

   La crise est systémique, idiots !

   La solution ? Le moyen d'en sortir ? Edgar Allan Poe, encore, nous donne la méthode, dans la fabuleuse nouvelle Une Descente Dans Le Maelström, qui nous permet de comprendre que, si le système financier anglo-hollandais est inexorablement voué au naufrage - à l'instar du bâtiment de commerce hollandais de la nouvelle-, nous ne sommes certainement pas obligé de le suivre, et nous pourrions très bien lui survivre si nous savons choisir, avec courage autant qu'audace, la bonne solution. Le survivant du récit a choisi, après une rapide réflexion, d'abandonner ce qui avait pourtant l'apparence de la sécurité pour survivre.

   Nous, nous pouvons regarder du côté de ceux qui depuis plus de quinze ans ont parlé de cette catastrophe, l'ont étudiée, décrite, dénoncée, et ont conçu des solutions qui demandent certainement à un grand nombre d'entre nous de larguer les amarres de nos certitudes scolaires, professionnelles et culturelles, mais qui sont les seules valables.

   Car si nous pouvons survivre à cette crise mondiale, nous pourrions tout aussi bien être engloutis par elle, comme le frère du survivant du Moskoe-Ström paralysé par la terreur, ou comme l'équipage hollandais manoeuvrant en bon ordre droit vers le fond du tourbillon.

   Permettez-moi donc de vous présenter cet appel de Jacques Cheminade, le seul économiste et homme politique français actuellement capable de comprendre et d'apporter une solution d'intérêt général à la désintégration financière internationale :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kévin 17/10/2008 09:02

Merci donc à Jean-Gab, Edgar et Jacques! Bon article Mister!