Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Recherche

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 08:09
archim__de_-2.jpgArchimède

Le bac philo, bien trop souvent, ne demande aux lycéens que d'exposer la fameuse thèse, antithèse, synthèse. Un petit tour de passe-passe, de bonnes fiches et hop! j'ai la moyenne. Mais ces jeunes adultes apprennent-ils vraiment à réfléchir par eux-mêmes? Développent-ils un esprit critique?

Le risque avec l'enseignement actuel, c'est de déconnecter les idées de l'action; de former des singes savants qui jonglent avec des idées abstraites; de perdre ce bel enthousiasme pour les grandes idées qui ont changé le monde.
Il faut donc à nouveau inspirer et célébrer la création humaine. L'éducation nationale doit faire revivre à chaque enfant et jeune les grands moments de l’histoire universelle et les grandes découvertes de nos savants, de nos artistes. Les progrès de l'esprit humain doivent donc, selon moi, être au coeur du programme scolaire. C'est essentiel pour former des esprits critiques, libres et responsables.


Un extrait d'une interview de Luc Ferry, sur le bac:

Je vais être franc, je trouve cette épreuve calamiteuse, c’est le café du commerce. Tout d’abord, la philosophie n’est pas enseignée au lycée, il s’agit de super cours d’instruction civique qui ont pour fonction de permettre aux élèves d’être de bons citoyens. C’est louable mais ce n’est pas de la philosophie dont le but est d’accéder à la vie bonne, à la béatitude, à la sagesse, comme l’a écrit Epictète. Quant à l’épreuve de la dissertation, elle consiste à faire réfléchir entre elles des positions antagonistes. C’est un exercice intéressant, de rhétorique, ce n’est pas de la philosophie. Et comment juger les copies des élèves sur des idées ? Les professeurs vont en réalité juger des savoir-faire, des capacités d’argumentation, bien davantage que des savoirs. Et récompenser au final les élèves qui, par habitude de classe sociale, ont appris à bien s’exprimer.

- Que proposez-vous alors?

Je suis partisan de l’instauration de cours d’histoire des idées. Ce qui serait intéressant, c’est que les élèves découvrent les réponses apportées au fil des siècles aux questions essentielles.



Quelques extraits du magnifique discours de Friedrich Schiller, "Qu'est-ce que l'histoire universelle et pourquoi l'étudie-t-on?":

(...) Même dans les occupations les plus quotidiennes de la vie civile, nous ne pouvons éviter de devenir les débiteurs des siècles précédents. Les périodes les plus dissemblables de l'humanité contribuent à notre culture, comme les parties du monde les plus éloignées à notre luxe. Les habits que nous portons, les assaisonnements de nos mets, la monnaie avec laquelle nous les payons, beaucoup de nos médicaments les plus efficaces, et tout autant d'instruments nouveaux, ne présupposent-ils pas un Colomb qui ait découvert l'Amérique, un Vasco de Gama qui ait doublé la pointe de l'Afrique?
Ainsi une longue chaîne d'évènements, dont les anneaux entrent les uns dans les autres comme causes et effets, s'étend du moment actuel jusqu'au commencement de l'espèce humaine (...)

(...) Traitée de cette façon, messieurs, l'étude de l'histoire universelle vous sera une occupation aussi attrayante qu'utile. Elle portera la lumière dans votre intelligence et un salutaire enthousiasme dans votre coeur. Elle déshabituera votre esprit de la vue étroite et vulgaire des choses morales, et, en déroulant devant vos yeux le grand tableau des temps et des peuples, elle corrigera les décisions précipitées du moment et les jugements bornés de l'égoïsme. En habituant l'homme à se mettre en rapport, comme partie de l'ensemble, avec tout le passé, et à s'avancer dans le lointain avenir par ses conjectures, elle lui cache les limites de la naissance et de la mort, qui enferment et resserrent si étroitement la vie de l'homme; elle étend, par une illusion d'optique, sa courte existence en un espace infini, et substitue insensiblement l'espèce à l'individu (...)


(...) C'est à amener notre siècle humain qu'ont travaillé, sans le savoir et sans y tendre, toutes les époques précédentes. A nous sont tous les trésors que l'industrie et le génie, la raison et l'expérience ont fini par amasser dans la longue vie du monde. Ce n'est que de l'histoire que vous apprendrez à apprécier les biens auxquels l'habitude et la possession incontestée dérobent si aisément notre reconnaissance: biens chers et précieux, qui sont teints du sang des meilleurs et des plus nobles, et ont dû être conquis par le pénible travail de tant de générations! Et qui, parmi vous, s'il joint un esprit éclairé à un coeur sensible, pourrait songer à cette haute obligation sans  éprouver le secret désir de payer à la génération prochaine la dette dont il ne peut s'acquitter envers la précédente? Il faut qu'une noble ardeur s'allume en nous à la vue de ce riche héritage de vérité, de moralité, de liberté, que nous avons reçu de nos ancêtres, et qu'à notre tour nous devons transmettre, richement augmenté, à nos descendants: l'ardeur d'y ajouter chacun notre part, de nos propres moyens, et d'attacher notre existence éphémère à cette chaîne impérissable qui serpente  à travers toutes les générations humaines. Quelques diverses que soient les carrières qui vous sont destinées dans la société civile, vous pouvez apporter votre tribut. Le chemin de l'immortalité est ouvert à tout mérite, je veux dire de l'immortalité véritable, de celle où l'action  vit et se propage, quand bien même le nom de son auteur devrait se perdre et ne pas la suivre".

brassempouy-1-1.jpgLa Dame de Brassempouy (ici)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rémy 14/06/2007 16:28

Je n'avais pas lu ce texte de Shiller que je trouce très beau et très enthousiasmant. Quand on lit ça, ça donne envie de mieux comprendre l'histoire et aussi de changer le monde!Rémy

Kévin 14/06/2007 22:03

C'est ça l'effet Schiller ! Je te conseille aussi de lire les pièces de Schiller qui sont très belles et enthousiasmantes (Don Carlos, Guillaume Tell, Marie Stuart ...)Kévin