Travaux


Etude sur la nature
des mouvements écologistes
et leurs véritables objectifs



L'héritage de
Franklin Delano Roosevelt


boris 

La révolution Roosevelt 

Georges Boris


Moulin.jpgL'héritage du
Conseil National
de la Résistance

Quelques textes de
Vladimir I. Vernadski

henry charles carey
Principes de la science sociale
de Henry Charles Carey

Friedrich List
Le Système national
d'économie politique
de Friedrich List

Friedrich Von Schiller

Le Droit des Gens
d'Emerich De Vattel

 

Poésies

Jeudi 14 septembre 2006 4 14 /09 /Sep /2006 08:33
Robert Burns (1759-1796), né à Alloway, en Ecosse, était le fils d'un métayer. C'était un artiste accompli, à la fois poète, parolier et collectionneur de chants écossais traditionnels. Son ceuvre devint populaire auprès de l'élite littéraire d'Édimbourg malgré ses attaques souvent satiriques contre l'establishment. Bien qu'il soit considéré comme le poète national de l'Écosse, ses ceuvres évoquent tellement de thèmes qui constituent l'essence de la condition humaine que sa réputation a inévitablement traversé les frontières. La «nuit de Burns», qui marque l'anniversaire de sa naissance, est ainsi célébrée aux quatre coins du monde tous les ans, en janvier.
Autre poème ici

En dépit de ça

Est-il un homme pauvre, un homme honnête,
Qui, honteux, se cache, et tout ça?
Ce peureux, cet esclave, on ne le connaît pas,
Nous, on ose être pauvre, et tout ça!
Et tout ça, et tout ça;
Le rang n'est que le moule à pièce,
Mais l'or, c'est l'homme, malgré ça.

Peu importe qu'on mange maigre,
Qu'on porte du lin gris, et tout ça;
Donnez donc leur vin aux bandits, et aux idiots leur soie,
Un homme est un homme, malgré ça,
Malgré ça, malgré ça,
Malgré leur faire croire, et tout ça;
L'honnête homme, aussi pauvre qu'il soit,
Est le Roi des hommes, malgré ça.

Voyez ce jeune coq, qu'on appelle un Lord,
Insolent, m'as-tu-vu, et tout ça.
Deux cents faquins sont pendus à ses paroles,
Ce n'est qu'un bouffon malgré ça,
Malgré ça, malgré ça,
Ses rubans, ses étoiles et tout ça,
L'homme à l'esprit indépendant
S'en moque et se rit de tout ça.

Un prince peut faire un seigneur à écharpe,
Un marquis, un duc, et tout ça;
Mais faire un honnête homme est au-dessus de ça,
Il faut la bonne foi, pour ça,
Pour ça, pour ça;
Leurs titres, leurs récompenses, et tout ça,
Le bon sens, l'orgueil de son état,
Sont d'un meilleur rang que tout ça.

Alors prions pour qu'enfin arrive,
Comme il arrivera, malgré tout ça,
Le moment où bon sens et valeur, sur terre,
Emporterons tout et tout ça,
Car malgré tout ça et tout ça,
Le moment arrive, malgré tout ça,
Où l'homme pour l'homme, sur toute la terre,
Sera un frère, en dépit de tout ça.



A Man's A Man For A' That

    Is there for honest poverty
    That hings his head, an a' that?
    The coward slave, we pass him by -
    We dare be poor for a that!
    For a' that, an a' that!
    Our toils obscure, an a' that,
    The rank is but the guinea's stamp,
    The man's the gowd for a' that.

    What though on hamely fare we dine,
    Wear hodden grey, an a' that?
    Gie fools their silks, and knaves their wine -
    A man's a man for a' that.
    For a' that, an a' that,
    Their tinsel show, an a' that,
    The honest man, tho e'er sae poor,
    Is king o men for a' that.

    Ye see yon birkie ca'd a lord,
    Wha struts, an stares, an a' that?
    Tho hundreds worship at his word,
    He's but a cuif for a' that.
    For a' that, an a' that,
    His ribband, star, an a' that,
    The man o independent mind,
    He looks an laughs at a' that.

    A prince can mak a belted knight,
    A marquis, duke, an a' that!
    But an honest man's aboon his might -
    Guid faith, he mauna fa' that!
    For a' that, an a' that,
    Their dignities, an a' that,
    The pith o sense an pride o worth,
    Are higher rank than a' that.

    Then let us pray that come it may
    (As come it will for a' that),
    That Sense and Worth o'er a' the earth,
    Shall bear the gree an a' that.
    For a' that, an a' that,
    It's coming yet for a' that,
    That man to man, the world, o'er
    Shall brithers be for a' that.

Publié dans : Poésies
Par kévin - Voir les 2 commentaires
Jeudi 24 août 2006 4 24 /08 /Août /2006 12:49
 Henrich Heine
Nouveau printemps, XXII

Je vais parmi les fleurs
Et moi-même m'épanouis;
Je vais comme en un rêve
Et chancelle à chaque pas.

Ô retiens-moi, ma bien-aimée!
Ou dans l'ivresse de l'amour
Je vais tomber à tes pieds,
Et le jardin est plein de gens.

 
 
 
 
 
Publié dans : Poésies - Ecrire un commentaire
Par kévin - Voir les 0 commentaires
Lundi 3 juillet 2006 1 03 /07 /Juil /2006 12:18
Un très beau poème de Schiller, composé en 1801, en réponse à Voltaire, qui en 1755 avait ridiculisé Jeanne d'Arc dans son livre la pucelle.
Schiller a aussi écrit une magnifique tragédie, la pucelle d'Orléans.


La pucelle d'Orléans

Pour ravaler la noble image de l'humanité, la raillerie t'a traîné dans la plus épaisse poussière: l'esprit moqueur est en lutte éternelle avec le beau; il ne croit ni à l'ange, ni au dieu; il veut ravir au coeur ses trésors, il combat l'espérance et blesse la foi.
Mais, issue, comme toi-même, d'une race candide, pieuse bergère comme toi, la Poésie te tend sa main divine; elle s'élance avec toi vers les astres éternels. Elle t'a entourée d'une auréole; le coeur t'a crée, tu vivras immortelle.
Le monde aime à noircir ce qui rayonne et à traîner le sublime dans la poudre. Mais sois sans crainte! Il est encore de belles âmes qui s'enflamment pour ce qui est élevé et grand. Que Momus1 divertisse la halle bruyante; un noble esprit aime de plus nobles figures.


1.
Momus, dieu de la raillerie, des "malicieuses critiques et des bons mots". Ce dieu est représenté levant son masque, et tenant à la main une marotte, symbole de la folie.
Publié dans : Poésies - Ecrire un commentaire
Par kévin - Voir les 1 commentaires
Mardi 27 juin 2006 2 27 /06 /Juin /2006 17:49

Tout objet de beauté est une joie éternelle. Le charme en croît sans cesse : jamais il ne glissera dans le néant, mais il gardera toujours pour nous une paisible retraite, un sommeil habité de doux songes, plein de santé et qui paisiblement respire. Aussi, chaque matin, tressons-nous des guirlandes de fleurs pour mieux nous lier à la terre, malgré les désespoirs et la cruelle disette de nobles natures, malgré les sombres journées et tous les sentiers malsains et enténébrés ouverts à notre quête. Oui, malgré tout cela, une forme de beauté écarte le suaire de nos âmes endeuillées. Tels sont le soleil, la lune, les arbres vieux ou jeunes qui offrent le bienfait de leurs printaniers ombrages aux humbles brebis : tels sont encore les narcisses et le monde verdoyant où ils se logent, les ruisseaux limpides qui se bâtissent un frais couvert en vue de l'ardente saison...

 

Publié dans : Poésies - Ecrire un commentaire
Par kévin - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 juin 2006 5 09 /06 /Juin /2006 11:16
Un petit extrait du très beau livre Quatre-vingt-treize, de Victor Hugo.

"Un réveil d'enfants, c'est une ouverture de fleurs; il semble qu'un parfum sorte de ces fraîches âmes (...) Ce qu'un oiseau chante, un enfant le jase. C'est le même hymne. Hymne indistinct, balbutié, profond. L'enfant a de plus que l'oiseau la sombre destinée humaine devant lui. De là la tristesse des hommes qui écoutent, mêlée à la joie du petit qui chante. Le cantique le plus sublime qu'on puisse entendre sur terre, c'est le bégaiement de l'âme humaine sur les lèvres de l'enfance. Ce chuchotement confus d'une pensée qui n'est encore qu'un instinct contient on ne sait quel appel inconscient à la justice éternelle; peut-être est-ce une protestation sur le seuil avant d'entrer; protestation humble et poignante; cette ignorance souriant à l'infini compromet toute la création dans le sort qui sera fait à l'être faible et désarmé. Le malheur, s'il arrive, sera un abus de confiance.
Le murmure de l'enfant, c'est plus et moins que la parole; ce ne sont pas des notes, et c'est un chant; ce ne sont pas des syllabes, et c'est un langage; ce murmure a eu son commencement dans le ciel et n'aura pas de fin sur terre; il est d'avant la naissance, et il continue; c'est une suite. Ce bégaiement se compose de ce que l'enfant disait quand il était ange et de ce qu'il dira quand il sera homme; le berceau a un Hier, de même que la tombe a un Demain; ce demain et cet hier amalgament dans ce gazouillement obscur leur double inconnu; et rien ne prouve Dieu, l'éternité, la responsabilité, la dualité du destin, comme cette ombre formidable dans cette âme rose".
Publié dans : Poésies - Ecrire un commentaire
Par kévin - Voir les 1 commentaires

Page d'accueil
- Cliquez ici -

Fusion,
enfin les archives !

Recherche

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés