Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 21:58

  Voici un livre magnifique. Missa sine nomine est souvent présenté comme le dernier volet d'une trilogie débutée par Les enfants Jéromine I et II (livres eux aussi merveilleux mais hélas épuisés). Ernst Wiechert est un écrivain allemand, né le 18 mai 1887 dans la région de Sensburg en Prusse-Orientale, mort le 24 août 1950 à Stäfa en Suisse.




Comment, après une guerre terrible et destructrice, revenir à la vie? Comment garder confiance en l'espèce humaine quand le pire s'est produit?  Qu'est ce qui peut finalement sauver l'humanité? Ce sont ces questions, celles d'un retour à la vie, que pose Ernst Wiechert, de façon simple, douce et poétique.
C'est un roman universel, intemporel, que n'importe qui peut s'approprier, car partout dans le monde cette question de la foi en l'homme est et sera posée. Dans ce beau livre, vous croiserez Mozart, un chanteur de negro spirituals, la nature majestueuse et bien sûr l'homme qui transforme et qui change.


4ème de couverture:
« Mais il semblait que, derrière le grand incendie du ciel, il vit quelque chose : il voyait ce qui chaque soir s'était révélé à lui plus nettement Peut-être pouvait-on appeler cela l'éternité de la vie. » Ce grand ciel embrasé qui sert de toile de fond à Missa sine nomme, c'est l'Allemagne vaincue de 1945, l'Allemagne « année zéro » qui survit dans les décombres. Dans un château dont il a hérité mais qui est occupé par les Américains, Amédée von Liljecrona retrouve ses deux frères qui ont fui la Prusse orientale occupée parles Russes. Il a passé les quatre dernières années de la guerre dans un camp de concentration « Je ne suis plus un chrétien, je suis un fauve. J'ai été dans la fosse aux bêtes, il ne faut plus me parler. » Missa sine nomine est le récit d'un retour parmi les hommes. Toute la profondeur et la beauté de ce livre naissent de l'impossibilité d'un retour progressif. Il faudra pour vivre à nouveau une véritable conversion à la vie. Une offrande sans nom.


Un autre fan de Wiechert, François Bayrou, qui parle ici des Enfants Jéromine:
"Le roman qui a accompagné toute ma vie, personne ne le connaît (Rires.) C’est un roman de minoritaire, dira-t-on. Le roman qui a accompagné toute ma vie est un roman allemand. Je regrette de ne pas parler allemand, ne serait-ce que pour pouvoir lire ce roman dans le texte. C’est un écrivain tout à fait extraordinaire qui s’appelle ErnstWiechert. Le plus grand roman de Wiechert –il y en a beaucoup de formidables- s’appelle Les enfants Jéromine (...)  Les enfants Jéromine, un roman magnifique et profond. C’est la forêt. Ce sont des paysans. Des forestiers. Des charbonniers. C’est sur ce monde-là, à la fois la vie d’un jeune garçon qui, fils de pauvres, va devenir médecin pour sauver les siens, et en même temps, sur cette vie individuelle, vient se superposer le choc de l’arrivée du nazisme. C’est un magnifique roman. Je ne sais pas qui, parmi ceux qui m’écouteront, trouveront ce livre. Il est dans la collection Livre de Poche. Je me bats pour qu’on le réédite. Epuisé souvent, on peut encore le trouver parce que je plaide beaucoup pour ce beau, simple et magnifique roman. Les Enfants Jéromine. Publicité gratuite."


"... Et parfois, il feuillette les partitions que ses frères ont sauvées en même temps que les instruments de musique. Il suit le défilé des signes noirs et entend les sons qui furent jadis.
C'est une des grandes énigmes de la vie, qu'un signe noir ait le sens d'un son et que ce son , lié à d'autres, ait le sens d'un état de l'âme, d'une tristesse ou d'un éclair du regard.
Une grande énigme, que la vibration d'une corde soit aussi la vibration de l'âme et que le frémissement de la corde ne soit cependant rien de plus qu'une loi du nombre, exprimable par une formule, alors que la de l'âme ne s'exprime que par un sourire sur les lèvres ou une larme au bord des paupières...
" Missa sine Nomine (extrait)

Partager cet article

Repost 0
Published by Kévin - dans Livres - cinéma
commenter cet article

commentaires

Pascal 04/08/2016 13:07

Ernst Wiechert est un des plus grands écrivains du 20ème siècle.
La lecture de Missa sine nomine m'avait laissé pantois.
Je termine à l'instant «Les enfants Jéromine», bouleversé. Peut-être le livre le plus important qui m'ait été donné de lire ces 20 dernières années g et j'en lis beaucoup)
Il faut souhaiter de tout coeur que son oeuvre soit très rapidement et intégralement rééditée.

le dallour 16/01/2017 18:05

C'est un de mes plus grand coup de coeur, je suis inscrite sur babelio, voir mes critiques (nelly 76)

jf herzog 12/06/2015 11:33

J'ai tenté de traduire ce passage du roman qui oppose en la personne du bourreau et du professeur d'art barbarie et culture ; c'est là : http://www.jefherzog.com/pages/Wiechert_Missa_sine_nomine-8987098.html

Nelly Le dallour 09/04/2017 16:01

P.s..:je rectifié juste mes fautes:un de mes plus grands coups de coeur, et j'ajoute que :la servante du passeur du même auteur, est aussi une petite pépite, j'ai encore dans ma P.A.L. :Missa Sine nomine..

Yves D. 10/05/2011 17:35



Ne pas oublier La servante du passeur, la vie simple ou le recueil de nouvelles "La Kommandante" la notion du bonheur chez le moissoneur lunaire vous remets le coeur à l'endroit.



AlexM 26/02/2011 18:43



Même commentaire que le n°1, et beau livre en effet. A.M.



Jean-Gabriel Mahéo 11/02/2011 10:36



@ Angèle :


 


"Je suis heureuse de savoir que cet immense écrivain a encore des lecteurs." Et des promoteurs !


 


Merci pour votre commentaire, Angèle.


 


Cordialement,


Jean-Gabriel